1
Portrait
L’organiste Esteban Landart, musicien authentiquement « transfrontalier »
L’organiste Esteban Landart, musicien authentiquement « transfrontalier »

| Alexandre de La Cerda 591 mots

L’organiste Esteban Landart, musicien authentiquement « transfrontalier »

zImqbl5 Esteban Landart.jpg
Musicien et pédagogue, l'organiste Esteban Landart ©
zImqbl5 Esteban Landart.jpg

Pendant qu’en France les artistes sont condamnés à protester contre la fermeture des théâtres, salles de concerts et cinémas, voire à les occuper en guise de contestation ultime, ou bien à se rabattre sur les « scènes scolaires » comme le Théâtre des Chimères biarrot dont les acteurs ont pu jouer la pièce « Antigone à corps perdu » devant les classes de troisième du collège de Monein (en Béarn), certains musiciens d’Iparralde (nos provinces basques du Nord) ont trouvé le filon en traversant la frontière vers l’Espagne car, de l’autre côté de la « muga », les théâtres et autres espaces scéniques (ainsi que les musées, les bars et les restaurants) restent ouverts au public… Même si l’on doit s’adapter aux conditions sanitaires et à « la dureté des temps » : masques, distanciation et jauges réduites sont de rigueur, ainsi que les cachets fort réduits (souvent divisés par deux) ! 

Ainsi, l'ABAO (amis de l’Opéra à Bilbao) vient de remplacer les représentations de la « Tosca » de Puccini, prévue les 22, 25, 28 et 31 mai, par des récitals des principaux interprètes de l’opéra, Ainhoa Arteta, Teodor Ilincai et Roberto Frontali, en raison de la limitation de la capacité d’accueil du Palais « Euskalduna » à 600 spectateurs par spectacle, des restrictions de mobilité (depuis les autres provinces) et le couvre-feu obligeant à avancer le début du concert à 18h. 

Parmi les musiciens basques les plus actifs figure l’organiste Esteban Landart, bien connu des deux côtes de la frontière, puisqu’il enseigne à la fois au Conservatoire régional Maurice Ravel de Bayonne et au Centre Supérieur de Musique du Pays Basque « Musikene » à Saint-Sébastien.

Le 17 avril prochain, il donnera un concert à Madrid, à l’église Santa Rita dont l’orgue a été construit très récemment : son récital (Bach, Mozart, Jehan Alain) s’inscrit dans le cycle inaugural du nouvel instrument de cette paroisse madrilène proche de l’Université (c/ Gaztambide, 75) et destinée originellement à une communauté dédiée à l'étude et à la spiritualité. Et le 24 avril, Esteban Landart se consacrera à la journée portes ouvertes de la classe d’orgue à Musikene, tout en brûlant de revenir à Toulouse où il avait emmené ses élèves d'orgue de Musikene pour d’inoubliables journées de travail à l’orgue de tribune de l’église Saint-Pierre des Chartreux…

L’occasion de revenir sur la riche personnalité de ce musicien authentiquement « transfrontalier » dont on apprécie les concerts et la pédagogie de part et d’autre de la Bidassoa. 

Originaire d’Irun, Esteban Landart est passé par la classe d’orgue de Marie‐Bernadette Carrau au Conservatoire de Bayonne avant d’entrer, sur les conseils de Xavier Darasse, au Conservatoire de Lyon où il obtint le Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales dans la discipline Orgue (mention « très bien » à l’unanimité du jury, en juin 1994), puis le C.A. d’orgue en juin 1997. 

Aujourd’hui professeur d’orgue au Conservatoire régional Maurice Ravel de Bayonne (où il a, entre autres, formé Thomas Ospital) et au Centre Supérieur de Musique du Pays Basque « Musikene » à Saint-Sébastien, il est également l’auteur de nombreux travaux de recherche et d’analyse, et participe à des commissions pour la restauration ou la construction de nouveaux instruments. Parallèlement à son activité pédagogique, il mène une carrière de concertiste en France, Belgique, Allemagne, Espagne ainsi qu’aux États‐Unis et se produit dans des festivals de musique d’importance.

Esteban Landart est également coordonnateur de la Commission technique pour la conservation et la restauration des orgues et des harmoniums du diocèse de Saint-Sébastien. Son répertoire aborde tous les styles et les époques, du Codex Faenza aux variations de Schönberg, d‘Antonio de Cabezón à Radulescu, sans oublier les grands compositeurs romantiques ou symphoniques.

Toulouse.jpg
Pédagogue, en visite à Toulouse avec ses élèves... ©
Toulouse.jpg
à l’orgue de tribune de l’église Saint-Pierre des Chartreux.jpg
... à l’orgue de tribune de l’église Saint-Pierre des Chartreux ©
à l’orgue de tribune de l’église Saint-Pierre des Chartreux.jpg

Répondre à () :


Captcha
BERBINAU Hélène | 28/03/2021 10:55

Quel bonheur d’avoir de tes nouvelles indirectement ! Hasard de la lecture de cette lettre baskulture! Ta qualité de pédagogue n’a jamais été oubliée par les dacquois qui ont eu la chance de te côtoyer. En espérant que toute ta famille va bien, bien amicalement. Hélène

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription