1
Patrimoine
Passementerie : le meilleur ouvrier de France Patrice Cantalejo danse entre fils d’or et d’argent
Passementerie : le meilleur ouvrier de France Patrice Cantalejo danse entre fils d’or et d’argent

| Anne de Miller-La cerda 659 mots

Passementerie : le meilleur ouvrier de France Patrice Cantalejo danse entre fils d’or et d’argent

CEINTURE retenue pour le concours.jpg
CEINTURE primée pour le concours.jpg ©
CEINTURE retenue pour le concours.jpg
pièce d'ornementation retenue au concours 2011.jpg
Pièce d'ornementation primée au concours 2011.jpg ©
pièce d'ornementation retenue au concours 2011.jpg

Depuis près de sept ans, Patrice Cantalejo crée ses précieuses passementeries au Pays Basque, dans le bel écrin de la cité médiévale de La Bastide Clairence fondée par Louis Ier de Navarre. Un haut lieu du patrimoine habité par une quarantaine d’artisans et créateurs dont le meilleur ouvrier de France Pätrice Cantalejo attire habituellement chaque année des milliers de visiteurs. 

Art méconnu de nos jours, la passementerie remonte à l’Antiquité, et sera valorisée selon les modes à diverses époques de l’histoire. La première « Venus » à la porter en frange de fibre végétale, peut-être celle de Lespugue (statuette datant de 20 000 ans, à voir au musée de l'Homme). Au XVIème siècle, est définit la charte française des passementiers. Sous Louis XIV puis Louis XV, l'utilisation de fil d'or et d'argent marque le déploiement de richesses. Cependant à partir de 1930, le marché de la passementerie se réduisit terriblement à cause de l’industrialisation.

Au fil du temps, de même que la dentelle faite main qui nécessitait de nombreuses heures de travail, la mécanisation fera progressivement disparaître la passementerie. Seules les productions destinées aux armées, aux châteaux et aux églises ont permis à la passementerie de conserver un minimum d'activité.

Au XXIème siècle, Patrice Cantalejo, originaire du Gers, est l’un des derniers passementiers français à redécouvrir cet art d’antan. Rien sauf l’amour du patrimoine du beau et du travail fait main bien fait, ne le prédestinait à devenir passementier. « Je travaillais dans la décoration d’intérieur à Paris. Parmi nos fournisseurs, on avait un passementier qui, un jour, m’a invité à visiter son atelier. Ce fut le coup de foudre ». En 1999, âgé de 27 ans, l’artisan est engagé puis formé par un ancien ouvrier qui lui apprend à tisser les franges, les crêtes sur basse-lice. Il se perfectionne et découvre le métier à tisser Jacquard. En 2006, il ouvre son propre atelier près de Provins, avant de déménager plus tard à La Bastide Clairence.

Au fil des heures et des années, après un long apprentissage, l’enfilage, l’ourdissage, le tordage, le réglage, le tissage composent les ornementations (galons, tresses, cordons, glands, pompons) de la passementerie réalisées sur mesure avec les propres outils créés par Patrice Cantalejo qui a choisi de se spécialiser dans les « crêtes », articles qu’on ne peut pas mécaniser. Les techniques qu’il utilise sont celles du retord et du tissage.

Nommé « Meilleur Ouvrier de France » en 2011, Patrice Cantalejo a obtenu ce titre à la suite d’un concours étalé sur trois ans. Le quadragénaire fut remarqué pour deux œuvres complexes voir au-dessus les photos des 2 projets) qu’aucune machine au monde ne pourrait fabriquer. Il s’agit d’ une ceinture tissée en fils de soie et de fil de « pvc » réalisée en 300 heures « L’idée, c’était de moderniser cet art avec des coloris et des matériaux plus nouveaux ».
Son second tissage se distingue par la fabrication d’une pièce d’ornementation en fil blanc et or pour une robe de mariée. Une étude qui a nécessité près de 400 heures. 

Habitué depuis des années à travailler, restaurer pour l’architecture d’intérieur, l’Opéra, la Haute Couture (indirectement), Patrice Cantalejo tisse ses dentelles de passementerie. Parallèlement il complète sa production en créant d’élégants bijoux uniques au monde, à base de fils de soie, d’or et d’argent superposant les entrelacs, les nœuds de trèfle ou d’amour à l’aide des techniques du retord et du tissage.

Ses créations  apportent comme un souffle de rêve, une parenthèse dans le monde virtuel de la robotique. Une démarche qui est guidée par le respect des valeurs et de la tradition auquel s’ajoute une maîtrise parfaite d’un savoir-faire ancestral unique en Europe.
Comme beaucoup d’artisans impactés par les répercussions du Covid19, Patrice Cantalejo qui participe habituellement à de nombreux salons restés fermés pendant la saison estivale de 2020, espère que la situation s’améliora l’année prochaine.

Créations de passementerie contemporaine
Patrice Cantalejo, place de l’Eglise à la Bastide Clairence. 
Tél : 06 84 60 14 88 – email : patrice@cantalejo.fr

89775163_1229842700556731_3541133422393032704_n.jpg
Colliers de Patrice Cantalejo ©
89775163_1229842700556731_3541133422393032704_n.jpg
Clip Cantalejo_27-1.jpg
Passementerie de P. Cantalejo ©
Clip Cantalejo_27-1.jpg

Répondre à () :


Captcha
Spiteri | 10/08/2021 05:39

Magnifique !!!

| | Connexion | Inscription