0
Exposition
Mission Proxima à Bayonne : les plus beaux clichés de l’astronaute Thomas Pesquet © ESA- NASA- Voici comment Thomas Pesquet prend ses photos depuis l'ISS

| Anne de Miller-La Cerda

Mission Proxima à Bayonne : les plus beaux clichés de l’astronaute Thomas Pesquet

Nuit, 27 mars 2017 Thomas Pesquet ©ESA-NASA..jpg
© ESA- NASA - Thomas Pesquet - La nuit du 27 mars 2017
La Terre vue de côté, 5 janvier 2017 Thomas Pesquet ©ESA-NASA..jpg
© ESA- NASA - Thomas Pesquet - Terre vue de côté

De novembre 2016 à juin 2017, lors de la Mission Proxima, Thomas Pesquet a photographié la Terre depuis la Station spatiale internationale. Des clichés que l’astronaute a souhaité faire partager le temps d’une exposition au Didam à Bayonne. Élaborée en partenariat avec l’Agence spatiale européenne et produite grâce au soutien de la société Digital Graffic (Anglet), cette étude présente 99 photographies de divers formats, allant du 40x30 cm au 150x100 cm.
Le 17 novembre 2016 à partir du cosmodrome (base de lancement russe) de Baïkonour au Kazakhstan, décollait le vaisseau spatial Soyuz MS-03 avec à son bord trois astronautes: l’américaine Peggy Whitson de la NASA, le commandant russe Oleg Novitsky de Roscomos et le français Thomas Pesquet  de l’Agence spatiale européenne (ESA), tous trois envoyés vers la Station Spatiale Internationale. Ils revinrent sur la Terre le 2 juin 2017.

Affecté à la mission Proxima, après une longue période d’entraînement qui durera sept ans, Thomas Pesquet s’était ainsi préparé pour cette « aventure » de six mois en tant qu'ingénieur de vol pour les Expéditions 50 et 51. 
Aventurier de l’espace et défenseur de la planète, il choisit au cours de la mission de faire partager ses clichés de la Terre, berceau et abri de l’humanité, en direct sur les réseaux sociaux, des photos qui seront  « likées » et partagées par le public des milliers de fois. « J’ai ressenti presque physiquement la nécessité de protéger notre oasis de vie, perdue dans l'immensité noire du cosmos : la Terre n'est au final elle-même qu'un vaisseau spatial lancé dans un voyage sans fin autour du Soleil, avec des ressource s limitées », avait-t-il expliqué lors d’une interview.

Lanceur d’alerte engagé, utilisant l’image comme vecteur à la fois scientifique et artistique, l’astronaute et photographe amateur montre quotidiennement ses photographies et ses cartes. Ces dernières ont radicalement changé de visage depuis le début de l'ère spatiale à la fin des années 50, les satellites offrant désormais une vision globale de la planète et une résolution spatiale fine. Ainsi ils permettent d’étudier l'impact des risques naturels, les ressources en eau ou encore de prévoir l'état de l'atmosphère et de l'Océan. 

Des aventures dans l’espace que les artistes, écrivains et cinéastes, telle la réalisatrice française Alice Winocour, ont exploré en se fondant sur des expériences réelles dans son film "Proxima" de 2019 qui met en lumière la vie d'une astronaute. Rappelons que la première femme cosmonaute fut Valentina Vladimirovna Terechkova, originaire de Russie et née en 1937. Cette héroïque exceptionnelle scientifique, décollait du cosmodrome de Baïkonour en juin 1963 à bord de son vaisseau spatial Vostok 6 ! Un exploit incroyable ! Sous réserve de l'accord de la NASA et du déroulement du planning des missions de l'ISS,  le plus jeune des astronautes du corps européen Thomas Pesquet âgé déjà de 41 ans, à la demande de l’ESA, est susceptible de repartir dès la fin 2020 ou au début de 2021. 

A partir du 8 novembre et jusqu’au 26 janvier 2020, exposition « Terres » au DIDAM, 6 quai de Lesseps à Bayonne. Entrée libre du mardi au dimanche de 13h à 19h. Vernissage ce vendredi 8 novembre à 18h.

En parallèle, lors de la semaine de l’astronomie du 25 novembre au 30 novembre, la ville de Saint-Jean-de-Luz, en partenariat avec la Société d’astronomie de la Côte basque

- Au cinéma le Sélect : lundi 25 novembre à 20h30, projection du film documentaire

« 16 levers de soleil » de Pierre-Emmanuel Le Goff retraçant l’extraordinaire aventure spatiale de Thomas Pesquet tarif unique : 4€).
- A la Villa Ducontenia mardi 26 novembre à 20h30: conférence « Entre la lune et la terre, une histoire des sciences, d’art et de culture » par Vincent Coudé du Foresto, astronome à l'Observatoire de Paris, qui entraînera le public à la découverte d'une "autre" face cachée de la Lune.

- Mercredi 27 novembre et samedi 30 novembre de 10h à 16h30, planétarium: observation animée du ciel, de ses constellations et des étoiles sous un dôme gonflable (places limitées, réservations au 05 59 26 28 99).

De 10h à 16h30, exposition « La Lune dans tous ses états » pour mieux connaître notre satellite naturel et comprendre les phénomènes astronomiques qui lui sont liés. 17h30 - Visite commentée de l'exposition « La Lune dans tous ses états »

- Vendredi 29 novembre à 18h30, conte « Ecoute les étoiles » par Geneviève Puech –à partir de 6 ans (Places limitées, réservations au 05 59 26 28 99)

- Samedi 30 novembre à 16h30: « Contes lunaires » - Contes en langue basque par Ihintza – de 4 à 6 ans - (places limitées, réservations au 05 59 26 28 99). Organisation ville de Saint- Jean-de-Luz (Direction de la Culture et médiathèque) avec la participation de la Société d’astronomie de la Côte basque. Renseignements au tél. 05 59 26 28 99.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription