0
Tradition
Besta Berri célébrée en Soule
Besta Berri célébrée en Soule

| baskulture

Besta Berri célébrée en Soule

Cette fête emblématique des terres basques perpétue une authentique mémoire historique et des traditions immuables cultivées par une jeunesse résolue.

zTradi1 2 Fête-Dieu Braun.jpg
L'apport "béarnais" avec Louis-Marie Braun-Darrigrand et sa nombreuse famille ©
zTradi1 2 Fête-Dieu Braun.jpg
zTradi1 3 Fête-Dieu Ikurrina.jpg.jpg
Le drapeau basque se déploie fièrement ©
zTradi1 3 Fête-Dieu Ikurrina.jpg.jpg

Si certaines paroisses ne célébreront pas cette année - à cause des conditions sanitaires - avec le faste habituel Besta-Berri ou Fête-Dieu, la plus prestigieuse cérémonie au Pays Basque, avec un mélange unique de profane et de sacré, en revanche le traditionnel défilé aura bien lieu ce dimanche 21 juin à l'école d'Etcharry où ces festivités revêtent une solennité particulière grâce à l’école Saint-Michel Garicoïts, par la ferveur de la cérémonie religieuse (en même temps que les communions solennelles) et la richesse des costumes du défilé qui se déroulera pour la quatrième année au château Oihenartia à Etcharry : messe à 9h30 avec la fanfare paroissiale, suivie de la procession de la Fête-Dieu et d'un déjeuner pris en commun pour ceux qui le souhaitent.

Contrairement à une opinion inexacte mais largement répandue, malgré une certaine saveur « Empire » du fait de la présence des troupes napoléoniennes dans notre région, cette garde n'est pas le souvenir « folklorisé » de cette époque mais le vestige des milices franches armées librement par le Labourd et la Navarre, avant la Révolution de 1789. L'arme, alors, n'a plus du tout la même signification : défiler le fusil à l'épaule ou l'épée au côté une fois l'an témoigne du droit et des libertés (perdues) du pays et de ses habitants ! De nombreux villages ont conservé cette antique tradition de rendre de véritables honneurs militaires au Saint-Sacrement durant la procession de la Fête-Dieu.

Le rituel prévoit la présence de sapeurs armés de haches, d'un capitaine et d'une troupe de soldats, de lanciers et de coqs, sans oublier le suisse à qui revient la responsabilité de l'ordre proprement liturgique. Et les jeunes danseurs de l’école exécutent en une magnifique figure d’ensemble la traditionnelle « Ezpata-dantza », grâce entre autres à Benoît, le fils de l’écrivain et ancien libraire de Salies, Louis-Marie Braun-Darrigrand qui prépare par ailleurs un nouveau dictionnaire français-béarnais avec les diverses variantes des parlers gascons, ainsi qu'un album bilingue français-béarnais pour la jeunesse, consacré à "Jean l'Ours". Car, dans la Soule limitrophe du Béarn et des terres gasconnes, l'apport culturel - voire même l'influence linguistique - du voisinage a toujours existé. Et les jeunes élèves de l'école d'Etcharry en Soule, dont certains viennent des provinces limitrophes, n'hésitent pas à l'occasion de se munir d'une flûte "béarnaise" en "l'adaptant" pour lancer un air typiquement basque !

Légendes : 
1 les « acteurs » de la procession devant le château d’Etcharry
2 L'apport "béarnais" avec Louis-Marie Braun-Darrigrand et sa nombreuse famille
3 Le drapeau basque se déploie fièrement

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription