1
Actualité
Biarritz : Philippe Oyhamburu reçoit la médaille de la Ville
Biarritz : Philippe Oyhamburu reçoit la médaille de la Ville

| Alexandre de La Cerda 904 mots

Biarritz : Philippe Oyhamburu reçoit la médaille de la Ville

zOyhamburu discours + médaille.jpg
Devant sa médaille, "Poupou" Oyhamburu a relaté quelques épisodes marquants de sa vie ©
zOyhamburu discours + médaille.jpg
Pantxo discours.jpg
Anne Pinatel entourée de Matthieu Bardiaux et de Zigor écoute la présentation de Pantxoa Etchegoin ©
Pantxo discours.jpg
Les gaiteros ont joué l'hymne des Cortes de Navarre.jpg
Les gaiteros ont joué l'hymne des Cortes de Navarre ©
Les gaiteros ont joué l'hymne des Cortes de Navarre.jpg
salle bien pleine.jpg
Poupou parlait devant un auditoire attentif qui remplissait la Salle des Ambassadeurs du Casino de Biarritz ©
salle bien pleine.jpg

Sur une initiative de Pantxoa Etchegoin qui l'a remarquablement animée, une cérémonie d’hommage à Philippe Oyhamburu s’est déroulée au Casino municipal de Biarritz : la veille de ses 100 ans, l’adjointe déléguée à la Culture et à l’Euskara Anne Pinatel lui a remis la médaille de la Ville en reconnaissance de son parcours au service du rayonnement de Biarritz et de la culture basque. Airs navarrais interprétés par trois gaiteros d'Etorki - ils ont commencé par l'hymne des Cortes (parlement) de Navarre - chants et danses par un groupe venu de Soule que rythmait un ttun ttun, ainsi qu'un message enregistré de Maider Arosteguy, maire de Biarritz (dont le grand-père, Félix Arostéguy, lui était très lié) ont ponctué les interventions en son honneur et Philippe Oyhamburu lui-même a relaté avec beaucoup d'humour le cheminement de sa vie. 

L’occasion pour notre "Lettre" de Baskulture de revenir sur le parcours exceptionnel de cet inlassable et talentueux ambassadeur de la culture basque. 

Né d'un père biarrot depuis de nombreuses générations - à l'exemple de ses compatriotes, son aïeul Doyhamboure parlait aussi bien le gascon que le basque - connut-il "ce moment dans l'enfance où la porte s'ouvre et laisse entrer l'avenir" à Montevideo, en Uruguay, où son père représentait les "Chargeurs Réunis"?

Son baccalauréat en poche, à l'issue d'un séjour parisien, Philippe Oyhamburu suit son père qui revient prendre sa retraite à Biarritz en 1939. 

Il y goûtera aux joies d'un mouvement culturel basque animé par Michel d'Arcangues (le frère aîné de Guy, perdu en mer en 1946), mais aussi par une somme considérable de tous les meilleurs talents réchappés du drame d'Euskadi en 1936/37, particulièrement le groupe Erresoinka, puis après sa disparition, celui d'Olaeta, qui sut propager de ce côté de la frontière, les "danses biscayennes du cycle guerrier, si typiquement euskariennes par leur mélange de force et d'élégance"

Elles servaient en quelque sorte "d'exutoire aux jeunes des cités côtières débasquisées qui voulaient exprimer leur basquitude par tous les pores de la peau".

Les années saltimbanques

Pour échapper aux réquisitions de l'organisation Todt, qui construisait le Mur de l'Atlantique, Philippe Oyhamburu regagne Paris où il mènera la difficile existence d'un clandestin, objet d’un de ses livres – un recueil de mémoires, - retrouvailles et instauration d'un dialogue - en de véritables "arrêts sur image" - avec le journal qu'il tenait en ces temps troubles.

A la Libération, après un intermède dans les boues dacqoises - pour soigner des rhumatismes contractés pendant la guerre - il décide d'apprendre le basque en séjournant dans des fermes, à Larressore, Espelette et aux Aldudes. Ce seront ensuite "Les Années Saltimbanques", qui le mèneront "de Biarritz à Tbilissi, en passant par Bogota", à la tête des groupes Olaeta, Oldarra, Etorki, et des "Choeurs Oyhamburu de Biarritz".
Car Philippe Oyhamburu avait débuté sa carrière artistique – danses et musique basques - en 1942 avec Segundo de Olaeta, maître de danse biscayen, chorégraphe et musicien, alors réfugié à Biarritz. D’abord accordéoniste, danseur puis metteur en scène du groupe Olaeta qui deviendra Oldarra en 1945, il enseignera la danse aux étudiants basques de Paris de 1943 à 1944 avant d’être directeur artistique et chef des chœurs des ballets basques de Biarritz Oldarra de 1945 à 1953.
« Poupou » Oyhamburu poursuivra ainsi sa carrière à la tête des ballets et chœurs Etorki qu’il avait fondés en 1954. Dès ses débuts, au théâtre des Champs-Élysées, Etorki recueillera les éloges de la presse parisienne, puis internationale.

Sans oublier son emploi de physionomiste, au Casino de Biarritz, au début des années cinquante, ni son passage à la radio. Car, lors d'une période difficile que traversaient les ballets Etorki - il y en eut quelques-uns - un tir croisé de pressions amicales avait décidé le remarquable homme de média et grand précurseur en la matière, Pierre Schaeffer, à engager l'artiste basque, d'abord dans les bureaux de la Radio de la France d'Outre-Mer, puis en tant qu'animateur de programmes. D'ailleurs P. Oyhamburu restera toujours attaché à la radio, à France-Culture, puis à Radio-Adour-Navarre, dont les cassettes enregistrées pour ses reportages dans différents villages servirent longtemps de référence aux élèves de ses cours de langue basque !

Un regard serein, mais critique

Du choc des idées rencontrées, des artistes et des créateurs, dont ceux impliqués dans la culture basque et qu'il avait regroupés au sein de la fédération "Izan", de sa riche expérience artistique, jusqu'aux divers publics côtoyés pendant les nombreuses tournées au Pays Basque et dans le monde, je me souviens de plusieurs entretiens avec Philippe Oyhamburu qui a toujours gardé une vue sereine mais critique sur l'évolution de la "plante basque".
A l'amélioration incontestable de la qualité d'un chant choral apprécié d'un public, lui aussi "entendu", ne correspondait pas, à son opinion, un progrès similaire dans le domaine de la danse : les chorégraphes utilisent souvent des pas empruntés à des traditions étrangères - yougoslave, géorgienne, etc. - sans qu'un public, davantage expert en danse classique que folklorique, ne sache distinguer la véritable authenticité, à laquelle ne nuit pas d'ailleurs une certaine "théâtralité", souvent négligée.
Ah, si seulement le gouvernement basque pouvait consacrer, ne fut-ce qu'une partie des sommes importante engouffrées dans l'Orchestre Symphonique d'Euskadi, à la création d'une compagnie d'Etat, à l'image des ballets mexicains, philippins ou ukrainiens... soupirait alors Philippe Oyamburu, reprenant l'exemple d'Eresoinka, formé en 1937 par les autorités d'Euzkadi, déjà en exil ! 

Notre photo en couverture : Philippe Oyhamburu devant son portrait peint par Zoé Bray

Répondre à () :


Captcha
Sophie Bouyssou | 25/06/2021 18:51

Quelle joie de voir "Poupou" Oyhamburu honoré par la Ville de Biarritz et de constater qu'il est toujours en vie

| | Connexion | Inscription