0
Patrimoine
Nouvelle fouille dans la grotte d'Isturitz, un site archéologique unique en Euskal Herria
Nouvelle fouille dans la grotte d'Isturitz, un site archéologique unique en Euskal Herria

| baskulture 637 mots

Nouvelle fouille dans la grotte d'Isturitz, un site archéologique unique en Euskal Herria

zzPatrimoine fouilles Isturitz 1.jpg
Nouvelle campagne de fouilles à Isturitz ©
zzPatrimoine fouilles Isturitz 1.jpg
zzPatrimoine fouilles Isturitz 2.jpg
Nouvelle campagne de fouilles à Isturitz ©
zzPatrimoine fouilles Isturitz 2.jpg

Une équipe UPV / EHU (Université du Pays Basque) participe à une campagne de fouilles dans la grotte d'Isturitz, un projet international en coopération avec la SARL des grottes d'Isturitz & Oxocelhaya et financé par le Service Régional d'Archéologie de Nouvelle Aquitaine. Depuis le début des fouilles, il a été récupéré trois mille vestiges archéologiques,  faune et matériel  lithique. Ce contexte archéologique unique permettra de reconstruire les moyens de subsistance des humains qui habitaient Isturitz depuis des millénaires.

Le sondage N° 7 de la grotte d'Isturitz (Saint Martin d'Arberoue-Donamartiri, Behe Nafarroa) a été fouillé en 1998 par Christian Normand et a révélé la présence humaine dans une séquence allant de la Protohistoire au Paléolithique supérieur initial (au moins jusqu'à 30 000 BP). À l'époque, la découverte la plus importante était une omoplate droite d'un mammouth subadulte, qui avait été chassée et consommée à l'intérieur de la grotte il y a environ 29 000 ans.

Aritza Villaluenga, du Département de géographie, préhistoire et archéologie de l'Université du Pays Basque / Euskal Herriko Unibertsitatea, qui dirige la recherche de cette campagne, avait commencé en 2019 l'étude des matériaux de la précédente intervention archéologique. Après avoir demandé un financement  pour réaliser un projet archéologique au Service Régional d’Archéologie de Nouvelle Aquitaine, sa proposition a été approuvée et financée en 2020, mais elle n’a pu être développée en raison de la pandémie. C'est maintenant que le projet archéologique est exécuté, un travail qui fait partie d'un accord de collaboration entre les grottes d'Isturitz & Oxocelhaya et le Groupe consolidé pour la recherche en préhistoire (IT-1223-19) de l'UPV / EHU .

"En ce moment", explique Aritza Villaluenga, "huit chercheurs UPV / EHU fouillent une superficie de 2 mètres carrés avec l'intention de mener une étude approfondie du registre. Tous les vestiges archéologiques sont topographiés, ce qui permettra une reconstruction virtuelle du gisement. De plus, tous les sédiments extraits sont lavés afin de récupérer les restes osseux et dentaires des micro-vertébrés (mammifères, amphibiens et reptiles), ainsi que les micro-lames de silex (<2 mm), les restes d'os brûlés et la proxis paléo environnementaux (pollen, charbons de bois, graines carbonisées, etc.) ".

Ce groupe de l'Université du Pays Basque travaille avec une équipe de recherche internationale composée de 20 chercheurs d'Espagne, de France, du Royaume-Uni et d'Allemagne. Les vestiges archéologiques localisés leur permettront de reconstruire les moyens de subsistance des humains qui habitaient Isturitz depuis des millénaires.

Résultats préliminaires

«Nous pensons que les niveaux les mieux conservés peuvent être attribués à l'Aurignacien évolué (33 000 à 31 000 ans) ou au Gravetien initial (il y a 30 000 à 28 000 ans). Cette époque est très mal connue dans les Pyrénées, car il n'y a que des occupations dans les grottes de Zatoya (Navarra) et Gargas (Haute-Pyrénées) », explique le chercheur UPV / EHU

A Isturitz, ce moment semble coïncider avec une période de changement, l'abandon de la salle Saint-Martin et les premières occupations de la grande salle. Le relevé 7 est situé dans le passage entre les deux espaces, mais, en même temps, dans une zone éloignée de la zone d'habitat. C'est peut-être pour cela qu'il a été choisi comme espace pour dégager une partie d'un mammouth (activité en France uniquement connue à Arcy-sur-Cure, Bourgogne).

«Au cours de cette troisième semaine de fouilles, nous avons fouillé des niveaux archéologiques allant de la plus faible à la plus forte densité de matériaux archéologiques. Commençant par un Magdalénien insignifiant de premier niveau (11 000 ans), désormais. La prochaine chose sera d'atteindre les niveaux aurignaciens (au moins 33 000 ans). C'est un contexte riche en restes lithiques et en faune (mammouth, renne, cheval, bison et ours des cavernes) », confirme Aritza Villaluenga.

Depuis le départ des fouilles, ont été récupéré trois mille vestiges archéologiques, entre faune et matériel lithique. C'est un contexte archéologique unique en Euskal Herria.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription