0
Patrimoine
Urrugne : le château d’Urtubie, sept siècles de l’histoire du Pays Basque
Urrugne : le château d’Urtubie, sept siècles de l’histoire du Pays Basque

| Alexandre de La Cerda

Urrugne : le château d’Urtubie, sept siècles de l’histoire du Pays Basque

zzPatrimoine1 château d'Urtubie 3 Produits d'Alzate.JPG
Produits d'Alzate du château ©
zzPatrimoine1 château d'Urtubie 3 Produits d'Alzate.JPG
zzPatrimoine1 château d'Urtubie 2. Laurent de Cora.jpg
Laurent de Coral et le producteur du bordeaux sup. 100% merlot "château Miller La Cerda" disponible à la boutique d'Urtubie ©
zzPatrimoine1 château d'Urtubie 2. Laurent de Cora.jpg

Aujourd’hui, nous vous proposons la visite d’un monument tout à fait extraordinaire dont l’histoire est liée très étroitement à notre région. Il s’agit du château d’Urtubie à Urrugne qui raconte six siècles de l’histoire du pays et d’une famille qui y est intimement mêlée. On passe devant quand on emprunte la Nationale 10 depuis Saint-Jean-de-Luz en direction de la frontière, sur la droite, juste avant d’entrer dans le bourg d’Urrugne.

Déjà au premier abord, son architecture est très particulière, avec deux périodes très marquées, le moyen-âge et la fin de la Renaissance jusqu’au début du classicisme.

De la première période, soit le milieu du XIVe siècle, c’est-à-dire l’époque anglaise, datent les deux tours d’entrée coiffées plus tard de dômes en forme de casque à pointe. Elles encadrent un chemin de ronde et son donjon à tourelles, si caractéristique des maisons fortes régionales. Or, si les premiers seigneurs d’Urtubie étaient apparus à la cour du vicomte du Labourd dès le début du XIIe siècle, c’est en 1341 que Martin de Tartas reçoit du roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine, l’autorisation de construire un château de pierres avec murailles et fossés, parce qu’il n’en existe pas d’autres à trois lieues de là.

La maison forte d’origine sera ensuite agrémenté d’un corps de bâtiment sous la Renaissance et avec la permission de Louis XII, le château fut reconstruit et agrandi entre 1506 et 1540 par Louis de Montréal (fils de Jean II) et par son fils Jean III. Il fut adjoint un corps de bâtiment correspondant au grand salon actuel et la grosse tour avec l’escalier à vis suspendu. 

Tout château comportait sa chapelle : celle du château d’Urtubie est recouverte d’un toit à carène de vaisseaux renversé qui rappelle la proximité des charpentiers de marine et des chantiers navals de Saint-Jean-de-Luz, très actifs à l’époque, au XVIIe et XVIIIe siècles.

La visite du château d’Urtubie à Urrugne raconte près de sept siècles de l’histoire du pays et d’une famille qui y est intimement mêlée. Et plus d’un personnage illustre y a séjourné. En particulier, on se rappellera longtemps du passage de Louis XI en 1469 car il fut à l’origine d’une querelle attisée par les luttes des lignages qui déchirèrent les provinces basques : En 1448, Jean d’Urtubie participe avec son beau-père, qui était le chef du clan des Onacinos, à une expédition contre le clan rival des Gamboïnos. Son beau-fils, Jean de Monreal enlève Marie d’Urtubie pour l’épouser puis, lors de la visite de Louis XI à Urtubie, part avec le souverain comme chambellan et l’accompagne pendant 30 ans sans donner de ses nouvelles ! Pensant son mari disparu corps et biens, Marie d’Urtubie épouse Rodrigo de Gamboa, Seigneur d’Alzate (d’autant plus que son enlèvement pouvait représenter une cause de nullité de son mariage). Elle a même des enfants de son second mariage… lorsque le premier mari rentre inopinément !

On imagine les difficultés et les conflits que cette situation a provoqué ! Le règlement de cette curieuse situation tarda plus d’un siècle. Finalement, on laissa Urtubie aux Alzate, la famille du 2e mari, alors que les châteaux de Sault et Miotz furent attribués aux Monreal. Plus tard, le mariage luzien de Louis XIV laissa une exceptionnelle collection de tapisseries de Bruxelles du XVIe s dont la découverte, seule, justifie un séjour au P.Basque.

Mais le château d’Urtubie est aussi lié à une histoire plus récente

Les ministres des pays participant au sommet franco-africain des chefs d'Etat de Biarritz y tinrent même une réunion en novembre 1994. En septembre 1996, à la mort de son père Paul-Philippe, Laurent de Coral a repris la gestion de la propriété familiale. Il descend de Paul de Coral qui fut garde du corps de Louis XIV. On aimerait imaginer qu'il assista aux noces du Roi-Soleil à Saint-Jean-de-Luz, et qu'il y rencontra les derniers seigneurs d'Urtubie, dont la dernière descendante, par son alliance avec les Larralde-Diustéguy, permettra aux Coral d'hériter au XIXème siècle du château d'Urtubie !

Parmi eux, Bernard de Coral fut élu maire d'Urrugne en 1929 ; c’était le grand-père de l’actuel propriétaire, et il restera maire pratiquement jusqu'en 1965. Egalement conseiller général de 1951 à 1963 et député entre 1934 et 1941, il assista dans l'immédiat après-guerre en compagnie de Guy Petit et de Paul Dutournier à la réouverture de la frontière franco-espagnole à Béhobie. Une rue porte son nom à Urrugne.

Il y a encore un événement que nous pouvons mentionner : les visiteurs attentifs remarqueront des impacts de boulets de canons sur le mur du donjon : Soult, puis Wellington passèrent par Urtubie pendant les guerres Napoléoniennes et il est possible de voir encore aujourd’hui ces impacts de boulets tirés sans doute par l’armée de Wellington en 1813.

Actualité et visite d’Urtubie

Maintenu jusqu’à nos jours dans la même famille depuis le début de sa construction en 1341, ce magnifique château entouré de très beaux jardins est visitable de Pâques jusqu’au 1er novembre. On peut se promener dans son parc de 6 hectares composé de plusieurs parties dont un Jardin des Simples (jardin de plantes médicinales) que les châtelains successifs d’Urtubie, tous de la même famille, entretenaient pour soigner les habitants du village. Une exposition dans l’Orangerie du XVIIIème siècle vous attend pour mieux vous expliquer comment les plantes soignent et parfument grâce à leurs huiles essentielles. Une boutique complète l’exposition et commercialise les produits cosmétiques de la marque DALZATE respectueuse des critères de la cosmétique naturelle. Cette marque crée par Laurent et Odile de Coral perpétue la tradition des plantes médicinales et des soins par les plantes.

En plus des jeux mis en place pour les familles, Laurent de Coral a conçu le projet d’organiser  des cours avec une préparatrice en pharmacie sur les huiles essentielles et leur utilisation .
Tout le monde parle des huiles essentielles mais peu de personnes les connaissent vraiment et il faut les utiliser à bon escient.
Depuis l’exposition sur Hildegarde de Bingen qui reste en place à côté de la chapelle nous avons créé une nouvelle exposition dans l’orangerie sur les plantes du Pays Basque et un jardin des simples que vous connaissez déjà. Ces cours que nous prévoyons en octobre sont la suite logique du travail réalisé sur les plantes depuis cinq ans.

Dans l’Orangerie, on trouvera également des jeux en bois, souvent appelés jeux d’antan ou jeux d’estaminets auxquels vous pourrez jouer en famille ou entre amis, quel que soit votre âge.  Vous pourrez vous amuser en jouant au billard à palet, au billard japonais, à la cornole, à la pétanque sur table, au roll up ou à la table à glisser.

Visiter le château est possible depuis longtemps mais les explications, les anecdotes et le nombre de pièces à visiter s’enrichissent chaque année. Les jeunes enfants ne sont pas toujours très attentifs et visiter un vieux château ne les emballe guère. Pour les intéresser à la visite, les propriétaires ont créé un Quizz pour eux. Au cours de la visite, ils sont invités par les petits écureuils du parc, Tic et Tac, à répondre à des questions ce qui les incitera à plus d’attention et de concentration.
Si vous aimez résoudre des énigmes, vous serez servis avec deux jeux, l’un à l’intérieur du château, l’autre à l’extérieur, dans les jardins.
L’escape game au nom énigmatique « le mystère de Saint Jean de Luz » vous invite à vous plonger en 1912 dans un déjeuner champêtre qui a lieu à Saint Jean de Luz au cours duquel tous les invités tombent gravement malades à l’exception du cuisinier du château qui avait préparé le déjeuner. Vous décidez, lors de son absence, d’infiltrer son arrière cuisine et de chercher l’antidote au poison qu’il a administré à ses convives. Attention vous n’avez qu’une heure devant vous avant qu’il ne revienne…

Par ailleurs, les châtelains nous indiquent que le petit chemin qui va de la cascade à l’orangerie d’Urtubie a été rétabli. Il longe le canal d’amené d’eau des douves et, en ce bel été ensoleillé, c’est l’un des endroits les plus frais de la Côte Basque. Le canal existe depuis 1341 date de la construction du donjon d’Urtubie, de ses murailles , de son châtelet avec pont levis et donc de ses douves qui avec ce système d’amené d’eau permanent en provenance de l’Unxin ne généraient pas les mauvaises odeurs de l’eau stagnante.
Ce chemin n’est praticable pour le moment que par temps sec mais ils espèrent l’aménager même pour des temps plus humides que la période de sécheresse que nous connaissons en ce moment .

Ouvert tous les jours jusqu'au 1er novembre. En août : de 10h30 à 18h15. Entrée : adultes (+ 16 ans) : 8 € / enfant (de 5 à 16 ans) : 4 € (- 5 ans ) : gratuit  groupes : consulter. On peut même y séjourner dans une douzaine de chambres remarquablement rénovées avec du mobilier d’époque. 
Renseignement tél. 05 59 54 31 15.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription