0
Cinéma
Quand Belmondo tournait à Biarritz dans le rôle de Stavisky
Quand Belmondo tournait à Biarritz dans le rôle de Stavisky

| Alexandre de La Cerda 2060 mots

Quand Belmondo tournait à Biarritz dans le rôle de Stavisky

Belmondo à Biarritz 2.jpg
Belmondo à Biarritz ©
Belmondo à Biarritz 2.jpg
Festival Edmond Rostand.jpg
Belmondo dans un rôle que n'eût point désavoué Edmond Rostand à Arnaga... ©
Festival Edmond Rostand.jpg

La scène a pour cadre l'hôtel du Palais, puis l'aérodrome de Parme à Biarritz, le 25 juillet 1933 : il s’agit de trois répliques échangées entre Alexandre Stavisky – le rôle-titre du film d’Alain Resnais interprété par Jean-Paul Belmondo - et son épouse Ariette (jouée par Anny Dupérey).
- Alexandre : « Hier, à dix heures du matin, ce bijou était au cou d'une jeune femme décolletée, dans le hall du Claridge ; à cinq heures, l'après-midi, j'étais dans le lit de cette jeune femme ! Potelée, jolie peau, polissonne : une petite gourde ! À sept heures du soir, le pendentif était dans ma poche »... 
Arlette rit, complice, d'un rire un peu canaille.
- Arlette : « Tu t'es fait payer pour coucher avec elle ».
Alexandre trouve ça drôle.
- Alexandre : « Quand même pas ! Mais je l'ai eu pour le dixième de son prix » !

Présentée en 1974 au Festival de Cannes, cette évocation (sur un scénario de Jorge Semprún) de la vie de Stavisky, escroc assassiné en janvier 1934 dans un chalet à Chamonix après avoir émis de faux bons de caisse au Crédit municipal de Bayonne, avait partagé les critiques et le public, recueillant même des sifflets… 
Et Claude Stavisky, le fils d'Alexandre, engagea même une procédure judiciaire en référé soutenant que la scène filmée à Biarritz « portait atteinte à la mémoire de ses parents et se trouvait en infraction avec la loi du 17 juillet 1970 sur la vie privée ». Mais il sera débouté par le tribunal de Grasse réuni dans une des salles du Palais des festivals de Cannes ! Mais tout cela marqua profondément Jean-Paul Belmondo, qui revint toutefois plus d’une fois dans notre région, en particulier pour encourager son fils engagé dans le Grand Prix (automobile) de Pau… 
Il était venu avec Richard Anconina avec qui il était sur le tournage d’« Itinéraire d’un enfant gâté », le film de Claude Lelouch qui lui vaudra le César du meilleur acteur.

Et comment ne pas évoquer encore son interprétation (278 fois) pleine de panache de « Cyrano » d’Edmond Rostand en se souvenant de la réflexion de son père Paul : « Cyrano, ça, c’est quelque chose. Le reste, ce n’est rien ».

Mon ami l’écrivain et éditeur Stéphane Barsacq rappelait la toute première pièce jouée par Jean-Paul Belmondo dans sa jeunesse, « Médée » de Jean Anouilh sous la direction de son grand-père, le metteur en scène, réalisateur, dramaturge et directeur du théâtre de l’Atelier, André Barsacq.
Pour cette première apparition, afin de ne pas être réduit à apparaître comme le fils de son père, sculpteur renommé, Jean-Paul Belmondo avait emprunté le nom de « Jean-Paul Belmond »...
Et Stéphane Barsacq de conclure : « à l'occasion de la mort de Jean-Paul Belmondo, l'occasion est rêvée de se demander où est la relève, s'il en est une, et de la mettre en avant. Cette relève se présente selon d'autres codes - comme c'était le cas, quand Belmondo avait pris la suite de Jouvet -, dans un monde qui avait lui-même changé et qui ne cesse de changer. Ce sont des comédiens en nombre - à chacun de les nommer et de les soutenir, selon ses goûts. Ni le théâtre ni le cinéma ne seront plus ce qu'ils ont été hier, ce qui ne signifie pas qu'ils ne puissent pas redevenir ce qu'ils étaient avant-hier, dans la tradition de Molière »
Et de citer le comédien et metteur-en-scène William Mesguich, associé cette saison à 178 représentations partout en France. Constantin Cavafy, poète grec du XIXème siècle, n’avait-il pas écrit : « Plus tard, dans un monde meilleur, / Un autre viendra, c'est certain, / Fait comme moi, qui agira librement »...

L’affaire Stavisky, une crise politique et économique

Elle survient après le décès suspect d’Alexandre Stavisky, le 8 janvier 1934. Ayant été arrêté pour fraude quatre jours plus tôt, on s’aperçut qu’il avait joui de la complicité de dignitaires municipaux. S’il semblait avoir été assassiné, c’est le suicide qui fut retenu. Tout le régime politique sera alors soupçonné de corruption et des émeutes antiparlementaires eurent lieu le 6 février de l’année suivante.

Alexandre Stavisky fut retrouvé mort dans son chalet « Le vieux logis », près de Chamonix. Alors que la police était en train de pénétrer dans la maison, un coup de feu retentit ; elle trouve Stavisky gisant, tué d'une balle dans la tête, serrant un revolver dans sa main. Escroc notoire, Stavisky est impliqué dans une série d'affaires dont la plus célèbre est celle du Crédit Municipal de Bayonne, qu'il avait fondé avec le député-maire de la ville, sous le pseudonyme de Serge Alexandre. Il réussit à dérober plus de 300 millions de francs à la banque et à bénéficier de la protection de certains politiques. Localisé à Chamonix dès le 2 janvier, ce n'est pourtant que le 8 que la police se décide à l'arrêter et le trouve mystérieusement mort. Suicide ou assassinat ? Le mystère demeure. Son étrange mort provoqua une crise politique : le gouvernement de Camille Chautemps dut démissionner laissant la place à Daladier. Et le Canard enchaîné titra : « Stavisky s'est suicidé d'une balle tirée à 3 mètres. Ce que c'est que d'avoir le bras long ».

Quand l’affaire Stavisky ébranlait Bayonne

Le 17 janvier 1936 s’achevait le procès Stavisky, neuf hommes politiques étaient condamnés, dont le député-maire de Bayonne, et onze autres acquittés. Cette affaire avait provoqué une énorme commotion dans notre région, indépendamment de l’indignation générale qui avait étreint tout l’hexagone et provoqué à Paris une énorme manifestation, réprimée dans le sang…

Cette énorme escroquerie, inscrite dans l’insouciance générale des Années Folles, avait atteint son « apogée » autour du Crédit Municipal de Bayonne avec pour principal protagoniste Stavisky qui paya de sa vie ses incessantes manipulations financières : le 8 janvier 1934, il était retrouvé mort dans un chalet près de Chamonix.

Depuis la fin des années vingt, les scandales succédaient banqueroutes, depuis l’affaire de Marthe Hanau, la banquière qui avait ruiné des milliers de clients, jusqu’à la faillite frauduleuse d’Albert Oustric, petit-fils d’un cafetier de Carcassonne et joueur de poker invétéré. Et c’est à la veille de Noël 1933 qu’éclatera l’affaire des bons d’emprunt émis par le Crédit municipal de Bayonne aboutissant à une perte sèche de 240 millions de francs pour l’établissement. L’arrestation de son directeur, Gustave Tissier, précédera celle du maire de la ville, Joseph Garat. Le scandale submerge la côte basque. En réalité, Tissier n’était que l’homme de paille du cerveau de l’escroquerie, un certain Stavisky.

Le « beau Sacha »

Beau parleur, marié à un ex-mannequin de Chanel et jouant de son talent de séduction, c’était le fils d’un prothésiste dentaire de la communauté israélite_polonais d’Ukraine où il était né. Arrivé à Paris à l’âge de 12 ans, il avait multiplié toutes sortes de filouteries. A l’été 1909 - il a 23 ans -, ce sera le scandale des Folies Marigny dont il ne remboursera jamais la location pour un spectacle « raté » ! L’avocat Albert Clemenceau, frère de Georges, limite les dégâts à quinze jours de prison et 25 francs d’amende. Suivent vingt ans de trafics en tout genre. Bijoux, voitures, chèques falsifiés, faux bons du Trésor. Et des femmes qui l’entretiennent et qui finissent souvent ruinées.

En avril 1926, il est poursuivi par deux agents de change pour avoir dérobé des titres mais il réussit à s’échapper du bureau du juge d’instruction en passant par les toilettes attenantes. Repris par la police au bout de quatre mois de traque et expédié à la Santé, puis transféré à Fresnes pour raison médicale, Stavisky sera libéré en décembre 1927 sans avoir jamais été jugé. Et de recommencer de plus belle ses douteuses opérations financières : devenu “M. Serge Alexandre, administrateur de sociétés”, il fait main basse sur le Crédit municipal d’Orléans avec la complicité du directeur. L’établissement reçoit d’abord des bijoux en gage, qui sont systématiquement surévalués par des experts. Puis, Stavisky remplace les vrais bijoux par des faux qui sont ensuite restitués aux emprunteurs, tandis que les vrais sont vendus à bon prix ! Et, pour arrondir les gains, le recours à des faux bons de caisse permet de gruger des centaines de gogos. Ainsi, pendant trois ans, ce sont 70 millions de francs de bons fictifs qui seront émis.

Début 1931, Stavisky est dénoncé et doit rembourser rapidement les porteurs de bons afin d’éviter un nouveau séjour en prison. Reparti pour d’autres aventures, il gagne la côte basque où il passe ses vacances chaque été en compagnie de son épouse. Entre autres à La Roseraie, le palace construit pendant les Années Folles en face du château d’Ilbarritz à Bidart. Se liant d’amitié avec le député-maire de la ville, Joseph Garat, élu depuis 1924 sur la liste d'union des gauches, il le convainc en septembre 1931 de créer, sur le modèle de celui d’Orléans, un mont-de-piété qu’il fera diriger par le dévoué Gustave Tissier : la nouvelle arnaque se met en route.

La dernière affaire de Stavisky

En fait, Stavisky opère toujours de la même façon : il crée des sociétés dont la seule justification est d'obtenir de l'argent des banques (un bijou valant 1 500 francs est estimé 600 000 francs lui permettant d’obtenir un prêt de 500 000 francs). Et, pour combler le gouffre qui se creuse, l’émission de bons de caisse. Le Crédit municipal de Bayonne encaisse ainsi quarante millions en 1931, cent millions en 1932. Et pour se défendre devant les tribunaux, il prend de grands noms du barreau et place dans les conseils d'administration quelques personnages aux titres ronflants : généraux ou préfets en retraite, diplomates... 
Les prêts obtenus servent à boucher les trous des autres entreprises, à désintéresser quelques plaignants agressifs, mais surtout à mener grand train avec sa femme ; les bons du Crédit municipal de Bayonne lui rapportèrent plus de 160 millions, qu'il engloutit aussitôt dans de nouveaux projets, entre autres, l’affaire des propriétaires hongrois spoliés par le traité de Versailles en 1919 et dont les indemnités lui offriront matière à spéculer, en particulier grâce au député Bonnaure, radical-socialiste comme Garat, et dont il finançait les campagnes électorales. Spéculations qui absorbent pour une bonne part le fruit des bons émis par le Crédit municipal de Bayonne qu’il ne peut renflouer.

Le pot aux roses sera découvert au bout d’un an, en décembre 1933, lorsqu’un receveur des finances vint contrôler l’établissement : son directeur Tissier avoua que 239 millions de francs avaient été extorqués aux épargnants à l’aide de faux bons de caisse ! Alors que les notabilités défilent devant le juge d'instruction bayonnais d'Uhalt, Tissier est conduit à la Maison d’Arrêt au quartier Saint-Esprit, suivi bientôt du maire Joseph Garat dont certains journalistes affirment « qu’il est méconnaissable, effondré et pleure souvent. Il a du chagrin ». D’où, selon la rumeur, le nom de « Villa Chagrin » attribué à la prison.

Stavisky, lui, sera en cavale jusqu’à ce coup de théâtre du 8 janvier 1934. Alors que les enquêteurs investissent un chalet de Chamonix où il s’est réfugié, ils découvrent un homme quasi mort. Stavisky décède quelques heures plus tard. Suicide ou assassinat ? 
Très vite, c’est la seconde hypothèse qui prévaut. Le Canard enchaîné titre à la une : « Stavisky s’est suicidé d’une balle tirée à trois mètres. Ce que c'est que d'avoir le bras long ! » 
Débute alors le plus important scandale de la IIIème République, au centre duquel se trouve un truqueur de génie, qui a passé toute sa vie à monter des coups, toujours protégé par les plus hauts personnages de l’État. L’étrange mort de Stavisky provoquera une crise politique : le gouvernement de Camille Chautemps se verra contraint de démissionner pour laisser place au cabinet Daladier, sur fond des émeutes du 6 février 1934.

Quant à Joseph Garat, il sera condamné à deux ans de prison par la Cour d'Assises de la Seine après un sévère réquisitoire : « Sans l'aide de Garat, député-maire de Bayonne, l'escroquerie de Bayonne qui est la pièce maîtresse de l'entreprise Stavisky aurait été impossible, Garat porte toute la responsabilité de cette affaire, depuis la constitution du crédit municipal de Bayonne jusqu'au moment où éclata le scandale fin décembre 1933... Garat demeure donc un des plus gravement coupables et jamais culpabilité n'a été mieux établie contre un homme qui, après vingt-cinq années de vie publique irréprochable, n'a pas craint de compromettre la dignité de ses fonctions de maire et de député de Bayonne et de trahir la confiance que ses concitoyens avaient mise en lui ». Garat mourra huit ans plus tard, oublié, à Bayonne.

Belmondo Stavitsky.jpg
Belmondo dans le rôle de Stavitsky ©
Belmondo Stavitsky.jpg
79fd7b4cb17fa7b9215a0e3c52a06d084964cf346dc63b249d79934d330a7778.jpg
Stavisky à l’« époque bayonnaise » ©
79fd7b4cb17fa7b9215a0e3c52a06d084964cf346dc63b249d79934d330a7778.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription