2
Histoire
Le catéchisme impérial de Napoléon
Le catéchisme impérial de Napoléon

| François-Xavier Esponde 905 mots

Le catéchisme impérial de Napoléon

zHistoire2 Catéchisme impérial de Napoléon.jpg
Le Catéchisme impérial de Napoléon ©
zHistoire2 Catéchisme impérial de Napoléon.jpg
zHistoire2 haut Napoléon.jpg
Napoléon et l'art de commander ©
zHistoire2 haut Napoléon.jpg

Napoléon dessina le profil de la Nation en France pour sa postérité. En ce bicentenaire, les rappels historiques ne manquent pas, se rapportant à la vie l'action et au dessein de ce génie de l’esprit qui tenta d'apporter de la modernité, une respiration et de l’avenir à un pays sortant des méandres de la révolution française.

On en oublierait presque, parmi bien d’autres plans en cours, législatif, politique, juridique et économique, le modèle civil du Catéchisme impérial à l’usage des enfants de l’Empire, assurant leur éducation patriotique comme le voulait Napoléon.
L’enseignement moral et civique créé par la Convention Nationale avait disparu sous l’Empire, il fallait y remédier. Napoléon en assura la direction de sa rédaction.
On lui prêta le chapitre sur les devoirs civils de tout citoyen instruit de l’empire, selon les chroniques du temps.

Depuis l'origine Napoléon se méfiait des effets induits de la révolution sur la jeunesse : il pressentit l’urgence d’une instruction avec ses codes en faveur d’une nouvelle génération de jeunes citoyens formés à l’éducation civique. L’empereur ne croit guère à “l’école” qualifiée de chimère et d’utopie, du pur Abbé Saint Pierre dans le texte...

Selon ses dires, la religion inculque aux masses la soumission, la discipline, le sens de la hiérarchie. Le propre du clergé est d’éduquer le peuple, à charge pour le gouvernement civil d’en contrôler le contenu.
L’Empereur inscrit sous ce premier décret de l’Empire, l’enseignement civique et moral dénommé "Catéchisme Impérial" et paru en 1806 à l’usage de toutes les églises catholiques de l’Empire français.

Le premier Décret est signé par l’Empereur lui même, ce 4 avril 1806. Il s’agira du seul catéchisme en usage dans toutes les églises catholiques, comprenez que les manuels existants, dont ceux des Gallicans ou des Ultramontains, seront bannis ou non reconnus et relégués par l’autorité impériale.
L’article 2 mentionne la durée de ce manuel, de dix ans..

Le 18 août 1806, l’archevêque de Paris, le cardinal de Belloy, donnera son accord appuyé et flatteur à l’adresse du programme de l’Empereur : “Les devoirs des sujets envers les princes y sont expliqués, parce que les circonstances des temps où nous vivons ne ressemblent point à celles des temps qui ont précédé.
... Les chrétiens n’ont jamais craint de déclarer leurs sentiments envers les puissances établies par Dieu pour régir le monde.
Enfin notre - très cher fils - le Prince, qui règne sur la France est loué d’avoir rétabli dans les circonstances difficiles, le culte public de la religion de nos pères parce qu’un tel courage mérite d’entendre nos hommages”...
Il est juste de consigner dans les fastes de la religion à côté de Constantin le nom de l’Empereur protecteur de la religion véritable.

Ce catéchisme définira dans l’agencement de ses chapitres les devoirs des enfants envers leur père et mère, selon la hiérarchie des rôles et des fonctions de chacun.
“De l’église, du pape, des évêques, des pasteurs comme ceux des monarques civils, des princes et des magistrats. Les chrétiens donneront à l’Empereur amour, respect, obéissance, fidélité, service militaire, paieront tributs pour conserver et défendre l’Empire et son Trône.
Ils diront leurs prières rendues à l’Empereur pour le salut et la prospérité spirituelle et temporelle de l’Etat.
Dieu a rendu l’Empereur dispensateur des dons, de paix, de guerre sur la terre. Il en demeure le ministre et l’image de sa puissance sur ses sujets.” Dieu et l’Empereur se donnent selon cette image et ce retour.

Notre Seigneur, souligne encore le Cardinal de Paris, selon l’Edit de l’empereur César-Auguste, a ordonné de rendre à Dieu ce qui est à dieu, et à l’Empereur ce qui est à l’empereur.
... Les circonstances particulières du choix de l’empereur justifient ce culte. Il demeure l’Oint de dieu par consécration du souverain pontife. Il restaure le culte public de la religion sainte de nos pères et en est le protecteur, ramenant et rétablissant l’Ordre public par sa sagesse et la Défense de l’Etat par son bras puissant..

Que dire des sujets qui n’accepteraient cette obéissance civile ? Car le devoir de soumission aux préceptes contenus dans ce livre appellent fidélité à l’empereur et à sa famille comme à tous ceux qui, tels les magistrats, seront désignés dépositaires de l’autorité de l’empereur et priés de s’y conformer.
Le propre du catéchisme civil étant de conforter l’obéissance aux supérieurs, d’inculquer l’honneur, le respect, ne jamais leur nuire et en dire du bien...
Quant aux infidèles, il leur sera proféré l’excommunication, et pire encore, la damnation éternelle !
Cependant pas de préjudice matériel ni d’exil mais le sort réservé aux damnés de la terre pour les récalcitrants.

A Rome le dossier du catéchisme rencontra une lecture peu bienveillante de son contenu.
Mais les circonstances et le Concordat de 1802 exigeant de la prudence, on évita de rejeter le catéchisme et l’ouvrage obtint de l’Archevêque de Paris sa bénédiction flatteuse et le soutien fervent de l’épiscopat français.
Napoléon connaissant les démêlés en l’état au sein de l’Eglise catholique entre courants divergents, savait d’aventure pouvoir obtenir l’appui du haut clergé et du clergé de son catéchisme objet de discussions et de délibérations diverses.

Ce catéchisme ne survécut guère à la fin de l’Empire, mais il définit un enjeu moral et civil inédit en faveur d’une éducation de la jeunesse, pour une France traversée de régimes politiques contrastés et divisés.

D’aucuns s’en inspireront un jour plus tard, dans leurs manuels laïcisés de l’instruction civique, directement inspirés du Catéchisme impérial de Napoléon !

zHistoire2 bas1 Napoléon couverture.jpg
Napoléon par Jacques Bainville, irremplaçable ! ©
zHistoire2 bas1 Napoléon couverture.jpg
zHistoire2 bas2 Napoléon une façon de commander.jpg
Napoléon : une façon de commander, simple, efficace, compréhensible par tous... même des Préfets ! ©
zHistoire2 bas2 Napoléon une façon de commander.jpg

Répondre à () :


Captcha
MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 09/05/2021 12:19

Voilà un "catéchisme" dérivé du vrai qui n'appartient qu'à l’Église Catholique, très inspiré du culte dû à l'Empereur dans la Rome impériale. Son but est évidemment le conditionnement du peuple à la république provisoirement impériale. Je ne sais pas, ce serait à vérifier, mais le livre d'Edgar QUINET sur "L'Enseignement du peuple" me paraît y avoir plongé ses racines même seulement implicites ?... Décidément cet usurpateur, tricheur électoral, et exterminateur des opposants par ses canons me déplaît à chaque lecture de plus sur le personnage. Nous sommes ici très loin de la Monarchie de droit divin, la seule qui vaille !

Baratchart Louis | 10/05/2021 11:03

Cette information relative au catéchisme impérial de 1806 mérite ,à Bayonne, d' être illustrée par la page de titre de sa traduction en basque par l'abbé Gratien Etcheverry (1747-1828). En 1993, un exemplaire de cet ouvrage figurait dans la bibliothèque du Musée basque. Son titre est: FRANCESEN IMPERADOREAREN EREMUETACO ELIÇA GUCIETACOTZ .EGUINA- DEN C A T I C H I M A

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription