0
Patrimoine
Rencontre avec Laurent de Coral, nouveau président des Sites et Musées en Pays Basque
Rencontre avec Laurent de Coral, nouveau président des Sites et Musées en Pays Basque

| baskulture 2067 mots

Rencontre avec Laurent de Coral, nouveau président des Sites et Musées en Pays Basque

Château d'Urtubie.JPEG
Le château d'Urtubie à Urrugne ©
Château d'Urtubie.JPEG

L’association Sites et Musées en Pays Basque regroupe les sites majeurs des provinces Basques de France (Iparralde) dont plus de 600.000 personnes visitent chaque année les Musées, châteaux , grottes et sites.
Laurent de Coral, propriétaire du château d'Urtubie, en est le nouveau président depuis le début de l’année.
L’association regroupe 12 sites mais cette année, les gorges de Kakuetta sont fermées pour travaux et l’Espace chemin Bideak n’ouvre que son jardin, le temps d’aménager de nouvelles salles .
Il reste donc : le Musée Basque à Bayonne, la Villa Arnaga à Cambo, les Châteaux d’Urtubie à Urrugne et d'Abbadia à Hendaye, le train de la Rhune, Ortillopitz ainsi que les grottes à Sare, la prison des Evêques à Saint-Jean-Pied-de-Port, les grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya ainsi que l’église de l’hôpital Saint-Blaise.
Les conditions d’ouverture et horaires et conditions d’ouverture sont à vérifier sur les sites Internet de chacun des sites faisant partie de l’association qui sont en lien sur  www.sitespaysbasque.com   

Nous publions ci-dessous un entretien avec Laurent de Coral paru sur le site de l’OT de Saint-Jean-de-Luz :    

Le Château d’Urtubie 

Le château d’Urtubie est un des sites historiques membres de l'association mais c’est également l’histoire d‘une famille, celle d’Urtubie dont vous êtes l’un des descendants Laurent de Coral ?

Effectivement, le château d’Urtubie est un lieu important de l’Histoire locale mais il a aussi joué un rôle dans notre histoire nationale et a toujours appartenu à la même famille .

Ses pierres racontent plus de six siècles de l’histoire du Pays Basque. C’est le roi Edouard III d’Angleterre, duc d’Aquitaine qui autorisa en 1341 la construction du château d’Urtubie pour contrôler la route vers l’Espagne. A l’issue de la guerre de 100 ans, les anglais quittent l’Aquitaine et en 1463, le roi de France, Louis XI vient s’installer quelques jours à Urtubie pour rencontrer le roi de Castille et le roi d’Aragon . Il quitte Urrugne après avoir obtenu , pour la couronne de France , le Roussillon dont les villes les plus connues sont Perpignan et Collioure . Il est tellement content de son séjour qu’il emmène avec lui le seigneur d’Urtubie qui devient son chambellan et qui a la bonne idée d’emmener avec lui à Paris son fils Louis qui sera élevé à la cour avec le futur Louis XII . Les années passent et les membres de la famille d’Urtubie occupent des fonctions de plus en plus importantes. En 1659, la paix est signée avec l’Espagne et le château subi des travaux d’agrandissements et d’embellissement qui se terminent en 1743. 
Après la révolution, au début du XIXe siècle, le maréchal Soult installa son poste de commandement à Urtubie pour tenter , sans succès , de bloquer l’armée anglo-espagnole commandée par Wellington qui s’apprêtait à envahir la France. C’est en 1830, lors de l’arrivée de Louis-Philipe au pouvoir, que le château d’Urtubie devient la propriété de François-Louis de Larralde-Diusteguy, dernier descendant d’une riche famille d’anciens corsaires et petit-fils de Jeanne-Marie d’Urtubie. Sa fortune lui permettra de rénover luxueusement les intérieurs d’Urtubie tout en respectant son architecture si particulière qui date des XIVème, XVIème et XVIIIème siècles.

Le château est aujourd’hui certes un monument historique et un site de visite mais il se veut avant tout une maison vivante dans laquelle j’ habite avec ma famille. 

Vous y vivez vous-même, depuis toujours ? Ce château est privé, depuis quand l’avez-vous ouvert au public ?

Après avoir terminé mes études de droit et de finance j’ai passé 10 ans dans une banque à Paris mais au décès de mon père , en 1996 , nous sommes revenus , mon épouse et moi , nous installer à Urtubie qui a toujours été habitée par la famille depuis 24 générations ce qui est assez rare . Afin d’entretenir ce monument historique onéreux et le faire vivre, l’ouverture au public s’est imposée six mois par an alors que mon père ne l’ouvrait au public que du 14 juillet au 31 aout et cela depuis 1981 . 40 ans déjà… 

Quand et comment l’idée vous est-elle venue d’ouvrir un hôtel ? Initialement il s’agissait de chambres d’hôtes. Aujourd’hui l’établissement est un château-hôtel équipé d’une piscine.

La bâtisse entourée de son vaste parc se prêtait à l’organisation de mariages ce que nous avons fait dès notre installation . C’est tout naturellement qu’est alors venu l’idée des chambres d’hôtes, dans un premier temps pour héberger les mariés puis, pour les vacanciers désireux de séjourner au sein d’un lieu atypique, chargé d’histoire. 

Nous avons maintenant 10 chambres d’hôtel qui ont demandé un lourd investissement notamment pour les mises aux normes mais aussi pour la mise à niveau des équipements de confort exigé par la clientèle des châteaux-hôtels ( Piscine , ascenseur , climatisation etc…) Aujourd’hui nous sommes heureux d’avoir permis à Urtubie d’entrer dans le XXIème siècle .
Cela nous a en plus permis de rencontrer des clients étrangers venus du monde entier qui représentent 60 % de notre clientèle .Ils sont essentiellement originaires de pays Anglo-Saxon : Grande Bretagne , Etats- Unis , Canada , Irlande et Australie mais aussi de pays européens comme l’Allemagne , la Belgique et la Suisse . Certains clients sont même devenus des amis et nous invitent chez eux .

Si nous avions le temps avec mon épouse nous pourrions faire le tour du monde à la rencontre de nos clients devenus des amis .

Lors des visites guidées, les enfants peuvent participer à un jeu de piste avec leurs parents grâce à une application jeu. A partir de quel âge…

La visite du château d’Urtubie commence par une promenade dans le parc de six hectares . Suite à la pandémie, nous avons dû nous adapter et supprimer les visites guidées des intérieurs et les remplacer par des visites libres avec des fiches explicatives permettant une libre circulation d’une pièce à l’autre. Il se trouve que cette nouvelle formule est plutôt appréciée d’autant plus que le guide passe tout de même 10 minutes sur les remparts avec chaque groupe pour expliquer l’histoire du Château d’Urtubie et résumer ce que les visiteurs vont voir seuls à l’intérieur . Les enfants qui peuvent parfois trouver ces visites un peu longues sont amenés vers une visite dynamique et participative grâce à un jeu de piste interactif. Ce jeu de piste en extérieur s’effectue à l’aide d’une application jeu à télécharger avant la visite sur deux smartphones. Il demande à l’enfant un travail d’observation, et de réflexion et s’adresse essentiellement aux enfants de 8 ans et plus. Il est sans supplément de coût. 

Pour les plus petits, un questionnaire papier leur est proposé. Dans les deux cas, parents et enfants devront collaborer pour trouver la ou les solutions. 

Plus récemment vous avez décidé de surfer sur les nouvelles tendances et avez mis en place une salle d’Escape Game. Allez- vous développer cette activité ? Ouvrir d’autres salles ?

L’Escape Game est en place depuis l’été 2017. Une pièce du château, l’arrière- cuisine, y est consacrée. J’en rappelle la thématique : « 1912. Un bucolique déjeuner sur l’herbe est donné à St-Jean-de-Luz. Les réjouissances tournent au cauchemar quand tous les convives tombent grièvement malade sauf un : le nouveau cuisinier du château. Alors que ce dernier est parti à l’épicerie, vous décidez de vous introduire dans sa cuisine pour chercher un remède… » 

C’est une thématique qui a beaucoup plu, et nous pensons déjà à une suite dans une autre pièce . Peut-être la chambre du cuisinier pour détruire la formule de son poison.

Un site de visite, un hôtel, une habitation, un Escape Game, des locations de salle. Quelle est la prochaine étape pour continuer à faire vivre ce lieu ?

Nous avons aujourd’hui réussi à diversifier notre clientèle et toutes les générations semblent heureuses de venir à Urtubie. Ce que nous souhaitons maintenant avec mon épouse , c’est qu’Urtubie soit plus qu’un château que l’on visite une fois pendant ses vacances mais un lieu où l’on aime revenir régulièrement en famille ou entre amis car chacun peut y passer un bon moment. En plus de l’Escape Game et du jeu de piste , des jeux d’antan en bois ont été installés depuis l’été dernier dans le parc. C’est une activité récente qui a fait le bonheur des petits et des grands. Notre souhait serait de développer le nombre de ces jeux .

Lorsque les visiteurs du château ou les clients de l’hôtels repartent, quelles sont les remarques qui reviennent le plus souvent sur ce lieu ?

Les visiteurs indiquent tous qu’Urtubie est à taille humaine , que c’est une maison de famille avec une histoire riche . Pour quelques heures ou quelques jours nos visiteurs viennent vivre une expérience unique sur la Côte Basque .

Vous avez ouvert les portes d’Urtubie à Anne Etchegoyen en aout 2020 pour un concert en plein-air. Allez-vous développer ce type d’activité ?

En effet, c’est avec joie que j’ai prêté le parc d’Urtubie et son orangerie à Anne Etchegoyen,. J’ai une grande admiration pour cette artiste.

J’ai créé avec mon épouse et mes enfants un fond de dotation qui est une structure juridique proche de la fondation . Il nous permettra de développer le mécénat .Son objet principal est la mise en valeur du site classé du château d’Urtubie mais aussi l’accueil d’événements culturels .

Vous avez également un vaste parc et une orangerie du XVIIIème siècle dédiée à une exposition sur les plantes. Vous avez développé cet axe en réalisant avec un grand laboratoire français vos propres cosmétiques à base de verveine et avez créé votre propre marque : "Dalzate". Pourquoi la verveine et quelles en sont les vertus ?

L’histoire de "Dalzate" commence pendant les dix ans que j’ai passé dans une banque à Paris. J’avais à l’époque rencontré plusieurs dirigeants d’entreprises de cosmétiques et j’avais depuis cette époque le projet de créer ma propre entreprise dans ce secteur qui m’a toujours passionné . Mais cette création a pris du retard car mon père était décédé jeune et j’ai dû, avec mon épouse, reprendre la gestion du domaine d’Urtubie dans l’urgence. Finalement c’est dans ce bel écrin que nous avons créé tous les deux la société "Dalzate".

Il faut savoir qu’en 1341, comme tous les châteaux du Moyen-Age, le château d’Urtubie avait pour mission de protéger les populations mais aussi de les soigner. Ses châtelains successifs, tous de la même famille, utilisaient pour cela des plantes médicinales cultivées sur place dans un jardin des simples. 

C’est dans cette continuité que s’inscrit notre démarche. 

Pourquoi la verveine ? Il s’agit d’une plante importée d’Amérique du Sud tout au long du XIXème siècle par les immigrés basques d’Argentine et du Pérou qui en ramenaient à leur famille lorsqu’ils revenaient s’installer ici. Notre climat océanique convenant à cette plante, elle fut cultivée dans la plupart des fermes basques qui la préparaient le plus souvent en infusion calmantes ou digestives. C’est à la fin du XXème siècle que les vertus de la verveine odorante furent utilisées pour créer des produits cosmétiques. 

C’est avec un laboratoire français que nous avons développé notre gamme de produits cosmétiques en utilisant de l’huile essentielle de verveine mais également du beurre de karité issu de l’agriculture biologique .Tous nos produits cosmétiques sont respectueux des critères de la cosmétique naturelle . Les savons , les crèmes mains , les laits corporels mais également les gels douche et les shampoings . Pour ces derniers nous réfléchissons à produire des shampooings solides très écologiques .

L’écologie est au cœur de nos préoccupations . Tous nos emballages sont recyclables et même à l’infini pour l’aluminium de nos crèmes mains .

Ces produits sont en vente dans notre boutique ici à Urtubie mais aussi en ligne sur notre site  www.dalzate.fr

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez aujourd’hui pour continuer à faire vivre un tel lieu ?

Faire vivre un tel lieu constitue un défi quotidien car je souhaite qu’Urtubie soit autonome . Gérer un monument historique doit être une passion car on ne compte pas ses heures. Nous sommes tributaires des recettes de l’hôtellerie , des entrées de la visite et nous misons aussi beaucoup sur la boutique et les produits Dalzate. Un tel lieu demande également du personnel qui travaille sur place toute l’année pour l’entretien du parc mais il faut également en saison des femmes de ménage , des guides et une personne spécialement formée à l’Escape Game. La totalité des bénéfices sont réinvestis pour l’entretien du site ou mis en réserve en prévision des gros travaux à venir.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription