0
Livre
Le Boncourt tombe (encore) juste !
Le Boncourt tombe (encore) juste !
© DR

| Bixente

Le Boncourt tombe (encore) juste !

Pour la quatrième année consécutive, les quatorze lecteurs issus du Club de lecture et réunis par la Médiathèque dans les beaux salons de chez Miremont ont visé juste. Leïla Slimani se voit attribuer le Goncourt et le Boncourt biarrot. Les membres du jury n’ont disposé que de quelques semaines pour lire avidement les quelques seize ouvrages en compétition pour le Prix Boncourt, évènement littéraire initié par la Médiathèque et sa directrice, Maialen Sanchez. Jeudi dernier nous en étions donc à la onzième édition avec dans le carré final les livres d’un Jauffret (Cannibal, Le Seuil) ou d’une Catherine Cusset (L’autre qu’on adorait, Gallimard), mais c’est finalement Leïla Slimani et sa Chanson Douce (Gallimard) qui s’est vu attribuer le Prix Boncourt de la ville de Biarritz. A travers le roman d’une famille où surgit le personnage d’une nourrice auquel s’attachent les enfants, c’est bien notre époque et notre société que peint l’auteur, sans concession… Presque au même moment, celle dont ce n’est que le deuxième roman (Dans le jardin de l’Ogre est sorti en 2014) recevait le prestigieux Prix Goncourt avec six voix sur dix. C’est donc la quatrième année consécutive que les lectrices biarrotes devancent leurs homologues parisiens. Chapeau mesdames ! Il faut dire qu’à ce jour l’ouvrage s’est déjà écoulé à plus de 35 000 exemplaires. Par ailleurs, le jury biarrot a accordé son coup de cœur à « Au commencement du septième jour » de Luc Lang. Le Renaudot se voit décerné lui-aussi à une femme, Yasmina Reza, pour son livre Babylone sorti chez Flammarion.

Bixente

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription