3
Exposition
Exposition Raphaël : dernière ouverture du Musée Bonnat-Helleu avant travaux !
Exposition Raphaël : dernière ouverture du Musée Bonnat-Helleu avant travaux !

| Anne de Miller-La Cerda

Exposition Raphaël : dernière ouverture du Musée Bonnat-Helleu avant travaux !

Vierge à l'enfant 1.JPG
Vierge à l'enfant par Raphaël ©
Vierge à l'enfant 1.JPG
4Benjamin Couilleaux dévoile l'exposition.jpg
Benjamin Couilleaux dévoile l'exposition.jpg ©
4Benjamin Couilleaux dévoile l'exposition.jpg
Raphel 2.JPG
Deux nus face à face par Rapha ©
Raphel 2.JPG

 Du 19 septembre au 4 octobre, prolongeant les journées du patrimoine, l’exposition « Raphaël à Bayonne : le maître, ses élèves et ses copistes » organisée au musée Bonnat-Helleu rend hommage au grand maître de la Renaissance italienne Raphaël à l’occasion du cinquième centenaire de sa disparition.

Avec le Louvre, le musée Bonnat est l’une des rares institutions qui possède des œuvres de Raphaël (1483- 1520). Huit des dix dessins de l'artiste de la période de 1504 à 1508 réalisés au contact de Léonard de Vinci et de Michel Ange seront accompagnés d’œuvres de ses meilleurs élèves : Giulio Romano, Perino del Vaga et Polidoro da Caravaggio ainsi que celles de ses copistes : Jean-Auguste Dominique Ingres, Eugène Delacroix et Léon Bonnat. Soit au total 24 œuvres issues de la collection Bonnat seront ainsi mises en scène.

Parmi les esquisses de la période florentine de Raphaël, une représentation à l’encre brune de la « Vierge à l’enfant » (1507-1508), fut réalisée sur le thème des Madones inspirées de la sculpture du Tondo Taddei de Michel-Ange. A travers le papier vergé de l’œuvre posée sur une table lumineuse, se profile en filigrane une croix grecque tréflée dans un cercle, correspondant à une marque utilisée par des papetiers en Toscane à la fin du XVème siècle. 
Une autre étude plus travaillée à l’encre brune laissant apparaître des lignes de construction à la pointe de plomb, datée de la même période florentine de 1507, figure deux hommes nus debout. Celui de droite porte un agneau dans les bras. Ce très beau dessin traduisant la chair sculptée à l’image d’un marbre de Michel Ange semblerait d’après le catalogue du musée Bonnat de juin 2004 rédigé par l’ancien conservateur Vincent Ducourau, issu d’un extrait de la Genèse : Abel porte en offrande les premiers-nés de son troupeau à Yahvé tandis que les produits du sol de son frère Abel sont refusés par le Créateur. Cette scène où les deux nus face-à-face s’opposent aurait été inventée par le peintre en prélude à la suite du récit. Jaloux, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua. 
Il existe une autre version plus récente de ce dessin décrite par le commissaire de l’exposition  et conservateur actuel du musée Bonnat-Helleu Benjamin Couilleaux : « l’œuvre serait rattachée à une série d’études pour un grand décor sur le siège de Pérouse par le roi ostrogoth Totila entre 546 et 552. La feuille de Bayonne représenterait plus précisément deux Ostrogoths portant un agneau mort, jeté des remparts de Pérouse par les habitants assiégés selon un stratagème dicté par l’évêque Herculanus (ou Herculan), pour faire croire à l'assaillant qu'ils possédaient encore assez de vivres pour nourrir leurs troupeaux et donc tenir face aux armées de Totila ».
Première ou seconde version, ces interprétations paraissent subjectives à l’image de certaines copies prises pour des vraies.

Rappelons qu’au musée Bonnat-Helleu fermé depuis 2011, les travaux d’extension qui avaient débuté en 2018 furent interrompus suite à des impondérables dont une voie d’eau dans la verrière au-dessus du patio, un étage en sous-sol supprimé… En début d’année prochaine, la maîtrise d’œuvre d’ouvrage désignée, les travaux devraient reprendre au cours du premier semestre pour une durée de trois ans.

L’ exposition « Raphaël à Bayonne, ses élèves et ses copistes » sera la dernière avant la réouverture en 2024.
Cependant on espère que d’ici-là, le musée Bonnat-Helleu pourra organiser des expositions au musée Basque,  comme ce fut le cas en juillet 2019 pour l’exposition « Chefs d’œuvre du Musée Bonnat-Helleu de la Renaissance à l’Impressionnisme ».

Pratique :
Exposition « Raphaël à Bayonne, ses élèves et ses copistes »  «  du samedi 19 septembre au dimanche 4 octobre au musée Bonnat.
Réservation obligatoire préalable par mail (public.mbh@bayonne.fr) ou par téléphone (05 59 46 61 52) pour les créneaux horaires suivants : 14h, 15h, 16h, 17h (les matinées sont réservées aux groupes scolaires et aux amis du Musée). Places limitées. Dans le cadre de l'application des gestes barrière, le port du masque sera obligatoire à partir de 11 ans. Un catalogue de l’exposition "Raphaël à Bayonne » avec des textes de Benjamin Couilleaux est en vente. 
 

Destiné uniquement aux Amis du Musée Bonnat-Helleu  : Le musée propose des visites commentées (durée 1 heure) réservées à nos seuls adhérents, par groupes de 20 participants maximum, sur inscriptions préalables. Les dates sont les suivantes :

- Mercredi 23 septembre à 11h
- Mercredi 23 septembre à 12
- Mercredi 30 septembre à 11h
- Mercredi 30 septembre à 12h
réservation préalable obligatoire au tél. 05 59 46 61 52 et  public.mbh@bayonne.fr sur les créneaux suivants : 14h, 15h, 16h, 17h.

Légendes :
1 Vue du premier étage du musée Bonnat, mise en place de l'exposition Raphaël © Manex Barace
2 Raphaël (Raffaello Sanzio) (Urbin, 1483-Rome, 1520) Vierge à l’Enfant, vers 1507-1508 Plume et encre brune, sur papier vergé crème 17,2x7,9 cm Bayonne, musée Bonnat-Helleu, inv. 1284 recto (dépôt des musées nationaux) © Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero
3. Benjamin Couilleaux, conservateur du musée Bonnat-Helleu dévoile l’exposition «  Raphaël à Bayonne »© Manex Barace 
4. Raphaël (Raffaello Sanzio) (Urbin, 1483- Rome, 1520) Deux hommes nus debout, celui de droite portant un agneau dans ses bras, vers 1507 Plume et encre brune, tracé préliminaire à la pointe de plomb, sur papier vergé beige 28x16 cm Bayonne, musée Bonnat-Helleu, inv. 651 (dépôt des musées nationaux) © Bayonne, musée Bonnat-Helleu / cliché A. Vaquero

Répondre à () :


Captcha
Gracianne Bancon | 23/09/2020 07:38

Suis allée voir cette exposition dimanche dernier. Du grand art, éclairage doux et agréable pour la visite, pas trop de monde à la fois pour admirer ces si beaux dessins. Néanmoins, un peu surprise : beaucoup oeuvres datant de plusieurs siècles, exposées à hauteur des yeux, me semblaient insuffisamment voire pas du tout protégées. Du vandalisme à portée de mains... en ces temps si agités, tout peut arriver.

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription