0
Tradition
Le Saint Cordon de Valenciennes
Le Saint Cordon de Valenciennes

| François Xavier Esponde

Le Saint Cordon de Valenciennes

zTradition2 Saint Cordon de Valenciennes.jpg
Le Saint Cordon de Valenciennes ©
zTradition2 Saint Cordon de Valenciennes.jpg

La dévotion populaire demeure et les coutumes perpétuent les usages.

Le Saint Cordon de Valenciennes se célèbre depuis plus de 1000 ans dans ce nord de la France autour de Marie protectrice contre les épidémies et particulièrement la peste, qui décima en ce temps du début du XIème siècle la population de la ville, de 8000 victimes en quelques jours.

Bayonne avait posé le tableau contre la peste, venu à l’origine d’Espagne, en la cathédrale en ce début de Covid 19 et le défilé des pèlerins visiteurs du sanctuaire n’a cessé pendant les mois de l’épidémie. Autochtones, visiteurs de l’été, Espagnols de passage à Bayonne, n’ont cessé de se recueillir dans la cathédrale (voyez notre article "Pandémie : la cathédrale de Bayonne, son oratoire et les pratiques religieuses" dans notre "Lettre" du 24 avril).
Les habitués du lieu ont saisi les instantanés et photos réalisés par les pèlerins par milliers tout au long de ces mois qui ont suivi la propagation de la pandémie dans le pays.

Valenciennes en ce deuxième dimanche de septembre a célébré le Saint Cordon qui depuis 1012 ans sans discontinuer, maintient la tradition populaire d’un jour de liesse et de dévotion.
Les cuistres sourient, les pédants ignorent le fait : on serait dans la pure superstition pour les uns, dans la dévotion personnelle pour d’autres.

En 2015-16, lors des terribles attentats perpétrés en France, la Belle Dame du Saint Cordon est véhiculée dans la ville tout le long de dix sept kilomètres et les pieux fidèles invoquent Marie “Reine des cieux retenez nous d’un cordon sanitaire, guidez nos pas, gardez nos coeurs.”
Dès 2009, la dévotion porte contre les épidémies sanitaires, et les fidèles réitèrent l’invocation de Marie qui prend aujourd’hui un tour de nécessité et d’urgence pour le pays en son entier.

La Confrérie du cordon est composée de gens portant cravate rayée jaune et grise, un brassard bleu ciel, un bâton de buis béni et des feuilles distribuées par les auteurs aux participants. Une médaille du saint cordon arbore le torse des confrères et consoeurs, la procession habituelle sillonne les artères de la ville. Les maisons sont pavoisées de drapeaux blanc et bleu. Des reposoirs posent tout le long du défilé.
La fête millénaire ne fut jamais abandonnée. Elle connut des jours fastes et des jours moins glorieux. Le Saint Cordon résiste à l’usure du temps.

En ce 7-8 septembre de l’an 1008 “l’ermite Bertholin selon la tradition, reçut le message et partagea les apparitions d’une belle Dame l’invitant à se pencher sur Valenciennes et entourer la ville d’un cordon sanitaire de tendresse et de fidélité.”
La procession circulaire dans la cité, unique manifestation toujours actuelle de cette veine dans toute l’Europe, donna naissance à cette expression religieuse originale d’abord voulue par les autorités civiles et maintenue au fil des siècles par les clercs et en grande partie, portée  par la Confrérie du Saint Cordon toujours active dans la perpétuation de cette procession mariale.

Avec des drapeaux blancs et des cordons colorés que toutes les générations portent comme des signes avérés de leur présence, les fidèles se rassemblent par milliers pour honorer le saint cordon et se protéger des menaces d’une peste d’un nouveau genre, aujourd’hui aussi maléfique que la précédente.
D’une religiosité populaire, faisant cas des précautions nécessaires à chacun pour se protéger de toute pandémie, les autorités civiles et religieuses trouvent dans cette tradition ancienne une réponse préventive à la propagation virale du moment contre laquelle toutes les initiatives sont ainsi bienvenues.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription