0
Nos disparus
In memoriam : Jean Gautreau et son vignoble, entre Bordeaux et Pays Basque © DR - Jean Gautreau dans son domaine de Sociando-Mallet

| Alexandre de La Cerda

In memoriam : Jean Gautreau et son vignoble, entre Bordeaux et Pays Basque

C’est une perte importante pour la viticulture bordelaise et la gastronomie du Sud-Ouest que la disparition à l’âge de 92 ans de Jean Gautreau propriétaire du château Sociando-Mallet à Saint-Seurin-de-Cadourne dans le Haut-Médoc, vignoble très réputé dont les origines remontent à Johanes de Sossiondo, évêque de Bayonne en 1566 et constructeur du manoir d’Askubea à Ascain. Au religieux propriétaire de ces vignes bordelaises fut associé au XIXème siècle le nom d’un propriétaire postérieur, Mallet ! 

Comment ne pas se souvenir, il y a une dizaine d’années, de cette dégustation au restaurant du Grand Hôtel à Saint-Jean-de-Luz des meilleurs millésimes du château Sociando-Mallet proposée par Jean Gautreau et son fils… Et son active participation aux « Fourchettes » du regretté Henri Coret, une bande d’amis qui entourait naguère Pierre Laporte, le chef emblématique de la place Bellevue à Biarritz, et qu’il avait rassemblés pendant plus de quarante ans en un club de goûteurs quasi-professionnels - très difficiles à séduire – afin de distinguer les meilleurs chefs du Pays Basque et des environs. En particulier en 2010, lors de la remise du Prix annuel des « Fourchettes » aux Rosiers, établissement de l’avenue Beau Soleil à Biarritz qui venait d’être étoilé Michelin : le succulent déjeuner apprêté par les Rosiers avait été arrosé d’un remarquable Sociando-Mallet en magnum apporté depuis son riche vignoble haut-médocain par l’ami Jean Gautreau ! 

Né en 1927, Jean Gautreau était un athlète accompli, devenu négociant bordelais avant de découvrir en 1969 le Château Sociando-Mallet dans le village de Saint-Seurin-de-Cadourne, à dix kilomètres au nord de Pauillac, dans l'appellation Haut-Médoc, alors qu’il était à la recherche d'un domaine viticole pour le compte d'un client belge. Choisissant de l'acheter lui-même, Jean Gautreau commença à produire lui-même du vin, tout en entreprenant sa rénovation, en particulier la construction d'un chai à barriques et en procédant  d'année en année à une augmentation de la surface de son exploitation viticole qui ne comptait que 5 hectares à l'époque.

En mai de cette année, Jean Gautreau avait fêté ses 50 ans sur le domaine qui lui sera toujours associé, tout en se remémorant ses « différentes vies, en particulier celles d'un joueur de tennis talentueux arrivé en demi-finale de Roland-Garros à l'âge de 18 ans, et d’un négociant à Bordeaux qui, bien que né dans le Médoc, n’était pourtant pas issu d'une famille de vignerons.  Sa fille Sylvie et son petit-fils Arthur veillent désormais sur le domaine... 

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription