5
Patrimoine
De Bayonne à Anglet, Jean-François Simon : une talentueuse trajectoire artistique
De Bayonne à Anglet, Jean-François Simon : une talentueuse trajectoire artistique

| Anne de Miller-La Cerda 864 mots

De Bayonne à Anglet, Jean-François Simon : une talentueuse trajectoire artistique

AUTOPORTRAIT JF SIMON.jpg
Autoportrait de J.F. Simon ©
AUTOPORTRAIT JF SIMON.jpg
BARAT.jpg
Jean-Michel Barat par J.F. Simon ©
BARAT.jpg

Mardi dernier, sur le portable de l’artiste-peintre bayonnais Jean-François Simon, une  triste voix féminine répondait : « Vous êtes sur le portable de Jean-François Simon. Il sera inactif dans peu de temps. Veuillez ne pas laisser de message s’il vous plaît. Merci pour votre compréhension ».

Baskulture a souhaité rappeler le souvenir d’un de nos plus talentueux peintres contemporains bayonnais. Récemment, sur les pas du curé bayonnais du XIXème siècle Edouard Cestac qu’il avait portraituré à l’occasion de sa béatification en 2015, Jean-François Simon avait quitté son ancien atelier - voisin des dentelles géminées du cloître bayonnais - pour s’installer chez les Servantes de Marie à Anglet.

Artiste au plus profond de son âme, toujours en quête d’un renouveau, il se remet sans cesse en question.

Ecorché vif, Jean-François Simon s’était remis difficilement de « l’affaire du tableau ». Inauguré en grande pompe en 1992, son œuvre « L’archange saint Michel » avait été décrochée en 2012 par le nouveau curé de la paroisse Saint-André, François de Mesmay. Encore très ému après cet événement, lors d’une interview, l’artiste avait exprimé à l’attention de l’abbé : « je lui ai pardonné » !

Enfant, le peintre - encore en herbe - avait suivi les cours du soir de dessin avec le grand prix de Rome maître Dupuis à l’Ecole de dessin de Bayonne. A partir des années 1974-76, il poursuivit sa formation à l’Ecole des Arts Décoratifs de Limoges avant de la parachever en se spécialisant pendant deux ans dans l’art de la fresque en trompe-l’œil à l’aérographe. Illustrateur, graphiste, peintre-décorateur, il s’orienta peu après vers l’enseignement. D’abord remplaçant puis professeur à Anglet et à Biarritz, il créa son propre Atelier-Galerie à Bayonne tout en proposant des cours de dessin. « Il faut transmettre car le savoir se perd ! Il n’existe pas d’Académie d’Art dans la région, ni même en France », avait-t-il expliqué. 

Dans l’atelier du peintre, le regard se perd çà et là sur un désordre naturel de tableaux. Non loin de sa série de paysages sur les châteaux cathares, il imaginait des formes de rochers aux allégories surréalistes de visages ou formes humaines déformés par des jeux de glace, des paysages vénitiens... Sur des panneaux d’essences de bois rare poncés, ses silhouettes en mouvement épousaient les veines du bois. Les chutes encollées avec de la toile suivant les phases de la lune servaient de support à ses futurs tableaux. S’inspirant des traditions séculaires de la nature, afin d’adoucir ses tons de ses pigments naturels à l’huile ou à la tempera, il les recouvrait d’un précieux médium à base d’ambre de ton jaune orangé en s’inspirant de la technique du belge Blockx.

Dans les années 2010, flirtant avec l’abstrait, il laissait courir son pinceau de martre imprégné d’eau de source et d’encre pour représenter les ondes fugitives de l’Adour. Cependant, le style figuratif d’inspiration religieuse à l’image du Christ au regard à l’intensité du diamant semblait de plus en plus présente au gré du temps. 
Dans les années 2015, Jean-François Simon dévoila sa grande série de portraits figuratifs. Esquissés sur de grands cansons au crayon bistre à l’aide de manches de bambous, certains de ses portraits étaient finalisés à l’huile sur toile, en particulier celles des personnalités politiques bayonnaises, de Jean Grenet à Maître Etchegaray, d’ecclésiastiques, dont le grand portait en pied du père Cestac, curé bayonnais du XIXème siècle.

Parmi les autres dessins figuraient ceux du milieu culturel : le conservateur Olivier Ribeton, les adjoints à la culture biarrot Jakes Abeberry, angloy Jean-Michel Barate, des poètes, des écrivains tel Alexandre de La Cerda, des peintres-illustrateurs tel le canadien John Howe qu’il admirait, et d’autres effigies dont la sienne, entre ombre et lumière de trois-quart, peut être la plus remarquable.
Lors de l’incendie de Notre Dame, Jean-François avait symbolisé l’édifice aux prises avec les flammes. Il y a quelque mois, un paysage-fresque surréaliste de 12 m2 d’après « les jardins de Tivoli » par Fragonnard lui avait été commandé.
Cet été, Jean-François Simon avait été invité par le maître-verrier Charles Carrère à découvrir sa maison musée. « Un esprit vif et tranchant comme lame (…) Nous allons rapidement nous revoir dans mon antre, il vient avec son humour décapant, ça promet ! », avait-t-il lancé. 

Voici un poème de  Christèle Basque en hommage au peintre Jean-François Simon 

« Onde cruelle qui assombrit la mer,
Pesante tourmente de mon âme esseulée,
Crevant de ses rayons les sombres voluptés
L'ocre de tes baisers s'étiole dans les airs
Le bateau immobile sur le miroir du cœur
Attends impatiemment le retour de l’eau vive
Souffle terrible et noir que la vague ravive,
Caresse turbulente que la passion effleure
Les rochers égratignent la ligne d'horizon
Les sentiments fugaces chassés par la raison
S'envolent vers le large dans un muet fracas
Laissant derrière sa traîne mes envies de trépas
Bientôt soufflée l’amertume s’éloigne
De mon cœur désœuvré elle desserre sa poigne.
Reste le souvenir parfait de mon rêve attendri
Le vent a le secret d'effacer les jours gris »

Légendes : 
Photo JF. Simon devant les portraits de Jean Grenet par Anne de MLC
Autoportrait de JF Simon (crayon)
Jean-Michel Barate par J.F.Simon (crayon)
Vision de Venise par JF Simon (huile)
Le père Cestac par JF Simon (huile)
Notre-Dame au moment de l'incendie par JF Simon (huile)

109503545_2584920628394775_8808108468308126933_o.jpg
Vision de Venise par J.F. Simon ©
109503545_2584920628394775_8808108468308126933_o.jpg
père Cestas.JPG
L'abbé Edouard Cestac béatifié par J.F. Simon ©
père Cestas.JPG
Notre Dame se meurt par JF Simon.jpg
Notre-Dame au moment de l'incendie par J.F. Simon ©
Notre Dame se meurt par JF Simon.jpg

Répondre à () :


Captcha
Mme Erramoun | 13/02/2021 10:37

Toutes mes condoléances

Dominique Merigot | 13/02/2021 16:08

Il restera un ami très cher dans mon cœur

Calame Evelyne | 13/02/2021 20:31

Terriblement triste, j' adresse à sa famille toutes mes condoléances. A toi Marie ainsi qu' à ta fille en particulier.

Couprie | 15/02/2021 15:02

Mon cœur saigne tu et parti si jeune toute mes condoléances à ta famille

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription