0
Tradition
Philippe Oyhamburu et Ereileak, fédération des artistes, intellectuels et animateurs de l’art et de la culture basques
Philippe Oyhamburu et Ereileak, fédération des artistes, intellectuels et animateurs de l’art et de la culture basques

| Alexandre de La Cerda 843 mots

Philippe Oyhamburu et Ereileak, fédération des artistes, intellectuels et animateurs de l’art et de la culture basques

zOyhamburu discours + médaille.jpg
Philippe Oyhamburu reçoit la médaille de la Ville de Biarritz ©
zOyhamburu discours + médaille.jpg
z haut 2 txistulari © Manex Barace (125).jpg
Un air de txistu en son honneur © Manex Barace ©
z haut 2 txistulari © Manex Barace (125).jpg
zChâteau de Larraldia à Villefranque (avant l'incendie).jpg
Le gala de la semaine culturelle d'Eireleak au château de Larraldia à Villefranque (avant l'incendie) ©
zChâteau de Larraldia à Villefranque (avant l'incendie).jpg

Nous avions relaté la semaine dernière comment sur une initiative de Pantxoa Etchegoin qui l'avait remarquablement animée, une cérémonie d’hommage à Philippe Oyhamburu s’était déroulée au Casino municipal de Biarritz à la veille de ses 100 ans, avec remise de la médaille de la Ville en reconnaissance de son parcours au service du rayonnement de Biarritz et de la culture basque par l’adjointe déléguée à la Culture et à l’Euskara Anne Pinatel. 
Airs navarrais interprétés par trois gaiteros d'Etorki - l'hymne des Cortes (parlement) de Navarre - chants et danses de Soule rythmés par un ttun-ttun, ainsi qu'un message enregistré de Maider Arosteguy, maire de Biarritz (dont le grand-père, Félix Arostéguy, lui était très lié) avaient ponctué les interventions en son honneur et Philippe Oyhamburu avait lui-même relaté avec beaucoup d'humour le cheminement de sa vie. 

L’occasion de me rappeler mon active participation à l’extraordinaire semaine culturelle basque de Villefranque organisée par l’association « Ereileak » : cette « Fédération des artistes, intellectuels et animateurs de l’art et de la culture basques » présidée par Philippe Oyhamburu (et dont j’étais le vice-président) avait été créée au début de l’année 1980 sous l’égide d’« Izan », groupement de personnalités engagées dans le développement du Pays Basque, parmi lesquelles Henri Duhau, Jean Roch Guiresse, Mikel Ithurbide, Patxi Noblia, Eñaut Larralde et Jean Espilondo.

Dans une étude très documentée sur cette structure, l’universitaire Jean-Claude Larronde rappelle que dès son origine en 1979-1980, Izan mit en avant cinq chantiers- phares :
- La revendication institutionnelle : un département Pays Basque doté d’un Statut de la Langue et de la Culture basques ;
- La présence abertzale aux élections municipales en Iparralde : la démarche Herritarki ; 
- Le développement économique : le Plan 1500 emplois d’ici à 1985 ; la naissance de l’association Hemen et de la Société Anonyme Herrikoa ;
- Les échanges transfrontaliers : Le Jumelage Populaire Bayonne- Pampelune et la création de l’association Iruña ;
- Au niveau culturel : l’association Ereileak, Fédération des artistes, intellectuels et animateurs culturels basques.

Dès le début, Philippe Oyhamburu fut la cheville ouvrière de ce projet dont l’objectif était de s’adresser aux créateurs et interprètes dans le domaine du spectacle et dans celui des disciplines plastiques ou intellectuelles ainsi qu’aux animateurs culturels, avec six sections : les Plasticiens (peintres, sculpteurs, architectes et artisans d’art) ; les Chanteurs et Musiciens ; les Bertsularis, les Animateurs culturels et enfin une dernière section regroupant les photographes, écrivains, chorégraphes et danseurs. Il était décidé de mettre en place une coordination des manifestations culturelles, et l’idée était lancée d’organiser une semaine culturelle illustrant l’état de l’art et des lettres basques.

En juin 1980, une réunion à la Mairie d’Ustaritz élit le bureau de la Fédération : Président : Philippe Oyhamburu ; Vice-Président : Alexandre de La Cerda ; Secrétaire : Monique Arostéguy ; Secrétaire-adjoint : Jean-Louis Harignordoquy ; Trésorier : Peio Ospital ; Trésorier adjoint : Koxe Urtizberea. Parallèlement, les sections élisaient leurs représentants ; Bertsularien Lagunak (c’est donc la naissance de l’association Bertsularien Lagunak qui existe toujours, plus vivante que jamais et dont le siège actuellement se trouve à Larraldea, quartier Amotz à Saint-Pée, chez notre ami Andoni Iturriotz) : Michel Itzaina, Jean-Louis Harignordoquy, Jean-Pierre Mendiburu ; Journalistes : Alexandre de La Cerda, Philippe Etcheverry ; Pierre Buessard ; Chanteurs : Peio Ospital, Iker Robles, Niko Etxart ; Plasticiens : Roger Razin, René Gélos, Haramboure ; Autres artistes : Monique Arosteguy, Philippe Oyhamburu ; Coordinateurs : Mattin Larzabal, Jean Espilondo, Jean-Pierre Artola.

Ereileak organisa une semaine culturelle du 20 au 28 septembre 1980 à Villefranque ; un chapiteau fut loué et des salles de la mairie furent mises à disposition par le maire, Michel Berger. Le programme était particulièrement fourni avec des expositions, des kantaldi, des dantzaldi, des conférences, des table-rondes, des parties de pelote, des repas… Je me souviens en particulier d’être allé chercher de l’autre côté de la « muga » - en mode « gauasko lana » - d’anciens films basques inédits ainsi que l’appareil de projection professionnel 16mm qui manquait cruellement par chez nous pour les projeter. Et pour clôturer cette extraordinaire semaine, quelle belle soirée de gala au château Larraldia à Villefranque (avec l'argenterie d'origine de cet ancien hôtel de luxe, propriété de l'esthète et collectionneur Maurice Carrère, où avaient été tournées des scènes de "La Banquière" avec Romy Schneider). Je portais une « chamarra » de soirée que m’avait cousue Sabine Oyhamburu ! (voyez mon article du 22 juin 2017 :
https://baskulture.com/article/villefranque-le-chteau-de-larraldia-va-revivre-1932

Dans son étude sur « Izan », Jean-Claude Larronde indique encore que Jean Espilondo et Jean Idieder s’attelèrent à une « Introduction à l’élaboration du projet de statut de l’euskara en France » mais il est vrai qu’en 1981, ce projet fut supplanté par celui élaboré par les Assises de la Culture Basque qui se mirent en place à partir de septembre 1981.

Malheureusement, conclut Jean-Claude Larronde, « la semaine culturelle de Villefranque fut la dernière manifestation d’Ereileak ; le compte-rendu du Bitzar Nausi d’Izan à Ahetze du 5 juillet 1981 précise qu’Ereileak s’est essoufflé, que les participants auraient préféré que l’accent soit davantage mis sur la Fédération et les actions de coordination ; la cause principale de la disparition d’Ereileak doit plutôt être recherchée dans la démission de Philippe Oyhamburu qui semble avoir souffert après la semaine de Villefranque, selon le compte-rendu cité, de « critiques extérieures en forme de rumeurs, uniquement destructrices. »

z Accolade avec Pantxo Etchegoin, initiateur de l'omenaldi © Manex Barace (119).jpg
Accolade avec Pantxo Etchegoin, initiateur de l'omenaldi © Manex Barace ©
z Accolade avec Pantxo Etchegoin, initiateur de l'omenaldi © Manex Barace (119).jpg
zPantxo Etchegoin avait invité le chanteur Erramun Martikorena © Manex Barace.jpg
Pantxo Etchegoin avait invité le chanteur Erramun Martikorena © Manex Barace ©
zPantxo Etchegoin avait invité le chanteur Erramun Martikorena © Manex Barace.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription