1
Actualité
Pour son 3ème anniversaire, je soutiens la Lettre du Pays Basque et www.baskulture.com © Félix Dufour – Le sénateur M. Brisson, le député V. Bru et les lecteurs de Baskulture au château d’Arcangues

| Rédaction

Pour son 3ème anniversaire, je soutiens la Lettre du Pays Basque et www.baskulture.com

Chers amis lecteurs de la Lettre du Pays Basque, 
Tandis que notre Lettre du Pays basque a franchi le seuil des 7 500 abonnés, nous poursuivons nos efforts pour diffuser avec plus de force et de passion nos cultures basque et gasconne. 
Votre générosité reste notre seule source de financement. Quelques lecteurs nous soutiennent, et nous les remercions bihotz bihotzetik. Et en dehors de l'Institut Culturel Basque, du Musée Basque et des Amis de l’Orchestre Symphonique du Pays Basque - que nous remercions aussi très chaleureusement, www.baskulture.com ne reçoit aucune subvention (garantie de notre indépendance), ni même, contrairement à d’autres médias disposant de beaucoup moins de lecteurs, aucune publicité de collectivité locale (département, communauté d’agglo ou commune), ni d’entité organisant des manifestations dont nous annonçons pourtant régulièrement (et largement) les réalisations et les spectacles. Nous comptons sur vous pour nous donner les moyens de poursuivre notre mission d’information culturelle. 
Or, les nouvelles technologies favorisant désormais la lecture de l’actualité sur les téléphones, les tablettes et les écrans, beaucoup de journaux en ligne proposent souvent des articles écrits dans un style très « concis » et par conséquent moins littéraire que ceux qui sont publiés uniquement sur format papier, et ce qui est encore plus désastreux, souvent sans prendre le temps de vérifier les sources : la récente « affaire Dupont de Ligonnès » vient d’en fournir hélas un exemple « retentissant » et accablant pour certains médias pourtant « réputés sérieux »… 
Avec la « Lettre du Pays Basque » et le site « Baskulture », nous avons choisi une autre direction afin de défendre ce « droit à la continuité historique », souvent bafoué aujourd'hui par la dictature du présent qui sévit aussi bien dans les médias qu'à l'école, comme le notait le philosophe Hans Jonas qui ajoutait : c’est « sous l'éclairage orageux de la menace émanant de l'agir humain » qu'apparaît la nécessité d’une éthique de la conservation, de la préservation, qui n’est pas seulement une écologie ou quelque résistance à l'enlaidissement du monde. Et ce « droit à la continuité historique », nous souhaiterions le développer avec votre aide afin d’éviter cette rupture de la transmission qui aboutit à une crise de la Culture. 
Dans les Actes d’une conférence internationale des instituts de sciences de l'éducation, il était noté : « l'individu touché par l'amnésie ne sait plus qui il est [...] Il devient incapable de donner une direction à son existence. La même chose vaut pour les peuples sans histoire qui sont des peuples sans avenir. La vitalité de la mémoire est la condition de tout progrès humain ». 
C’est cette « vitalité de la mémoire » que nous voulons développer avec vous afin de cultiver « les racines de l’Avenir » et les transmettre aux jeunes générations grâce à notre moyen d’informations culturelles sur le Net qui marque cette semaine son troisième anniversaire. 
VOTRE SOUTIEN : 
Par abonnement à la lettre hebdomadaire : voir site en haut à droite "Newsletter" 
ou par chèque   libeller à l'ordre de Baskulture (en recevant aussi la newsletter) et à adresser : 
Alexandre de La Cerda  - BP 15 - 64201 Biarritz Cedex 
Tél 06 62 72 56 49 -  baskulture@gmail.com 
Par virement (abonnement) : Banque Crédit Mutuel - 4 avenue de Verdun - 64200 Biarritz 
Titulaire du compte :  Société des lecteurs de la lettre du Pays Basque - Baskulture - BP 15 - 64201 Biarritz Cedex 
Iban : FR7610278022750002042310155 
 

Répondre à () :


Captcha
blondel | 18/10/2019 15:26

Gora Euskadi Askatuta ! Aupa Euskara ! Guk askatasunaren aldean !

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription