2
Histoire
Ephémérides : 6 avril 1199, Richard Cœur de Lion est tué à Châlus
Ephémérides : 6 avril 1199, Richard Cœur de Lion est tué à Châlus

| Alexandre de La Cerda

Ephémérides : 6 avril 1199, Richard Cœur de Lion est tué à Châlus

richard-the-lionheart.jpg
Richard Cœur de Lion ©
richard-the-lionheart.jpg
Richard sceau.jpg
L sceau de Richard ©
Richard sceau.jpg

Une personnalité extraordinaire du moyen-âge qui fut très liée à l’Aquitaine, et à Bayonne en particulier : il s’agit de Richard Ier d'Angleterre, surnommé « Cœur de Lion », fils d'Aliénor d’Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt. Deux dates concernant notre région sont le plus souvent mentionnées par les historiens : on sait qu’il fut chargé par son père de l'administration de l'Aquitaine à partir de 1170. En 1174, il assiège Bayonne et prend la ville en dix jours. 

Rappelons d’abord que la vicomté du Labourd avait été créée en 1023 par Sanche le Grand, roi de Navarre. En 1152, Aliénor d'Aquitaine, en se mariant avec Henri II Plantagenêt, apporte l'Aquitaine – et par conséquent le Labourd - à la couronne d'Angleterre lors de l'accession au trône de ce prince en 1155. Cette domination anglaise va durer trois siècles. En 1167, puis en 1174, plusieurs grands seigneurs aquitains se soulèvent contre la prise de pouvoir anglaise, parmi lesquels, Arnaud-Bertrand, vicomte de Labourd. Richard Ier d'Angleterre, surnommé Cœur de Lion, fils d'Aliénor et d'Henri II, chargé par son père de l'administration de l'Aquitaine à partir de 1170, doit assiéger Bayonne en 1174 pour affermir le droit des Plantagenêt sur la région. 

Bayonne lui résiste, mais il prend la ville en dix jours. Le vicomte Arnaud est contraint de se réfugier à Ustaritz, au château de la Motte (emplacement de la mairie actuelle). C’est alors qu’Ustaritz deviendra la capitale du Labourd jusqu'à la révolution. 
Le vicomte du Labourd y demeurera jusqu'en 1193, année où Guillaume Raymond IV de Sault, successeur d'Arnaud-Bertrand par sa mère Marie Bertrand, hérite de la vicomté du Labourd. Il fut contraint de vendre ses droits sur la vicomté du Labourd au roi d'Angleterre pour 3680 florins d'or. En 1235, Henri III peut donc achever le projet de Richard Ier d'instituer un représentant permanent du roi auprès de l'administration locale. 

Mais on disait qu’à cette charge de bailli, installée à Ustaritz, ne pouvaient prétendre que ceux qui parlaient la langue du pays, c’est-à-dire le basque ! 

En fait, c’est la plus grande partie du Pays Basque continental, avec Bayonne, qui passa sous domination anglaise. Mais Richard Cœur de Lion, qui avait reçu de son père Henri II le gouvernement d'Aquitaine, dut faire face à de continuels soulèvements. En 1174, il décréta la séparation de Bayonne du reste du Labourd. 

Sous l’influence des Anglais, Bayonne fut en partie repeuplée de Gascons. Grâce à des bourgeois et commerçants actifs, la séparation de Bayonne avec le Labourd transforma la ville en un important centre commercial, attisant les rivalités avec les autres localités du Labourd. 

En 1215, Bayonne obtint une Grande Charte qui favorisa son expansion économique. De plus, à la suite de l’intervention de Richard Cœur de Lion séparant Bayonne de la Vicomté de Labourd, le maire était nommé par le roi et portait pour cette raison le titre de "Gouvernedor l’Offici de le maiorie de Baionne" - d’où l’indication d’une décision du "Gouverneur de la Ville".

Un quartier de Bayonne parmi d’autres dut son développement à Richard

Au moyen-âge, sous la longue occupation anglaise pendant laquelle Bayonne obtient de Richard Coeur de Lion, des privilèges lui permettant de pratiquer une activité commerciale, et guerrière, prospère, les métiers de la mer et du commerce attirent dans le faubourg ouest une forte population. Ce nouveau quartier prend tout naturellement le nom des lourds bateaux de transports de marchandises inventés par les marins méditerranéens, les tarrides dont la dimension les empêche de manoeuvrer dans le port intéieur. Entre le faubourg de Tarrides et le coeur de la cité où l’on forge les armes, rue des Faures, où l’on fabrique les bois de lances, rue des Hasters, l’échange est incessant. La porta occidentalis devient ainsi le Portail de Tarrides.

Mais l’action de Richard cœur de Lion eut encore d’autres répercussions sur le Pays Basque : après la prise de Bayonne, Richard Cœur de Lion détruisit les places fortes jusqu'en Cize. Ce n’est qu’en 1191, après le mariage de Bérangère, fille du roi de Navarre Sanche le Sage avec Richard Cœur de Lion, que les Anglais vont restituer l’Arberoue, Osses, Cize et Irrissari au roi de Navarre.

Au-delà de ses actions militaires, le souverain anglais légiféra afin de mettre de l'ordre dans ses possessions d'Aquitaine, Richard Cœur de Lion, duc d'Aquitaine devenu roi d'Angleterre, rendit une ordonnance vers l’an 1190, qui est conservée aux archives municipales de Bayonne, « pour la répression des crimes et délits dans la ville et dans la vicomté de Bayonne » : il s'agit d'un véritable code de droit pénal, promulgué par le roi-duc avec l'assentiment des évêques de Dax et de Bayonne, du sénéchal de Gascogne, des seigneurs « cavers » et du peuple, et qui s'imposait à toute la vicomté. Dans le fil de ces événements, fut constituée une milice labourdine nommée Armandat que les Labourdins conservèrent après leur annexion à la couronne de France en 1451. L' Armandat devenue la milice du Labourd fut conservée jusqu’à la révolution qui supprima d’un trait de plume les dernières libertés de la province.

Richard Cœur de Lion, une forte personnalité

Ce qui a fait la fortune du personnage aux yeux de la postérité et lui conserve son panache tient à ce qu'il rassemble en sa personne la plupart des éléments de la remarquable civilisation du XIIème siècle.

Né à Oxford en 1157, fils du duc de Normandie et roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt et de la duchesse-reine Aliénor d'Aquitaine, il est élevé à la cour de Poitiers, brillant foyer de culture où se produisent musiciens et troubadours, initiateurs d'un nouvel art de vivre fondé sur l'amour courtois. A leur école, Richard deviendra lui-même poète, les protégera et favorisera la diffusion de leurs œuvres

C’est alors que l’Aquitaine est dévolue à Richard : lors de l'hommage que son père Henri II rend au roi de France Louis VII en 1169, le prince est reconnu comme futur détenteur de l'Aquitaine, alors qu'à son frère aîné, Henri le Jeune, reviendront l'Angleterre, la Normandie et les fiefs patrimoniaux des Plantagenêts, l'Anjou et le Maine. à partir de 1171, Aliénor, sa mère, le présente comme son héritier aux barons aquitains, mais la dévolution du pouvoir est fictive et, comme Henri II s'en réserve la réalité, la reine et ses fils se révoltent contre lui. 

La rébellion échoue et Richard en tire la leçon : il se réconcilie avec son père qui le charge de mettre à la raison dans des campagnes successives de 1174 à 1183 les seigneurs aquitains.

zGisant de Richard C de Lion Fontevraud.jpg
Gisants de Richard Coeur de Lion et de sa mère Aliénor Fontevraud ©
zGisant de Richard C de Lion Fontevraud.jpg

Répondre à () :


Captcha
Misha KAPIN | 10/04/2021 08:33

Excellent article sur Richard1D

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 10/04/2021 11:24

Il est dommage que la mort de RICHARD à CHÂLUS ne soit point évoquée ici. Je l'ai étudiée. Elle est savoureuse à bien des égards et bien utile à connaître pour tempérer la légende de RICHARD qui est plutôt celle de l'article ici. Il est également à peine lisible ici que l'Aquitaine était réunie au Royaume de France bien que le Duc la tînt de par son allégeance pleine et entière au Roi de France. Il y a eu abus de la part du Roi d'Angleterre dans la colonisation et l'organisation du Duché. Par ailleurs, cette vision : "... les Labourdins conservèrent après leur annexion à la Couronne de France en 1451" est dangereuse car épistémiologiquement fausse, puisque l'Aquitaine a toujours fait partie du Royaume de France même si exprès, à la base, cette vision fut rendue invisible au peuple volontairement. Dans le contexte de la légende RICHARD, JEAN dit "sans terre" était soutenu par le Roi de France et RICHARD était l'ennemi et pas du tout bon pour son peuple. La légende de ROBIN DES BOIS a été forgée exprès pour embellir RICHARD. Le soldat français qui avec son arbalète à tué RICHARD à CHÂLUS, ce dernier ignorant la portée de cette arme nouvelle, fut grandement honoré et pourvu d'un repas gastronomique avant d'être exécuté malheureusement conformément à la loi du fait qu'il avait tué un Roi. Mais personnellement j'en suis ravi... A BAS RICHARD !

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription