0
Tradition
Bicentenaire : le patriarche Grégoire V, martyr de l'Eglise et de la libération de la Grèce du joug islamique
Bicentenaire : le patriarche Grégoire V, martyr de l'Eglise et de la libération de la Grèce du joug islamique

| baskulture 498 mots

Bicentenaire : le patriarche Grégoire V, martyr de l'Eglise et de la libération de la Grèce du joug islamique

zTradition1 Icône patriarche-gregoire V constantinople.jpg
Icône du patriarche Grégoire V ©
zTradition1 Icône patriarche-gregoire V constantinople.jpg
zTradition1 Le corps de Grégoire V jeté dans le Bosphore illustration de Peter von Hess.jpg
Le corps de Grégoire V jeté dans le Bosphore (illustration de Peter von Hess) ©
zTradition1 Le corps de Grégoire V jeté dans le Bosphore illustration de Peter von Hess.jpg

Si la Grèce célèbre actuellement le bicentenaire de sa libération du joug turc-ottoman en 1821, l'Église orthodoxe commémore le martyre du patriarche Grégoire V de Constantinople, qui fut pendu par les Turcs le 22 avril 1821 aux portes du Phanar, le bâtiment patriarcal, sur ordre du sultan qui l'accusait de soutenir la révolution grecque débutée quelques jours plus tôt, le 25 mars 1821. Sur les icônes, saint Grégoire est représenté en habits liturgiques car il avait été traîné hors de l'église Saint-Georges à quelques mètres de là, à la fin de la Divinie Liturgie du Samedi Saint qu'il venait de célébrer. 

Ce saint orthodoxe, qui fut patriarche de Constantinople du 19 avril 1797 au 18 décembre 1798, puis du 23 septembre 1806  au 10 septembre 1808, enfin du 14 décembre 1818 au 22 avril 1821, était né en 1746 dans une famille pauvre de Dimitsana dans le Péloponnèse, et se nommait Georgios Angelopoulos dans le civil.

Devenu moine sous le nom de Grégoire, il achève des études de philosophie et de théologie à Patmos, puis se rend à Smyrne où il est ordonné diacre en 1775, puis prêtre quelques années plus tard. Il fut métropolite de Smyrne, un siège épiscopal qu'il occupa pendant douze ans, jusqu'à son élection comme Patriarche de Constantinople en 1797. L'évêché de Smyrne était encore l'une des métropoles de l'hellénisme en Asie Mineure. Devenu patriarche de Constantinople, il fit reconstruire la résidence patriarcale du Phanar et fonda une imprimerie pour éditer des livres en langue vulgaire afin de réveiller la culture et la vie spirituelle du peuple grec. 
Il s'agissait d'un poste sensible, dans la mesure où le Patriarche était considéré par les Ottomans comme responsable envers les autorités de la bonne conduite et des agissements de "sa" communauté.

Mais moins d'un an plus tard, en 1798, il est destitué et exilé sur ordre de la Sublime Porte dans le Monastère d'Iveron, au Mont Athos. Sa destitution est probablement due à des calomnies portées à son encontre auprès du Sultan.
Rappelé au Patriarcat en 1806, il sera destitué à nouveau deux ans plus tard.

Il est à nouveau élu Patriarche en 1818, pour la troisième fois. Lorsque l'insurrection des Grecs dans le Péloponnèse éclate en 1821, Grégoire V tente d'apaiser la répression mise en place par les autorités ottomanes et d'éviter  les massacres des Grecs de Constantinople. Cependant, beaucoup de notables grecs furent exécutés par les Turcs et le Sultan Mahmoud II blâmera Grégoire V pour ne pas avoir pu empêcher cette insurrection.

Le 22 avril 1821 (10 avril d'après le calendrier julien), jour de Pâques, Grégoire V est arrêté sur ordre de Mahmoud II, accusé de complicité avec les rebelles et pendu au portail d'entrée du Patriarcat où son corps resta ensuite exposé trois jours durant, après quoi des juifs l'achetèrent et le traînèrent dans les rues avant de le jeter dans le Bosphore. Ses restes, recueillis par des marins grecs à bord d'un navire battant pavillon russe, seront emmenés au port russe d'Odessa en Crimée, où il est enterré avec les honneurs. 
Retournées à Athènes en 1871, ses reliques sont depuis lors conservées à la Cathédrale orthodoxe d'Athènes où elles sont désormais l'objet d'un pèlerinage fervent. Il sera canonisé comme martyr en 1921, exactement un siècle après sa mort. Le poète Aristotelis Valaoritis avait composé un panégyrique pour l'inauguration de sa statue à Athènes en 1872.

zTradition1 martyre-patriarche-gregoire5constantinoplea.jpb.jpg
Le martyre du patriarche Grégoire V ©
zTradition1 martyre-patriarche-gregoire5constantinoplea.jpb.jpg

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription