0
Exposition
Saint-Palais : Le patrimoine historique du « Laxoa »  au regard de Séverine Dabadie
Saint-Palais : Le patrimoine historique du « Laxoa »  au regard de Séverine Dabadie

| Anne de Miller-La Cerda 516 mots

Saint-Palais : Le patrimoine historique du « Laxoa » au regard de Séverine Dabadie

laxoa 2.JPG
Le laxoa ©
laxoa 2.JPG

C'est dans l’ancien cloître des franciscains de Saint-Palais reconverti en centre culturel intitulé "Espace chemins - Bideak" que la photographe Séverine Dabadie - à travers une centaines de clichés - s’immisce dans le monde des joueurs de laxoa en permettant de faire connaître les étapes de l’histoire de ce jeu ainsi que celle de sa fabrication...

Depuis l‘enfance, Severine Dabadie, native de Biarritz, a toujours vécu dans les environs de la Côte. C’est l’histoire du Pays Basque et de son patrimoine  que la photographe décrit à multiple reprises dans ses nombreux clichés à travers les traditions de ses ancêtres.

Dès l’Antiquité, les jeux de balles s’étaient répandus en Europe, connus sous le nom de jeu de paume. Le Laxoa est l’héritier du jeu de paume pratiqué depuis le XVIème siècle en Europe. Ce sont à l’origine les bergers qui sous la forme d’un jeu appelé « bota luze » furent les premiers à affiner le jeu en octroyant un gant destiné à protéger la main par une coquille de cuir. Progressivement, la forme du gant s’est allongé permettant d’envoyer la balle à de plus lointaines distances. En 1887, avec l’invention du gant de xistera puis de la « cesta punta », toutes sortes de formes de pelote en ont découlé. Il en résulta la disparition progressive du laxoa. Dérivé du jeu de paume, le laxoa apparut avec le gant de cuir. Deux équipes de 4 pilotaris  jouaient face à face sans mur. 
Malheureusement, il passa de mode aux détriment d’autres spécialités de pelote qui se jouent au mur. 
Il renaîtra à partir de 1979 grâce à l’ association Laxoa Elkartea et les championnats organisés par le pilotari et dirigeant de l’association du championnat Tiburcia Arrasloa d’Irurita qui le ressuscita dans les vallées des villages d’Irurita, Elizondo, Santesteban, Arraioiz, Oiz et Arizcun du Baztan en Navarre et beaucoup plus rarement à Fontarabie et Ciboure. 
Une tradition du Laxoa que la photographe a souhaité faire revivre à travers ses clichés explicatifs mettant en relief l’aspect patrimonial tout en rendant hommage à Tiburcia Arrasloa d’Iruita qui ressuscita ce jeu en 1979.  Ce thème avait été développé par ses clichés dans un livre sur « Le Laxoa, aux racines de la pelote basque » paru aux éditions la Cheminante en 2011 ; avec les clichés de Séverine Dabadie et des textes de Christiane Etchezaharreta

Depuis 2019, le laxoa a été valorisé en France par son inscription au patrimoine culturel immatériel en étant recensé par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac).

En ce mois d’août, afin de faire revivre le jeu ancestral de laxoa, il est envisagé d’organiser une partie de laxoa au fronton de Saint-Palais après la finale (le 7 août à 17h Arraioz dans le Baztan) avec l’aide de la société de pelote locale avait exprimé Joëlle Susperregui, responsable de Bideak.

Jusqu’au 29 août : Exposition « Laxoa » de la photographe Séverine Dabadie .
Visite libre et Gratuite / dans le cadre du festival de photographie BEGIRADA
Espace Chemins-Bideak - 55 avenue de Gibraltar à Saint-Palais Ouverture :  mardi au samedi : 10h-12h / 14h-18h + Dimanche : 14h-18h Tél : 05 59 65 56 80 contact@chemins-bideak.com

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription