0
Actualité
Le Ballet Malandain parmi les "artistes privés de leur public" : il leur reste les tournées en dehors de la France
Le Ballet Malandain parmi les "artistes privés de leur public" : il leur reste les tournées en dehors de la France

| Alexandre de La Cerda 1561 mots

Le Ballet Malandain parmi les "artistes privés de leur public" : il leur reste les tournées en dehors de la France

zThéâtre tribune Barate Malandain de Mauny.jpg
Théâtre de Bayonne : sur la tribune, entourant Thierry Malandain, Jean-Michel Barate, Marc de Mauny... ©
zThéâtre tribune Barate Malandain de Mauny.jpg

Jeudi matin, à l’invitation de Jean-Michel Barate, président de la Scène Nationale du Sud-Aquitain, le sénateur Max Brisson était, en solidarité et en soutien avec les artistes, au théâtre de Bayonne où le Malandain-Ballet-Biarritz, représenté par Thierry Malandain, le Centre de Musiques actuelles Atabal à Biarritz, le Festival Maurice Ravel représenté par son délégué général Marc de Mauny ainsi que la Scène Nationale du Sud Aquitain « disaient leur désarroi de ne plus pouvoir assurer la rencontre des artistes et des publics. Ils assuraient aussi avec vigueur leur capacité de pouvoir le faire en responsabilité »

Et Max Brisson de préciser : « J’ai bien entendu, au nom du Conseil départemental et de son président Jean-Jacques Lasserre et en ma qualité de vice-président de la commission de la Culture du Sénat, exprimé toute ma solidarité avec les artistes et les structures culturelles qui assurent création, diffusion et rencontres avec les publics ».

Thierry Malandain s'y était exprimé au nom du Centre Chorégraphique national qu'il dirige avec talent à Biarritz. Leur association nationale avait publié un communiqué au début de la semaine : "Nous fêtons ces jours-ci le triste anniversaire de la fermeture au public de nos lieux CCN. Malgré une brève accalmie en début d’automne, c’est désormais depuis plus de quatre mois que, malgré la continuité possible de l’activité au sein de nos structures, les publics y trouvent porte close.
Nos représentants syndicaux ont travaillé à une réouverture : par le dépôt d’un référé-liberté au mois de décembre, puis par la rédaction de procédures graduées d’une reprise d’activité remises au ministère en janvier.
Depuis cette période, nous n’avons aucune perspective nouvelle, aucun calendrier, aucun horizon pour retrouver le lien avec les spectateurs.
Alors que les occupations de lieux culturels se multiplient, nous, représentants de l’ACCN, tenions à apporter notre soutien aux revendications suivantes :
- réouverture des lieux culturels dans les plus brefs délais, aux conditions fixées par nos organisations syndicales et dans une attention responsable aux conditions sanitaires,
- prolongation de l’année blanche pour les intermittents
- attention prononcée à l’insertion professionnelle des étudiant.e.s des cursus artistiques ou des formations destinant aux différents métiers du spectacle,
- mesures sectorielles d’accompagnement".
C’est pour défendre ce désir de culture que ces centres chorégraphiques nous appelons à nos côtés habitant.e.s, spectateur.rice.s, professionnel.le.s et élu.e.s à nous rejoindre ce week-end 20 et 21 mars autour des initiatives lancées par les lieux culturels en lien avec le Syndeac.

Le Ballet Malandain se produit en Europe

Cependant, la compagnie de ballet biarrote ne chôme guère en assurant des tournées dans les pays où le pouvoir n’a pas cadenassé les scènes culturelles, en particulier l’Espagne : voyez mon article 
https://baskulture.com/article/lorganiste-esteban-landart-musicien-authentiquement-transfrontalier-3796

C'est le 14 mars dernier que s'était opéré le retour sur scène du Malandain Ballet Biarritz avec une représentation tout public de la "Pastorale" à Pampelune en Navarre !
Le surlendemain 16 mars, la Compagnie dansait au Luxembourg avec "Mozart à 2" et "Beethoven 6" au Escher Theater de Esch-sur-Alzette.
Et les 9 et 10 avril prochains, le Ballet créera au Teatro Victoria Eugenia de Donostia/Saint-Sébastien « Sinfonia » de Luciano Berio (1925-2003), musicien italien qui appréciait Biarritz...

Une nouvelle page pour le Festival « Le Temps d’Aimer » prévu à Biarritz du 10 au 19 septembre  
Rappelons que pour sa part, le conseil d’administration de Biarritz Culture présidé par Jakes Abeberry et le conseil d’administration du Centre Chorégraphique National Malandain Ballet Biarritz présidé par Catherine Pégard avaient validé à l’unanimité l’intégration au sein du CCN du festival « Le Temps d’Aimer » et de l’ensemble de son équipe.
Ce festival reconnu internationalement tient depuis trente ans une place essentielle à Biarritz et de nombreuses compagnies régionales, nationales et internationales ont ainsi pu être accueillies en rencontrant un public de plus en plus nombreux.
Dans les conditions sanitaires du moment, la prochaine édition se déroulera du 10 au 19 septembre. Son programme construit par le directeur artistique du festival, Thierry Malandain est en cours d’élaboration. Si Biarritz reste l’épicentre du festival, celui-ci se déploiera aussi pour la première fois dans plusieurs lieux de la Communauté d’Agglomération Pays Basque.

De grandes figures du Ballet ne sont plus : Patrick Dupond et Gina Bartissol

Thierry Malandain a livré son précieux témoignage à propos de ces deux grandes figures de la Danse disparues récemment :  

- Patrick Dupond : "un jour, le croisant au Théâtre de la Ville, il me dit : "Je veux que tu me fasses un ballet !". C’était l’artiste éblouissant que l’on connaît, un monstre sacré. Débutant dans la chorégraphie, je lui répondis : "Patrick, tu as dansé les ballets des plus grands, je ne peux rien pour toi". Cependant, il insista et, cédant à l’appréhension, je lui fis la proposition de remanier L’Homme aux semelles de vent, ballet que j’avais créé deux ans plus tôt sur les Illuminations de Benjamin Britten. Son génie flamboyant, sa carrière fulgurante me semblait faire corps avec l’auteur d’une Saison en Enfer. Patrick se donna entièrement, cependant comme je le redoutais, apprivoiser son exubérance vitale et l'espièglerie de son caractère ne fut pas de tout repos. (...) De Patrick Dupond, le danseur magnétique, je garderai le souvenir d’une étoile de clarté première."

- Gina Bartissol : c'est avec une profonde tristesse que Thierry Malandain avait appris le décès, le 9 mars, à l’âge de 101 ans, de ce professeur aimé et réputé à Biarritz dont le destin se lia à la grande histoire de la danse. 
Formée à Paris par Alexandre Volinine, premier danseur des Ballets russes de Serge Diaghilev, applaudie dans les spectacles de ce dernier, et dans divers récitals sur la Côte basque, après un accident qui mit fin à sa jeune carrière, Gina Bartissol devint à Biarritz la disciple de celui qui s’était produit à travers le monde auprès de la légendaire Anna Pavlova. Laquelle admirait comme lui le Pays basque : « Elle aimait la musique des vagues, leurs mouvements, la blancheur immaculée de l’écume qu’elle comparait à la blancheur des tutus dans les valses romantiques de Chopin », confiera-t-il. 

Les beaux souvenirs, ceux des séjours qu’Alexandre Volinine fit à Biarritz « avec sa chère et grande partenaire » débutèrent en 1919, mais c’est en août 1940, qu’il loua Place Bellevue, au-dessus du Café Anglais, une salle où il enseigna le matin à plusieurs de ses élèves parisiens, parmi lesquels Gina Bartissol. L’année suivante et jusqu’en 1944, les leçons seront données rue Joseph Petit au domicile des parents de « la jeune étoile », qui de son côté ouvrit un cours à Salies-de-Béarn. Il avait pour cadre la Maison de l’enfant russe au Château de Mosqueros et servit de couverture à un réseau d’évasion par l’Espagne au sein duquel s’illustra Gina Bartissol qui aurait mérité la distinction de « Juste parmi les nations », puisqu’à la barbe et au nez de l’occupant, elle y conduisait des enfants juifs qu’elle déclarait comme ses élèves. Longtemps, plusieurs lui témoigneront fidélité et reconnaissance par une petite carte à l’époque des vœux.

À la Libération, souhaitant vivre durablement sur la Côte basque, Alexandre Volinine créa en plus de Biarritz des classes à Bayonne et Saint-Jean-de-Luz avant de remonter à Paris. C’est alors qu’il dira à Gina Bartissol en gage de confiance : « Continuez, je reviens ! ». Il reviendra en effet enseigner l’été jusqu’à sa mort en 1955. Gina Bartissol ne conservera alors que le cours de la rue Louis Barthou, qui connut à Biarritz de brillants succès jusqu’à l’incendie endommageant son studio en 1995. 

Outre former à l’école classique les danseurs des Ballets Basques de Biarritz Oldarra, troupe emblématique qui fit le tour du monde, parmi les élèves que nous lui connaissons, l’on citera Koldo Zabala, danseur puis enseignant au Ballet Oldarra, à l'origine de la filière danse classique au Conservatoire Maurice Ravel Pays Basque. Michel Conte, qui réalisera au Canada une carrière de chorégraphe, d’auteur-compositeur et de metteur en scène avant de publier "Nu… comme dans un nuage" (1980). Mais également, Daniel Franck, premier danseur de l’Opéra et plus tard professeur à l'École de danse de l’Opéra. Tout comme, je serai lauréat en 1984, du Concours Volinine créé par une des dernières élèves du Maître : Claudie Jacquelin, étoile de l’Opéra de Berlin. Adolescent, Daniel Franck fut mon professeur, et un jour, Gina Bartissol de me raconter, qu’à cet âge, Daniel Franck habitait Capbreton et qu’il venait à vélo suivre ses cours à Biarritz : 70 kilomètres aller-retour ! 

Entre 1951 et 1962, tous les mois de septembre, les Ballets du Marquis de Cuevas posaient leurs valises à Biarritz, Gina Bartissol connaissait tout ou presque sur Rosella Hightower, Marjorie Tallchief, Nina Vyroubova, Serge Golovine, Georges Skibine, André Eglevsky, Wladimir Skouratoff, etc., et il fut un temps où elle me renseignait pour alimenter les articles consacrés à la Danse à Biarritz, dans le journal du Centre Chorégraphique National. Quand sa mémoire lui faisait défaut, elle me disait : « Inventez, ici tout le monde a oublié ». Ce n’est pas faux, il ne reste que cendres à Biarritz d’un passé artistique glorieux. Mais, chère Gina, vous qui m’appeliez gentiment Maître suivant l’usage d’autrefois, je ne vous oublierai pas. Depuis 2015, un des Studios de Danse de Biarritz au Quartier Kléber porte votre nom au profit des jeunes générations, et surtout, reposez en paix entourée telle une étoile d’un corps de ballet de l’estime et de l’affection de tous ceux qui vous ont aimée et connue. 

Thierry Malandain 

Gina Bartissol entourée de ses élèves.jpg
Gina Bartissol entourée de ses élèves ©
Gina Bartissol entourée de ses élèves.jpg
Patrick Dupond.jpg
Patrick Dupond ©
Patrick Dupond.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription