0
Exposition
Bilbao : les Années Folles au Guggenheim
Bilbao : les Années Folles au Guggenheim

| Anne de Miller-La Cerda 695 mots

Bilbao : les Années Folles au Guggenheim

Madeleine Viollet années folles r cocktail.JPG
Robe cocktail Madeleine Viollet années folles ©
Madeleine Viollet années folles r cocktail.JPG
bauhaus.jpg
Ecole du bauhaus ©
bauhaus.jpg

Le Musée Guggenheim de Bilbao redécouvre par le biais de l’exposition de 300 objets d’artistes-peintres, sculpteurs, photographes, designers, architectes, etc., l’épopée artistique des villes de Paris, Berlin, Vienne et Zurich pendant les Années Folles. 
Après la « Grande Guerre », la société dût affronter le traumatisme d’une pandémie. Baptisée “grippe espagnole” (car la presse espagnole, non soumise à la censure, avait été la première à en parler abondamment), elle se propagea dans le monde entier, emportant des millions de vies entre 1918 et 1920.

A l’époque des avant-gardistes, tels que Dada et le Bauhaus, on accueillait une foule bigarrée aux rythmes  endiablés du jazz et du charleston. C’est à partir de 1919 que tout débuta : « la meilleure façon d’illustrer cette époque, c’est la mode. La libération de la femme commence par là ; à Paris, défilent les plus grands couturiers »

Au début du siècle, le couturier Paul Poiret (1879-1944) avait libéré la femme de l’usage du corset avant Madeleine Vionnet. Ce fut un feu d’artifice de haute-couture qui se poursuivra entre autre avec les collections de Jean Patou (1887-1936), élégant et séducteur, grand rival de Coco Chanel dans les Années folles. Adepte du noir et du blanc structuré, la styliste raccourcit aux genoux les tailleurs ou des larges pantalons en jersey qui ne se froissent pas. Libérant le corps, abandonnant la taille trop serrée, elle inventa un nouveau style sobre et sophistiqué. Coiffée d’une coupe de cheveux courts à la place des chignons en pièces montées de boucles anglaises, ses vêtements confortables sont portés par les plus célèbres actrices et les plus fortunés.

Parmi les rares couturiers que Chanel appréciait, figurait Cristobal Balenciaga. Cest à l’âge de 22 ans que le jeune getariar Cristobal Balenciaga - né en 1895 - avait ouvert sa première entreprise qui deviendra l'une des signatures de référence de la Haute Couture

Chez les hommes, le chapeau haut de forme laisse place à des cheveux gominés. De même l’architecture de design “Bauhaus”, fondée à Weimar en 1919 et à Dessau en 1925, se consacre à la construction d’une société plus démocratique à partir de l’éducation et de la culture et le mobilier imprimaient une nouvelle manière de vivre, à la fois stylée et fonctionnelle. Le cinéma et la photographie, la musique et la danse se sont aussi inspirés de cette époque qui offrait un rêve d’indépendance à la femme. Les lignes architecturées de ce début de liberté  dictèrent une nouvelle écriture de la femme.

Le metteur en scène et scénographe de l’exposition invite à « tirer les leçons de l’expérience des “Années Folles” afin de faire confiance à la liberté créative et pour ne pas retomber dans les erreurs qui ont plongé le monde dans l’une de ses catastrophes majeures ».

Légendes
Affiche de l’exposition
Madeleine Vionnet - Robe de Cocktail,. 1928 

A partir du: 7 mai jusqu’au 19 septembre, expositions Les Annés Folles au Guggenheim Bilbao Musée, Avenida Abandoibarra, 2 à  Bilbao
De 10h à 19h. Fermé tous les lundis sauf : Le 4 janvier, 29 mars, 5 avril, 21 et 28 juin, tous les lundis de juillet et août, le 6 et 13 septembre, le 11 octobre, le 1 er novembre, le 6 et 27 Décembre 2021. Le Musée sera fermé le 25 décembre et le 1 er janvier. Le 24 et le 31 décembre, le Musée fermera ses portes à 17h. Téléphone : +34 944 35 90 00 ou +34 944 35 90 80

Activités autour de l’exposition :
- Vendredi 14 mai : projection de l’Institut Français : Les amants de Montparnasse (14 mai) Dans le cadre du programme TopARTE, le Musée Guggenheim Bilbao projettera le film Les amants de Montparnasse, évocation de la vie du peintre Amadeo Modigliani, en liaison avec l’exposition « Les années Folles ». Un film de 1958 tourné par Jacques Becker et interprété par le mythique Gérard Philippe. La projection sera suivie d’une conversation en français dirigée par le coordinateur pédagogique de l’Institut Français de Bilbao.

- Samedi 11 septembre : récital de Juan Echanove, une chance unique d’écouter la lecture exceptionnelle des textes du dramaturge viennois Karl Kraus réalisée par Juan Echanove, un grand de la scène espagnole. Une production spécialement conçue à l’occasion de l’exposition  « Les années Folles ».

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription