0
Antiquités de la semaine
Intéressantes enchères samedi 10 octobre à Saint-Jean-de-Luz,
Intéressantes enchères samedi 10 octobre à Saint-Jean-de-Luz,

| Anne de Miller-La Cerda

Intéressantes enchères samedi 10 octobre à Saint-Jean-de-Luz,

2062_10.jpg
lot 139 ©
2062_10.jpg

Parmi de l’argenterie, des porcelaines, du mobilier et objets d’art, une dizaine de tapisseries pour la plupart d’Aubusson racontent des siècles d’histoire …

La tapisserie d'Aubusson compte six siècles. A partir du 16ème siècle la tapisserie connaît un réel essor. Il ne faut pas s’imaginer un grand établissement, mais une appellation attribuée à l’ensemble des artisans dispersés dans le quartier de la Terrade à Aubusson.

On distingue la tapisserie « de lices » de la tapisserie « aux points ». La tapisserie peut être une œuvre tissée en hautes-lices le métier à tisser à la vertical et plutôt en basses-lices, le métier à tisser à horizontal tradition d’  Aubusson. Que ce soit des tapisseries de lices []ou « aux points d'aiguille », on crée un carton, qui est l'ébauche en dimensions réelles de la tapisserie. La tapisserie d'Aubusson se caractérise principalement par des verdures que les lissiers tissent jusqu’à maintenant.

En 1665, Colbert accorde le statut de manufacture royale aux ateliers d’Aubusson.
Au 18ème siècle, le peintre Jean-Baptiste Oudry modernise Aubusson en représentant les fables de la Fontaine et toutes sortes scènes de chasse à la licorne, au loup, au sanglier, au cerf aux cavaliers... Cet artiste exerça une grande influence sur la tapisserie française. Les peintres François Boucher, Watteau, Baptiste Huet, Le Brun …pour leurs scènes pastorales ou mythologiques suivront l’inspiration du style du maître.

Cependant la révolution interrompt son évolution.
En 1805, le sous-préfet d'Aubusson affirmait dans un rapport que les « fabriques ont éprouvé, dans le cours de la Révolution, un anéantissement complet. »  Seul la fabrication des tapis à pied maintient  les ateliers d’Aubusson en état. On reproche aux lissiers de trop copier les peintres du XVIIIème, effaçant toute personnalité.
Pourtant Aubusson va connaître un nouvel essor par la création de l’École nationale des Arts décoratifs en 1884, à Aubusson permettant des recherches de techniques et décors adaptés au goût de l’époque.

Au XXème André-Marius Martin, peintre graveur redonne une dynamique. En 1917, il fut nommé directeur de l'ENAD (École nationale des arts décoratifs d'Aubusson) et œuvre en faveur d’un renouveau de la tapisserie. Il publia un article dans la revue hebdomadaire de l'architecture. Il y fonde les bases du carton moderne en s’éloignant totalement de l’influence de Jean-Baptiste Oudry et des peintres du XVIIIème.

A la suite de Marius Martin, Jean Lurçat collabore avec les peintres André Derain, Raoul Dufy et le poète Guillaume Appolinaire. Le peintre-décorateur  modernise les méthodes. Il élabore la technique dite du carton numéroté au  tissage plus robuste à large point. Depuis Jean Lurçat, pour identifier une tapisserie du XXème siècle,  il faut la signature de l'artiste, le numéro de tissage et les logos des ateliers. Chaque modèle est limité à huit exemplaires.

En I960, Aubusson accueille de très nombreux peintres. Marie Cuttoli, la grande collectionneuse passionnée passe commande de tapisseries à Lurçat, Rouault, Picasso, Braque, Le Corbusier, Dufy, Coutaud… 

Aujourd’hui, les ateliers tissent des œuvres d’artistes contemporains dans le respect de la tradition. Et depuis, L’UNESCO a inscrit en 2009 « La tapisserie d’Aubusson » sur la liste sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Lots de 134 à 143 
Légendes 
LOT N° : 135 TAPISSERIE en laine à décor d'une souveraine recevant des paniers de fruits, bijoux et orfèvrerie sur fond de paysage, bordures de rinceaux ornées en haut au centre d'armoiries d'alliances rapportées. Aubusson, XVIIIe siècle 265 x 325 cm (Accidents et restaurations).
Lot 139 TAPISSERIE en laine à décor d'une femme allongée recevant un linge d'une servante et aigle survolant une femme à la fontaine, bordures à décor de guirlandes de fruits et carquois. Aubusson, XVIIIe siècle 270 x 277 cm (Repliée en partie basse sur 5 cm)

Côte Basque Enchères 

SAMEDI 10 Octobre à 14H

ORFEVRERIE - MOBILIER - TABLEAUX

à SAINT-JEAN-DE-LUZ
  

Expositions Publiques :

Jeudi 8 octobre de 14 h à 18h
Vendredi 9 octobre de 10h à 12h30 et de 14h à 18h
Samedi 10 octobre de 9h30 à 11h

 


 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription