0
Cinéma
Federico Fellini, Il Maestro 3ème Partie
Federico Fellini, Il Maestro 3ème Partie

| Jean-Louis Requena

Federico Fellini, Il Maestro 3ème Partie

zCinéma1 intervista marcello mastroianni federico fellini.jpg
"Intervista" : Federico Fellini avec Marcello Mastroianni ©
zCinéma1 intervista marcello mastroianni federico fellini.jpg
zCinéma1 Sergio Rubini en Federico Fellini in Intervista. 1987. Regie Federico Fellini.jpg
"Intervista" : Federico Fellini avec Sergio Rubini en régie, 1987 ©
zCinéma1 Sergio Rubini en Federico Fellini in Intervista. 1987. Regie Federico Fellini.jpg

Derniers joyaux (1979/1987)

Répétition d’orchestre (Prova d’orchestra) – 1979

Après l’éprouvante fabrication du Casanova, Fellini accepte de réaliser un film germano-italien qui sera programmé à la télévision italienne (RAI). Dans un oratoire du XIIIème siècle, un petit orchestre symphonique (40 musiciens) répète une œuvre de Nino Rota. Une équipe de télévision vient interviewer les musiciens … La révolte, attisée par des syndicalistes, gronde. 

Répétition d’orchestre (Prova d’orchestra – 70’) est réalisé en caméra subjective qui cadre tour à tour les musiciens, d’abord préoccupés par leurs instruments, volubiles, puis en « roues libres » après brusque départ (momentané) du chef d’orchestre … allemand. 

Ce court/long métrage est une allégorie sur la société italienne telle que la perçoit Federico Fellini. Présente hors compétition au XXXII ème Festival de Cannes (1979), l’année d’Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (Palme d’Or), il est unanimement salué par la critique internationale.

Il Maestro a retrouvé toute sa verve, son mordant cocasse et ironique. Répétition d’orchestre (Prova d’orchestra) sera la dernière collaboration de Federico Fellini avec Nino Rota. Ce dernier décède le 10 avril 1979 à Rome.

La Cité des femmes (La citta delle donne) – 1980

La Gaumont Italie née en 1978 (en pleine crise du cinéma italien : chute vertigineuse des spectateurs) est dirigée par Daniel Toscan du Plantier grand admirateur de cinéastes italiens dont Federico Fellini. Il accepte, dans l’enthousiaste de coproduire La Cité de femmes (la citta delle donne – 140’) avec le producteur italien Franco Rossellini (1935/1992). 

Le scénario est comme depuis plusieurs opus une collaboration entre le Maestro et Bernardino Zapponi. Dans un train, voyagent les époux Snàporaz (Marcello Mastroianni et Anna Prucnal). Lors d’un arrêt du train, Snàporaz suit une belle inconnue (Bernice Stegers) et se retrouve dans une grande maison emplie de femmes tenant un congrès … dès lors Il ira d’une rencontre étrange à une autre …

Federico aborde une soixantaine difficile. Le tournage d’une durée 7 mois est éprouvant pour lui … et ses producteurs. L’un des acteur principaux (Ettore Manni, Le docteur Xavier Katzone, le séducteur) est alcoolique, oublie son texte, et finit par décéder en plein tournage. Nino Rota est mort également durant le tournage : ce sont des signaux maléfiques pour un homme superstitieux comme Federico Fellini.

L’actrice polonaise Anna Prucnal déclarera du réalisateur : « c’était un tyran, un monstre, un fou, un génie ». La Cité des femmes présentée hors compétition au XXXIII ème Festival de Cannes (1980) reçoit un mauvais accueil y compris par la critique française d’habitude admirative. Les féministes l’attaquent : « C’est un film vieux et c’est un film de vieux » (Benoîte Groult F. Magazine).

Et vogue le navire … (E la nave va … ) – 1983

Au début de la nouvelle décennie 80, les italiens désertent en masse les salles obscures qui ferment leurs portes les unes après les autres. L’écrivain Tonino Guerra que Federico Fellini connait depuis longue date propose un sujet de film au Maestro. En juillet 1914, un grand paquebot « Gloria N. » avec des artistes lyriques, des mélomanes aguerris, des amateurs de musiques, quelques réfugiés serbes à bord, auxquels s’ajoute un rhinocéros, naviguent pour s’approcher de l’ile natale d’une célèbre cantatrice décédée : Edmée Tetua. Le but du voyage : disperser les cendres de la diva au son d’un orchestre … Mais rien ne se passe à bord comme prévu … Les temps sont à l’affrontement guerrier …

Le « Gloria N. » est reconstitué à Cinecitta sur le mythique plateau 5 (teatro 5) surnommé à cette occasion « Fellinipolis ». Une foule d’acteurs choisis sur leur seul physique, mise à part de la danseuse allemande Pina Bausch (Princesse Lherima) vaquent dans les immenses décors au gré des indications du Maestro. La production est franco-italienne (encore la Gaumont !) ce qui permet une grande liberté de création à Fellini.

Et vogue la galère … (E la nave va … - 128’) est présenté, hors compétition, à la XXXX ème Mostra de Venise (1983). Cette croisière nostalgique, grinçante, tragique, obtient un grand succès partout dans le monde sauf de nouveau aux États-Unis.

Ginger et Fred (Ginger e Fred) – 1986

La télévision italienne et les chaînes privées de Silvio Berlusconi, sont devenues un mass media tentaculaire qui a littéralement aspiré les spectateurs de cinéma. En outre, ces chaines braillardes, vulgaires, n’hésitent à couper les films diffusés par de longues plages publicitaires. Federico Fellini furieux de ce traitement indigne, intente un procès au magnat Silvio Berlusconi pour atteinte à l’intégrité artistique d’œuvres cinématographiques. Le juge reconnait la justesse des affirmations du Maestro mais rejette sa demande sous prétexte que les spectateurs s’y sont habitué !

Avec Tonino Guerra, son complice habituel, Federico Fellini écrit un scénario contre cet univers audiovisuel bêtifiant. Amelia Bonetti (Guilietta Masina) et Pippo Botticella (Marcello Mastroianni) sont deux anciens danseurs de claquettes qui formaient un couple célèbre dans les années 1940 sous le nom de scène Ginger et Fred, hommage au couple américain de comédies musicales dont ils imitaient les chorégraphies. Au milieu des années 80, une chaine commerciale, privée, de télévision, dans le cadre d’une rétrospective le soir de Noël, leur demande de remonter sur scène devant les caméras. Amelia et Pippo maintenant âgés, éloignés du music-hall ne se sont pas revus depuis de nombreuses années …

L’émission à laquelle ils vont participer est débile « Ed ecco a voi » (A vous de juger). Ils ignorent tout de ce monde frelaté de paillettes et de faux semblants. 

En février 1985, Federico Fellini a repris possession du Teatro 5 de Cinecitta où il dirige sa femme Guilietta Masina pour la première fois depuis Juliette des Esprits (1965).

A sa sortie, en 1986, Ginger et Fred (Ginger e Fred – 128’) est bien accueillit partout dans le monde tant le pastiche cinglant, rageur, de la télévision commerciale (une barbarie), est réussi.

Intervista (1987)

En 1986, Federico Fellini à 66 ans. Mondialement connus, ses films ont fait le tour du monde, Il est sans cesse sollicité par des médias (revues, radios, chaînes de télévisions, etc.) qui tentent sans trop de succès, de l’interviewer. Le réalisateur fait mine de tourner une adaptation du roman de Franz Kafka (1883/1924), L’Amérique, aux abords de Cinecitta. Il est sans cesse interrompu par des journalistes d’une chaîne de télévision japonaise. Dès lors, il évoque ses souvenirs devant ce temple magique du 7ème Art inauguré en 1937 par le Duce (Benito Mussolini), il y aura bientôt 50 ans.

Federico et son équipe de tournage rencontrent Marcello Mastroianni interprétant un magicien (Mandrake) pour une publicité sur les pâtes alimentaires. Ils partent rejoindre Anita Ekberg qui habite toujours Rome dans une villa gardée par de gros chiens agressifs. C’est une rencontre nostalgique des deux protagonistes de La dolce vita (1960) 27 ans après …

Intervista (105’) est une œuvre poignante qui marque la fin d’un certain cinéma qui ne se fera plus nulle part. C’est la 6 ème collaboration avec Il Maestro pour Marcello Mastroianni, et la 3 ème pour Anita Ekberg.

Intervista, présenté la veille de la clôture du 40 ème Festival de Cannes (1987), remporte un grand succès critique mais n’attire pas les spectateurs.

(à suivre)

zCinéma1 Fellini, Prova d’orchestra.jpg
Fellini, "Prova d’orchestra" ©
zCinéma1 Fellini, Prova d’orchestra.jpg

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription