0
L'Esprit Basque
Des écrivains rejoignent les musiciens pour adopter « Gernikako Arbola » comme hymne basque
Des écrivains rejoignent les musiciens pour adopter « Gernikako Arbola » comme hymne basque

| Alexandre de La Cerda 443 mots

Des écrivains rejoignent les musiciens pour adopter « Gernikako Arbola » comme hymne basque

zEsprit basque haut.jpg
Les musiciens réunis sous la statue de Julian Gayarre ©
zEsprit basque haut.jpg

Quel est l'hymne du Pays Basque ? Euskadi, la Communauté Autonome Basque, a déjà son hymne officiel, le « Gora ta gora » ou « Eusko Abendaren Ereserkia », dont l’ancienne mélodie du salut au drapeau avait été dotée de paroles par Sabino Arana Goiri, le créateur du Parti Nationaliste Basque, avant d’être adoptée officiellement par le premier Gouvernement Basque de 1936. 
La Navarre a le sien, il s’agit de l’antique marche des Cortes (parlement) de Navarre dérivée de la « Marche pour l'Entrée du Royaume » interprétée depuis le XVIIème siècle dans le cloître de la cathédrale de Pampelune lors du passage des Cortes de Navarre à l'occasion de la célébration de ses sessions.

Et du côté Pays Basque Nord ou Iparralde, aucune musique ne remplit cette fonction…

Aussi, des écrivains ont-ils rejoint les musiciens qui avaient lancé une pétition afin que les sept provinces du Pays Basque disposent d’un chant fédérateur en proposant le célèbre « Gernikako Arbola » composé en 1853 par le barde Iparraguirre et qui a toujours été interprété des deux côtés de la muga. 

A l’origine, l’idée avait été lancée l’année dernière au cours d’une réunion à Pampelune, à l’ombre de la statue du célébrissime ténor Julian Gayarre qui avait coutume d’entonner au cours de ses tournées internationales « Gernikako Arbola » à la fin de ses grands récitals.

Il n’y manquait même pas la belle adaptation pour violon sous le titre de « Zortzico de Iparraguirre » opus 39 qu’en fit son grand ami et compatriote, le violoniste et compositeur Pablo Sarasate. 

Et de notre côté, à l'issue de la Grande Guerre, il convient de rappeler que le 27 juillet 1919, le 49e R.I. (parti au front depuis le 7 août 1914) rentrait triomphalement dans sa bonne ville de Bayonne, sous des arcs de triomphe et des guirlandes florales, au milieu des salves d’artillerie, des sonneries de cloche et des acclamations de la foule ; le « Courrier de Bayonne » relata le lendemain qu’à l’hôtel de ville, devant les corps constitués, le célèbre ténor hazpandar Guillaume Cazenave, de l’Opéra de Paris, n’avait pas manqué d’entonner, « sur la réclamation de l’assistance, « Guernikako Arbola », qu’il enleva d’une voix de véritable stentor ! »

En ce qui concerne nos provinces basques du Nord, la pétition a déjà été signée (entre autres) par l’écrivain et académicien souletin Jean-Louis Davant auxquel se sont joints les musiciens Erramun Martikorena (chanteur), Jean Mixel Bedaxagar (chanteur), Eñaut Etxamendi (chanteur), Anje Duhalde (chanteur), Peio Ospital et Pantxoa Carrere (Pantxo et Peio), Pier Pol Berzaitz (musicien et chanteur ), Irkus, Iker, Ugutz et Nahia Robles-Arangiz (chanteur), Soroak, Niko Etxart (auteur-compositeur-interprète), Philippe Ezkurra (musicien), Mixel Ducau (musicien), Gaitas Baigorri, Jose Mari Ostolaza (Eltzegor), Philippe Ezkurra (musicien), Joanes Borda (Guk) et Eneko Labeguerie (musicien)... 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription