0
Tradition
"La Moisson" de Paul Sérusier 1864-1927
"La Moisson" de Paul Sérusier 1864-1927

| François-Xavier Esponde

"La Moisson" de Paul Sérusier 1864-1927

En contemplant le tableau de Paul Sérisier “La Moisson”, on est transporté dans cet autre environnement du début du XXème siècle où viennent à l’esprit la moissonneuse-lieuse-batteuse qui s’activait pendant l’été pour récolter le précieux fruit de blé de saison de nos champs, car les épis mûrs menaçaient de perdre leurs fruits.
Une noria de « mains » et de garçons de ferme accouraient pour célébrer ces réjouissances au terme d’un processus de maturation du grain de blé semé en terre et qui donnait du fruit, variable selon les intempéries orageuses du printemps.

Paul Sérisier, désigné comme le penseur du groupe d’artistes au début réuni à Pont-Aven en Bretagne autour de Paul Gauguin, respire la santé de la nature luxuriante, généreuse et belle de l’été.
De nature environnementale ou écolo à loisir pour notre époque, les couleurs, les senteurs, les sensations et les sens trouvent leur plénitude dans ces images rurales et paysannes du travail accompli par la lumière et la main besogneuse du travailleur.

Ces artistes se désigneront “les nabis” en hébreu “illuminé ou prophète”. Le courant de ces peintres s’inscrivait à l’avant garde du courant symboliste.
Au début de ce XXème siècle, ces peintres s’affirmeront comme “libérateurs de l’esclavage, autant du réalisme académique que de l’impressionnisme”.
Peint en 1903, le paysage de la « Moisson » est profondément spirituel par l’interprétation des motifs de la nature qui l’habitent.
Un nôtre paysage qui révèle notre jardin intérieur inspiré par le poème “Correspondances” de Charles Baudelaire.
Le nabi à la barbe rutilante célèbre la nature comme un temple où la vie humaine chemine à travers une forêt de symboles. Un profil très contemporain du sérail des barbus très en vogue aujourd’hui, dont le langage vert est aux symboles comme pouvait l’être la moustache à la soldatesque des récits de combattants d’un autre temps.
La nature y est symbole d’une vie intérieure et supérieure. Les couleurs sont superposées sur le tableau, parfois en rapport d’hostilité, des plans d’illustrations font office de perspectives pour regarder loin, plus loin et se détacher des retenues du regard immédiat, pour voir davantage en profondeur et à l’horizon.

La métaphore est dans le récit illustré par le peintre. Par ces trois femmes de “la Moisson”. Bretonnes, par leurs coiffes, elles s’activent au travail et leur assiduité témoigne pour l’artiste du questionnement perpétuel de la condition humaine.

Ce sont les mêmes, et reprises du tableau célèbre de Paul Gauguin en 1898. Qui suis-je, que fais-je, où vais-je dans ma vie, du questionnement du maître ?
La première femme, vêtue d’une longue robe, la main sur la hanche, contemple l’humaine destinée représentée par l’espace environnemental qui l’entoure. Bigarrée et compliquée.
La seconde est laborieuse, et coupe les épis de blé à la main, à la faucille, et la troisième lie les gerbes de blé.

Le contraste du tableau montre la verdure magnifiante du fond de paysage où l’été livre généreusement sa profusion et ses couleurs sauvages et de végétation luxuriante.
Il y a donc de l’impressionnisme féerique au fond du paysage ; il y a aussi en premier plan le domaine de la création de l’homme qui sait d’expérience que passer de l’un à l’autre n’est jamais de toute évidence, ni de même nature.
Le passage de ces deux plans illustre selon l’artiste notre espace spirituel intérieur.
La vague d’or de l’océan de gerbes mûres de l’été domine tout le tableau.
Symbole de la fusion entre la gloire divine la première, le dernier mot du créé, et le destin de l’humanité dans son histoire, qui sera semé et promis à la moisson première.

Ces blés coupés et liés en gerbes seront la préfiguration de la foule immense des sauvés… Une vision prophétique de nabi, une séduction spirituelle et perpétuelle de l’humanité taraudée par le questionnement continu de son existence.
L’artiste ajoutera les coquelicots, fleurs de nos champs de blé de jadis de notre campagne : la couleur sacrificielle du rouge sang et de l’effort accompli rappellera que toute moisson porte de discrètes taches rouges d’une mort anéantie par l’Eternel et le Laboureur qui se sont unis pour accéder à l’échange de plénitude de leur vie partagée.

Tableau prémonitoire en ces heures de pandémie où deux natures se chevauchent en nous, par la nature et l’esprit, qui s’opposent et se refusent...

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription