1
Patrimoine
Saint-Jean-de-Luz : l’église Saint-Jean-Baptiste en cours de rénovation
Saint-Jean-de-Luz : l’église Saint-Jean-Baptiste en cours de rénovation

| Anne de Miller-La Cerda 549 mots

Saint-Jean-de-Luz : l’église Saint-Jean-Baptiste en cours de rénovation

IMG_20210317_150458.jpg
Saint-Jean-de-Luz : Chantier de l'église Saint-Jean-Baptiste ©
IMG_20210317_150458.jpg
IMG_20210317_150943.jpg
Chevet chapelle Nord-Ouest fresques murales abîmées et vitrail de Ste Jeanne démonté ©
IMG_20210317_150943.jpg
Vitrail de Sainte Jeanne réalisé par Mauméjean 1920.jpg
Parti à la restauration le vitrail de Ste Jeanne réalisé par Mauméjean 1920.jpg ©
Vitrail de Sainte Jeanne réalisé par Mauméjean 1920.jpg

Depuis décembre, la réfection de la toiture de l’église Saint Jean Baptiste du XVIIème classée en 1931 monument historique, ouverte au public, suit son cours au cœur de Saint-Jean-de-Luz. A cause du mauvais temps hivernal, les travaux de la toiture qui devaient se terminer en mai, seront retardés à la fin juin. 

En charge du chantier, l’architecte du patrimoine Catherine Matveieff, originaire de Biarritz puis Arbonne où elle a passé toute son enfance ,  habituée à diagnostiquer et déceler les aléas du climat océanique du Pays Basque, connaît bien ce lieu historique puisqu’elle avait déjà travaillé sur l’entrée réservée aux handicapés de l’église Saint Jean Baptiste et qu’elle assure depuis huit ans la restauration et l’entretien quotidien de la maison Louis XIV, proche de l’édifice religieux.

Parmi son équipe d’artisans sélectionnés, l’entreprise de charpente d’Henri Mouhica d’Urrugne a mis à nu la charpente en la protégeant immédiatement d’un film étanche sur lequel une première couche de tuiles « canal » neuves (ayant la forme d’une cuisse) est actuellement posée sur les 1600 m2 de toiture. Celles-ci seront recouvertes par une seconde couche de tuiles du même type, en bon état mais patinées afin d’obtenir un aspect vieilli.

A l’intérieur de l’église, au-dessus du chœur, l’oculus du maître-verrier Devivier datant de 1960 et dont le cerclage n’était plus étanche, sera changé.
Côté Nord-Ouest, les anciennes fresques et les décors muraux du XVIIIème ainsi qu’une petite partie du plafond de la chapelle du chevet et le vitrail  du portrait en pied de Sainte Jeanne de France réalisé par Mauméjean ont été endommagés par des infiltrations d’eau. En charge actuellement de la restauration du vitrail, le maître-verrier Gérald Franzetti réajuste sur mesure le plein cintre et remplace les barlotières de fer rouillées par de l’inox (316 L).

Le coût total des travaux s’élevant à  385.000 euros sans les décors, la mairie, propriétaire et responsable de l’entretien de l’église, a investi 55% de la somme, le solde étant financé à 45 % par  la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC).

Dans un second temps, seront restaurés les fresques de la chapelle du chevet Nord Ouest,  ainsi que les magnifiques brocarts aux broderies de fil d’or des vêtements sacerdotaux. Offerts par Louis XIV laprès son mariage en 1660, ces pièces d’exception classées en 1906 par les monuments historiques, sont actuellement précieusement conservées par l’abbé Lionel Landart dans la sacristie de l’église dont il a la charge. Il faudra changer le fond des tissus précise l’ecclésiastique. Lors de la dernière intervention datant des années 1990, les Bénédictines d’Urt avaient modifier certaines des soies.

En ce qui concerne le relevage du grand orgue datant du XVIIème, son coût de la restauration étant estimé à 370 000 €, le public est invité à participer à une souscription lancée en août 2019 (à la suite d'un un accord avec la mairie) par la Fondation du Patrimoine. Mais les travaux ne pourront commencer qu'après l'appel d'offres qui prendra plusieurs mois et permettra de choisir le facteur d'orgue qui réalisera le chantier... en 2022. Bon de souscription à renvoyer à la Fondation du patrimoine Aquitaine, 7 rue Fénelon – 33000 Bordeaux. Voir sur :   www.fondation-patrimoine.org

Notre photo : autel renfermant la chape, le voile huméral, l’étole pastorale, les dalmatiques et l’antependium  offerts par Louis XIV après son mariage à l'église Saint-Jean-Baptiste ©Thierry Truffaut

autel avec habits sacerdotaux.jpg
L’antependium du mariage de Louis XIV ©
autel avec habits sacerdotaux.jpg

Répondre à () :


Captcha
Françoise Martin Moro | 23/03/2021 15:39

Nous nous réjouissons de cet intérêt porté au patrimoine luzien. Un "bémol" toutefois. Contrairement à ce que vous indiquez, les travaux concernant le grand orgue n'ont pas commencé l'an dernier. La Mairie a été saisie du problème en 2016. Elle a passé un accord avec la Fondation du Patrimoine pour lancer une souscription fin aout 2019. Les travaux sont loin d'avoir commencé car l'appel d'offres, souvent annoncé, n'a toujours pas été lancé. C'est une procédure qui prend plusieurs mois et permettra de choisir l'artisan qui réalisera le chantier... en 2022???

| | Connexion | Inscription