0
Actualité
La coopération transfrontalière Pays Basque Nord & Sud : des réalités !

| Alexandre de La Cerda

La coopération transfrontalière Pays Basque Nord & Sud : des réalités !

Ayant déjà participé au palais de la Diputación de Gipuzkoa à la commémoration du centenaire d'Euskaltzaindia avec les membres de l'Académie de la langue basque, des acteurs culturels ainsi que les représentants des institutions du Pays Basque, événement qui avait permis d’aborder les défis vis-à-vis du futur d’une langue basque dont « le processus de revitalisation est à la croisée des chemins » selon leprésident de la Diputacion de Guipuzcoa, Markel Olano, soit « la numérisation et l’internationalisation », le président de la Communauté d’agglomération Pays Basque, Jean-René Etchegaray a retrouvé également cette même semaine le lehendakari Iñigo Urkullu, cette fois à Vitoria/Gasteiz, à « Ajuria Enea », siège de la présidence du Gouvernement Basque. 

Il s’agissait de signer un accord destiné à renforcer les liens entre les deux institutions du Pays Basque et marquer une nouvelle étape du travail institutionnel afin de répondre aux défis communs et de renforcer les relations bilatérales par le biais de projets communs d'intérêt mutuel
A l’issue de la réunion, le Lehendakari a souligné l'importance de cette coopération, car elle contribue à faire face de manière plus efficace aux défis sociaux, économiques, institutionnels et politiques dans le cadre de l'Union européenne, à un moment crucial pour contribuer à la cohésion et au renforcement de l'axe européen atlantique face à l'imminence d'un Brexit susceptible d'affaiblir cet espace d'intérêt commun.
Pour sa part, Me Jean-René Etchegaray, rappelant la création par une majorité des maires du Pays Basque Nord, il y a un peu moins de trois ans, de la Communauté d'agglo du Pays Basque, indiquait qu’il avait été décidé d'exercer 21 politiques publiques. Et de poursuivre, en commettant ce lapsus : « notre Communauté autonome n'est évidemment pas équivalente »... puis, se reprenant : « notre Communauté d'agglomération n'est pas équivalente à la Communauté autonome (d'Euskadi, ndlr.) parce que, simplement, nos pays ne sont pas les mêmes, nos organisations juridiques  ne sont pas les mêmes, mais, la volonté est grande chez nous, au Pays Basque Nord, d'appréhender la totalité des compétences que nous avons décidé de prendre, ces 21 politiques publiques et aucune de ces politiques publiques n'est étrangère à la volonté que nous avons de renforcer notre coopération transfrontalière. Elle a aujourd'hui du sens parce que nous sommes désormais unis en Pays Basque Nord, et que nous pouvons parler enfin, de la même voix, parler des grands sujets qui concernent nos concitoyens : l'économie, la mobilité, l'habitat, et notre culture commune, la culture basque ! Notre langue, commune, autour de laquelle nos prédécesseurs, nos ancêtres ont créé de véritables politiques. Si aujourd'hui, cher Lehendakari, on se retrouve sur les mêmes valeurs communes, c'est que nous sommes, l'un comme l'autre, issus de la même terre, issus de la même volonté politique de faire avancer ensemble nos projets. Alors, oui, nous voulons renforcer nos liens avec le gouvernement d'Euskadi, nous voulons bâtir une vision commune de l'avenir, développer des stratégies partagées, construire des projets de coopération ambitieux dans tous nos domaines de compétence, et aussi soutenir des initiatives de coopération transfrontalières des citoyens de notre territoire, comme d'Euskal Herria. C'est la raison pour laquelle nos deux institutions signent ce mémorandum de coopération, le premier signé par le Gouvernement Basque avec un territoire français. C'est dire l'honneur que j'ai de représenter ici ce territoire et de signer ce document avec le grand Gouvernement Basque. Et de mettre ensuite en exergue le travail engagé depuis le printemps 2019, en concertation évidemment avec le Gouvernement Basque mais aussi la Diputacion de Guipuzcoa, le Gouvernement de Navarre, la région Nouvelle-Aquitaine et du département des Pyrénées-Atlantiques. Les élus et la société civile y sont associés. Un document stratégique sera proposé aux institutions partenaires à partir des réunions très importantes et des ateliers qui se sont tenus à Donosti entre le 20 et le 25 septembre, et il sera soumis en décembre à la Communauté d'agglomération ainsi qu'au Gouvernement Basque. Quant aux projets qui ont déjà été lancés, ils concernent l'eau et le littoral avec le projet Poctefa « H2O gurea » pour la gestion coordonnée des rivières transfrontalières par-dessus les frontières administratives, « car l'eau ne connaît pas de frontières ». Autre projet Poctefa, nommé « marea », de modélisation et d'aide à la décision face au risque d'érosion côtière (avec un nouvel impôt afférent). Egalement, la charte de gestion des eaux partagées. Et les projets en cours, relatifs à la culture et aux langues, entre autres « Euskaraldia » visant à valoriser l'usage de la langue basque pendant onze jours, ainsi que « Karrikan laur » portée par la « Fabrique des Arts de la rue Hameka ». Enfin, les collaborations en cours sur l'aménagement du territoire et l'urbanisme grâce à l'adhésion du Gouvernement Basque à l'agence d'urbanisme Adour-Pyrénées et le projet « Transfer-mugarekin » qui concerne le pôle d'échange modal d'Hendaye. Et de terminer sur un projet festif, un grand départ du Tour de France en 2023, pratiquement acquis au Pays Basque Sud

Un comité de suivi composé de six personnes sera chargé d'évaluer régulièrement les actions définies dans le mémorandum et d'explorer d'autres possibilités de collaboration qui n’y sont pas incluses.

VISUEL : La signature de l’accord par Me Etchegaray et Iñigo Urkullu @Gouvernement Basque

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription