0
Histoire
L’histoire des mousquetaires par Joseph Miqueu
L’histoire des mousquetaires par Joseph Miqueu

| Baskulture

L’histoire des mousquetaires par Joseph Miqueu

En cette année commémorant le 400ème anniversaire de la venue du roi Louis XIII en Béarn (et notamment à Navarrenx), il fallait assurément un événement littéraire pour marquer cette commémoration. Avec "Louis XIII et les Mousquetaires", sous-titré "Athos, Porthos, Aramis, Tréville, les campagnes, leurs vies, leurs familles", Joseph Miqueu qui "manie la plume avec autant de dextérité que les Mousquetaires l'épée" vient de signer aux éditions du Cercle Historique de l’Arribère son troisième ouvrage sur ces soldats de la garde de Louis XIII en apportant une lumière nouvelle sur cette époque.  
Dans son introduction, Pierre Casabonne note que depuis qu’il a porté sur les fonds baptismaux, en 1989, la confrérie des Mousquetaires de Barétous, beaucoup de chemin a été parcouru «pour affirmer haut et fort que les Mousquetaires béarnais n’avaient rien à envier à leurs voisins gersois en matière de panache».
Si tout semblait avoir été dit par Charles Samaran, Jean de Jaurgain, Odile Bordaz, etc.,  on manquait cruellement de connaissances sur les Mousquetaires Béarnais. Joseph Miqueu, a relevé le défi. Succédant à ses biographies consacrées à leur capitaine "le Comte de Troisvilles, dit Tréville" ainsi qu'au "Béarn des Mousquetaires et des soldats du Roi", il a inlassablement poursuivi ses recherches à travers manuscrits anciens et chroniques de l’époque afin de nous faire partager le parcours de ce corps d'élite de la garde du Roi, dans une époque de violences et d’intrigues ; on y découvre également un Tréville "compatissant pour Oloron, sa ville de naissance, lors de la grande peste de 1652"...
Or, si Alexandre Dumas avait immortalisé ces militaires dans la trilogie «Les Trois Mousquetaires», «Vingt ans après» et «Le Vicomte de Bragelonne», malgré les nombreuses libertés prises avec l'histoire, les héros désormais universellement célèbres de ces romans n'en sont pas moins des personnages qui ont eu une existence réelle : ainsi, à part Artagnan qui a sa statue à Auch, les trois autres mousquetaires sont :
- Athos, de son vrai nom Armand de Sillègue, d’Athos d’Autevielle, originaire d’Autevielle près de Sauveterre de Béarn,
- Porthos, de son vrai nom Isaac de Pourtau, baptisé à Pau, issu d’une famille originaire d’Audaux, détenteur d’un manoir à Camptort et qui a terminé sa carrière comme garde des munitions à Navarrenx,
- Aramis, de son vrai nom Henri d’Aramits, titulaire de l’abbaye laïque du village d’Aramits.

Un parcours au service de la culture de son pays

C'est en tant qu'acteur impliqué dans les radios libres du piémont béarnais que j'avais connu  Joseph Miqueu, à la fin des années 70, alors que j'avais moi-même créé "Radio-Adour-Navarre pour le Pays Basque et les Pays de l'Adour. Depuis lors, membre du Cercle historique des amis des remparts dès la création de l’association en 1993, tout en menant son activité professionnelle d’agent général d'assurances à Navarrenx, Joseph Miqueu s’est toujours investi dans les activités culturelles locales. En 2003, l’association étant devenue le Cercle Historique de l’Arribère (CHAr), il en prend la présidence temporaire, puis définitive en 2006, avant d'en transmettre le flambeau à Maïté Capdouze. Toujours féru de nouvelles techniques de communication, Joseph Miqueu a, en particulier, développé le site Internet de l’association, conçu et mis en place un système de vente - via le web - des livres écrits par les adhérents. Sous son impulsion, des ateliers de paléographie en français et en béarnais ont vu le jour en 2010 et les cours sont encore suivis assidûment aujourd’hui.
Membre de l’association nationale Vauban dont l’objectif est l’étude des fortifications, il figurait parmi les organisateurs des congrès Vauban de 2000 et 2018 dans notre région. Actuellement, il oeuvre en qualité de conseiller historique au sein de l’Association Européenne de la route d’Artagnan qui a pour objet la création d’un itinéraire touristico-historique à travers notre région. Première route équestre détenant le label "Route Européenne" décerné par le conseil de l’Europe, elle pourrait  ainsi répondre aux envies d'expéditions au long cours des cavaliers et des attelages... en attendant d'être également utilisée par piétons et cyclistes.

"Louis XIII et les Mousquetaires" de Joseph Miqueu, 156 pages, 15 €. En vente, début juillet, dans toutes les librairies et sur le site internet du C.H.Ar. : http://bearndesgaves.fr/char/

Rédaction

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription