1
Actualité
Les liaisons dangereuses entre Facebook, Twitter et Whatsapp
Les liaisons dangereuses entre Facebook, Twitter et Whatsapp

| G.d'Alançon et Rédaction 792 mots

Les liaisons dangereuses entre Facebook, Twitter et Whatsapp

Les liaisons dangereuses entre Facebook, Twitter et Whatsapp provoquent un séisme du côté des usagers. A la clef, des enjeux financiers considérables. Nous avons interrogé l'archiduc Imre de Habsbourg-Lorraine, directeur général d'Aliter Invest, qui a fait le choix visionnaire de ne pas investir dans Google, Amazon, Facebook, Apple... en fondant sa société.

Que pensez-vous de cette récente décision des dirigeants de Facebook de récupérer les données de Whatsapp ?

La tendance est générale et consiste à mettre d’une certaine façon sous surveillance des millions d’utilisateurs. Il y a quelque chose de malhonnête et de profondément irrespectueux des personnes et des libertés. Heureusement, nous assistons parallèlement à une prise de conscience grandissante et des solutions créatives émergent qui n’auront pas fini de surprendre…

Que faites-vous concrètement pour faire valoir cette conviction ?

Dans le cadre d’Aliter Invest,  nous avons choisi de ne pas soutenir les GAFA. 

Pour être plus clair, notre Fonds Global Investors Ethica Balanced n’investit pas dans Google, Apple, Facebook, Amazon, car il y a entre autres trop de risques s’agissant du respect de la confidentialité des échanges et des communications. 

Nous préférons d’autres types d’investissements qui mettent davantage en lumière le respect intégral de la personne, de son travail et de l’environnement.

Comment réussissez-vous à harmoniser performance et éthique au sens fort ?

Ethique et performance n’ont jamais autant marché la main dans la main. J’en veux pour preuve les résultats très positifs que nous obtenons. Au 31 décembre dernier nous sommes à + 6,36% depuis la création du fonds en mai 2019. Le fonds a donc bien résisté à la dernière crise.

Entretien réalisé par Guillaume d'Alançon

NDLR 1 : il nous paraît utile de rappeler les précisions fournies dans notre "Lettre" du 8 mai dernier
https://baskulture.com/article/archiduc-christian-de-habsbourg-lorraine-gestion-thique-et-respect-de-lhomme-3045 
par l’Archiduc Christian de Habsbourg-Lorraine, familier du Pays Basque et dont le père, l’archiduc Charles-Louis d'Autriche (1918-2007), avait été élevé dans son enfance, avec ses frères et sœurs, à Lequeitio, sur la côte biscaïenne (notre chronique historique « Zita, la dernière impératrice d’Autriche, au Pays Basque ») :
« au lieu de choisir trop souvent les sociétés les plus grosses, les plus profitables, il faut aussi encourager les entreprises qui font le plus d’efforts, par exemple dans  la transition vers les énergies propres, une meilleure prise en compte des besoins des employés et de leurs familles, un plus grand engagement social…
En fait, nous essayons d’encourager et soutenir une « écologie humaine intégrale »: la préservation de la nature, souci de la dignité de chaque personne humaine, soutien à une économie et un monde financier plus conscient du fait que « l’homme » est sa valeur première.
C’est pourquoi, avec mon fils Imre, nous avons aussi créé la société Aliter invest qui aide nos clients à effectuer une transition éthique au sein de leurs patrimoines, qui identifie des opportunités d’investissements éthiques au sens évoqué précédemment.
Les critères ESG (Environnement, Social, Gouvernance) proposés dans les nombreux produits ISR représentent déjà un progrès. Mais nous pensons que l’on peut aller plus loin. Nous croyons que l’on peut vraiment conjuguer avec succès :  éthique authentique, efficacité et rentabilité ».
Pour plus d’informations : 
www.aliter-invest.com    ou    info@aliter-invest.com
Aliter Invest, place des Philosophes, 10   -   1205 Genève
Tél. (+41) 22 592 52 91

NDLR 2 :  à propos de ces "liaisons dangereuses entre Facebook, Twitter et Whatsapp", l'experte québécoise des médias sociaux, Michelle Blanc observe qu’« en censurant le Chef d'Etat américain et plus de 70.000 comptes sur Twitter, les médias sociaux se sont eux-mêmes mis dans une position extrêmement délicate du point de vue légal, éthique, politique et économique», et ne pourront plus, désormais, «se cacher derrière leur statut neutre d’hébergeurs» . 
De plus, c'est carrément l'accès au compte Twitter du vaccin russe anti-Covid "Sputnik V" qui avait été "restreint " hier jeudi pour des raisons inconnues : «Un autre exemple de la censure sur Internet et une démonstration claire qu'aucun utilisateur de réseaux sociaux étrangers ne peut avoir confiance en demain. Même si vous avez un milliard d'abonnés, une seconde et votre compte est bloqué», déplorait un dirigeant, invitant à «créer des «alternatives». 
Rappelons qu'à ce jour, la Palestine est le premier pays au Moyen-Orient à enregistrer "Sputnik V". Déjà enregistré en Europe (Russie, Biélorussie, Serbie et intérêt marqué de la Hongrie), Amérique latine (Argentine, Bolivie) et Afrique (Tunisie et Algérie). D'autres pays suivront en janvier, sauvant des vies et des économies. 
Par ailleurs, les promoteurs de "Sputnik V" ont proposé à AstraZeneca d'utiliser l'un des composants de Sputnik V en convenant d'essais cliniques conjoints.
(Finalement, devant la marée de protestations, «Twitter vient de rétablir l'accès au compte Sputnik V, justifiant la restriction d'accès sous un obscur prétexte d'«éventuelle tentative d'accès non autorisé depuis la Virginie, aux États-Unis»).
plus d'information sur https://www.facebook.com/sputnikvaccine/  et  https://twitter.com/sputnikvaccine

zActu Imre de Habsbourg-Lorraine2.jpg
Imre de Habsbourg-Lorraine avec sa famille ©
zActu Imre de Habsbourg-Lorraine2.jpg

Répondre à () :


Captcha
Cognacq | 16/01/2021 13:12

Merci.

| | Connexion | Inscription