0
Exposition
Les 52 photos de légendes de Jean-Marie Périer (enfin) exposées à Biarritz cet été !
Les 52 photos de légendes de Jean-Marie Périer (enfin) exposées à Biarritz cet été !

| Manex Barace 556 mots

Les 52 photos de légendes de Jean-Marie Périer (enfin) exposées à Biarritz cet été !

JM Périer.jpg
Jean-Marie Périer ©
JM Périer.jpg
Affiche-Spectacle.jpg
L'affiche de son spectacle sur la scène angloye en 2015 ©
Affiche-Spectacle.jpg

Après avoir photographié les danseurs du Malandain Ballet Biarritz au Salon Impérial de l’Hôtel du Palais, le célèbre photographe des stars marque une étape dans les salons d’expositions de Gazel Décorateurs. 

On ne présente plus Jean-Marie Périer photographe culte des années 60 et 70. Il a accompagné les légendes du rock et de la pop, Beatles, Rolling Stones, Bob Dylan, Johnny Hallyday, de la mode, Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld, et nombre d’artistes majeurs (*). Ses dernières expositions remontent à 2017 (Centre de la photographie Frères Lumière Moscou, Archives Départementales de Marseille et Musée Toulouse-Lautrec d’Albi) et 2019 à la Grande Arche de la Défense. Son œuvre est également présentée à la Maison de la Photo à Villeneuve d’Aveyron où réside l’artiste.

Il ne faut pas oublier l’écrivain avec bien sûr les livres de ses photos "1960 -1970", "Déjà Hier une année sur Instagram » mais aussi avec des œuvres plus personnelles comme "Enfant Gâté". En association avec le Cercle Malandain, l’espace Gazel Gallery présente ses 52 photos les plus emblématiques. A ce jour une telle collection n’avait pas été présentée dans un espace privé.

Gazel Gallery est le département « événement artistique » de Gazel Décorateurs, maison familiale fondée à Biarritz en 1964, emblématique de la décoration sur la Côte Basque. Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi matin. Entrée libre et gratuite dans le respect des règles sanitaires en vigueur. 
- Gazel Décorateurs, Biarritz, 22 avenue Victor Hugo (quartier des Halles).

(*) NDLR. : sur son blog, le photographe-mémorialiste notait, il y a quelques années, en publiant un très beau cliché intitulé «  Ce que je vois le matin à sept heures dans les Pyrénées » que nous reproduisons ci-dessous : 
Cette fois ça y est : « Adieu Paris ». Ça fait un drôle d’effet de partir de l’endroit où on est né, la page n’est pas simple à tourner. Mais ce n’est pas la capitale que je quitte, c’est l’esprit parisien. Assez du cynisme, des ricanements et du mépris pour la province. Assez de l’obsession de la réussite sociale à tout prix, Paris est devenu New-York, mais sans l’efficacité ni le pognon. Assez de l’hégémonie de l’intelligentsia parisienne, des donneurs de leçons, des détenteurs du bon goût, de ceux qui croient qu’ils sont le centre du monde alors que c’est fini depuis quarante ans, ils devraient voyager un peu, aller voir ailleurs. Je ne comprends plus, si on leur sourit dans la rue les passants prennent ça pour une agression, ils n’aiment pas les chiens ( à la campagne les gens disent bonjour à ma chienne (…)
Et il y a six ans, en juillet 2015, lors d’une exposition de ses photos à Anglet (150 tirages de ses photos des années 60) qui s’accompagnait d’un « spectacle » à base de souvenirs ( il et le fils (adoptif) de l'acteur François Périer et le petit-fils de la comédienne Réjane) : 
« Ensuite, malgré mon âge avancé et mes différentes activités depuis cinquante ans, on ne me parle que des années 60 et des gens que j’y ai rencontrés. Il semblerait donc que ce soit mon karma et parce que les questions que l’on me pose sont toujours les mêmes, j’ai décidé de réaliser un spectacle sur scène en racontant ce que j’ai vécu avec ces jeunes chanteurs et musiciens de l’époque, aidé d’un grand écran montrant 350 photos illustrées des musiques adéquates ».
ALC

Pyrénées.png
«  Ce que je vois le matin à sept heures dans les Pyrénées » ©
Pyrénées.png

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription