1
Actualité
La ville de Biarritz  trouvera-t-elle les fonds suffisants pour financer entièrement l’aile Nord du Palais ?
La ville de Biarritz  trouvera-t-elle les fonds suffisants pour financer entièrement l’aile Nord du Palais ?

| Anne de Miller-La Cerda

La ville de Biarritz trouvera-t-elle les fonds suffisants pour financer entièrement l’aile Nord du Palais ?

Fin septembre,  les bâches qui enveloppaient l’aile Ouest de l’hôtel du Palais, recouvrent maintenant l’aile Nord, dernière étape des travaux.

Aujourd’hui l’aile Ouest  dont le chantier fut retardé de trois mois à cause du Covid a été entièrement restaurée. Cette partie du bâtiment, comprend au rez-de-chaussée, le restaurant de la Rotonde et son bar, un tea lounge et un lobby. Aux étages, les 44 clés des chambres et suites restantes entièrement rénovées ont été meublées dans le respect du style Empire hormis les pièces du cinquième étage décorées dans un esprit « marin » plus contemporain.
A partir d’octobre, il est envisagé la troisième et dernière phase des travaux de l’aile Nord qui comprendra le ravalement, la réfection de la toiture ainsi que celle des chambres et suites et devrait s’achever normalement au printemps.

Or à la fin de l’été, la maire de Biarritz Maider Arostéguy, nouvellement présidente de la Socomix (société d’économie mixte, propriétaire de l’hôtel) à la suite de Jean-Michel Veunac, avait annoncé dans un communiqué qu’elle cherchait vingt millions d’euros supplémentaires afin d’achever les derniers travaux du Palais.  «Dans ces millions d’euros qui nous manquent, il y a le trou dans les caisses de 6 millions, dû au fait que l’hôtel n’a pas ouvert cet été (...) Une rallonge à prévoir sur les 70 millions d’euros déjà investis», avait précisé  Maider Arostéguy.

A la suite de la demande urgente du maire de Biarritz, JCDecaux holding verserait un supplément de 4 millions d’argent frais, et la Ville paierait 2,4 millions. Nouvel actionnaire : la Caisse des dépôts déboursera 1,3 millions. Ces sommes seraient remboursables ou transformables en capital.  

Rappelons qu’en 2018,  le groupe Hyatt avait reçu la gestion du Palais par contrat de la Socomix - dans laquelle la ville est majoritaire (54%) - et que la société JC Decaux holding était entrée dans le capital à hauteur 33 %. « C’est la Socomix qui finance les travaux, ainsi que le nouvel actionnaire. Le montage qui avait divisé le conseil municipal à l’époque, prévoit également que l’exploitant du Palais, le groupe hôtelier Hyatt, reverse un pourcentage sur son chiffre d’affaires ».

Maider Arostéguy a assuré que les travaux terminés ou non, l’Hôtel  rouvrirait l’été 2021. Le Conseil Municipal  se réunira ce vendredi 2 octobre pour débattre de toutes ces questions. Aux dernières nouvelles, un complément de 3,3 millions viendra du prêt garanti par l'Etat. Pourquoi l'ancienne équipe Municipale n'avait-t-elle pas prévu un supplément de budget . Un supplément, hormis le coût de la fermeture du palais, qui serait dû à des surprises de chantier ! Héritière d'une situation financière difficile, Maïder Arostéguy  essaie de relever le défit.

 

Répondre à () :


Captcha
MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 08/10/2020 12:02

Ce n'est pas du tout à cause de la Co-Vi-D-19, maladie saisonnière classique de grippe composée de 5 souches virales qui a causé des retards de travaux (suivant les années il y en a entre UNE et ONZE). Ce sont les décisions gouvernementales brouillonnent, irresponsables, débiles, qui en sont la cause associée à la servilité lâche des gens, en général trouillards. Les Français sont devenus en large majorité trop décevants pour rester intéressants aux yeux étrangers comme aux yeux pourtant bienveillants des meilleurs en France même. Le maire de Biarritz (pas "la") s'occupe apparemment bien de l'opération au coût renchéri par les décrets du Gouvernement qui donc devrait payer entièrement les six millions des poches de ses membres. Trop facile de décréter des insanités illégales et anticonstitutionnelles et puis ensuite de laisser les victimes payer...

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription