0
Cinéma
L'Affaire collective (109') - Film documentaire roumano-luxembourgeois d'Alexandre Nanau
L'Affaire collective (109') - Film documentaire roumano-luxembourgeois d'Alexandre Nanau

| Jean-Louis Requena 786 mots

L'Affaire collective (109') - Film documentaire roumano-luxembourgeois d'Alexandre Nanau

zCinéma1 Le Prix Lux attribué à L'Affaire Collective d'Alexander Nanau.jpg
Le Prix Lux attribué à L'Affaire Collective d'Alexander Nanau ©
zCinéma1 Le Prix Lux attribué à L'Affaire Collective d'Alexander Nanau.jpg

Bucarest (Roumanie). Le 30 octobre 2015, près de 500 personnes assistent au concert du groupe métal "Goodbye to Gravity" au "Collectiv", salle de concert au centre de la capitale. Soudain, c'est la panique : un incendie se déclare et progresse à toute allure. Les spectateurs affolés sont piégés. Bilan tragique : 27 morts sur place ; 146 brûlés (à divers degrés), sont hospitalisés dans plusieurs établissements de soins de Bucarest. Ce sont des jeunes pour la plupart. La Roumanie est en deuil.

Cette nuit-là, Catalin Tolontan (52 ans) rédacteur en chef du quotidien "Gazeta Sporturilor" (La Gazette des Sports) et sa collègue Mirela Neag scrutent les chaînes d'info en continu. Parmi les graves brûlés figure Alex Pascu, bassiste du groupe, leader de "Goodbye to Gravity", et fils d'Ana Pascu, icône sportive roumaine, double médaillée olympique d'escrime. Les deux journalistes connaissent bien la championne, mère d’Alex. Grâce à son entregent, son fils est transféré en urgence dans un hôpital parisien. Malgré des soins intensifs, mais tardifs, il décède le 11 novembre 2015 à Paris. Quatre types de bactéries nosocomiales sont décelées sur son corps. Dans les hôpitaux de Bucarest le bilan s'alourdit chaque jour : 64 personnes hospitalisées sont mortes dans des conditions sanitaires innommables. Le drame du « Collectiv » devient la catastrophe la plus meurtrière de la Roumanie post-communiste.

Afin de lancer une enquête sur cette douloureuse affaire, Catalin Tolontan fait appel à deux collaborateurs du quotidien sportif : Mirela Neag (47 ans), une référence en matière d’investigations, et Razvan Lutac (28 ans), un jeune journaliste motivé. Ce trio de choc, déjà habitué à enquêter sur des affaires mêlant sport, politique et corruption, s’informent pas à pas sur l'état lamentables des services sanitaires (hôpitaux, cliniques, fabricants, etc.) de la Roumanie, révélé au grand jour par le drame du "Collectiv".

Leur longue et obstinée recherche, va leur révéler d’épouvantables faits …

Alexander Nanau (42 ans) est un réalisateur allemand d'origine roumaine, né à Bucarest. C'est un documentariste qui pratique un cinéma direct, d'immersion, tout en maîtrisant la chaîne de fabrication du film, comme lors de son précédent opus : Toto et ses Soeurs (2014). Il cumule les postes de producteur, réalisateur, directeur de la photographie (il cadre lui-même), et enfin monteur. Alexander Nanau filme avec une petite équipe. De ce fait, il peut, avec l'assentiment des protagonistes, s'immiscer dans les discussions dans les locaux de la « Gazeta Sporturilor », puis dans ceux du ministère de la santé publique avec le jeune ministre Vlad Voiculescu et ses conseillers. La vérité est en marche en dépit des obstacles hérissés par une partie, non négligeable, du personnel politique corrompu, mais bénéficiant d'une bonne exposition médiatique (journaux, télévision) pour développer les thèses fallacieuses. Au fur et a mesure que le scandale sanitaire s’agrandit (incompétence des directeurs d'hôpitaux, appels d'offres truqués, pots de vins, etc.), les manipulations de masse (presse, chaines d'informations) et les intimidations de tout ordre, vont crescendo. Bientôt, une campagne électorale nationale se met en place pour de nouvelles élections législatives sur fond de crise politique ...

La Roumanie est un des pays malades de l'Europe (adhésion en 2007 à l’Union Européenne). Ce pays ne s'est jamais réellement remis de "La Révolution Roumaine" (16 au 25 décembre 1989) qui a entrainé la chûte du “Génie des Carpathes“ (Nicolae Ceausescu 1918/1989) et la fin du communisme ... avec l'arrivée au pouvoir d'anciens apparachiks sous des habits nouveaux. 

« Il faut que tout change pour que rien ne change » dit le prince Fabrizio Corbera de Salina (Le Guépard – 1963- de Luchino Visconti).

Depuis 1989, la Roumanie à perdu 3,5 millions d'habitants en partie exilés, en partie par une natalité inférieure aux décès. C’est la résultante d’un manque de confiance des roumains en leur pays, gangrené par une économie informelle (réseaux mafieux, fraude fiscale, etc.). Vlad Voiculescu, le jeune nouveau ministre de la santé (appelé à ce poste après la démission de son prédécesseur impliqué dans le scandale sanitaire) se débat pied à pied dans son ministère, entouré d'une phalange dédiée à sa cause : purger son ministère "pourri à 90 %" (incompétence, clientélisme, etc.). Un soir de déprime, son père au téléphone l'admoneste : "Reviens vivre à Vienne, ça ne changera pas avant trente ans !". L’Affaire collective un film puissant, semblable à un thriller haletant qui nous dévoilerait, sur deux plans, celui des journalistes, puis celui du ministre, la fragilité d'un système démocratique dévoyé par des politiciens vénaux prêts à toutes les opérations crapuleuses (économiques, politiques, judiciaires) pour se maintenir au pouvoir et s'enrichir.

L'Affaire collective a été projeté pour la première fois à la Mostra de Venise 2019 où il a été acclamé par la critique. Il a été également eu deux nominations aux Oscars 2021 : Meilleur film international et Meilleur documentaire.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription