0
Tradition
Bayonne : l’Ordre de Malte inaugure un nouveau dispensaire médical
Bayonne : l’Ordre de Malte inaugure un nouveau dispensaire médical

| Alexandre de La Cerda 792 mots

Bayonne : l’Ordre de Malte inaugure un nouveau dispensaire médical

z équipe Ordre de Malte.jpg
L'équipe de l'Ordre de Malte sur le terrain ©
z équipe Ordre de Malte.jpg
zBénédiction2.jpg
Mgr Aillet bénit le centre de soins de l'Ordre ©
zBénédiction2.jpg

Mardi 15 mars dernier avait eu lieu la bénédiction par Mgr Aillet du « Centre de soins Saint-Jean » situé 19 rue de Luc à Bayonne.
Ce centre de soins se situe dans la tradition, presque millénaire, de l'Orde de Malte dont la vocation hospitalière est de soigner les plus pauvres et les malades.
Sur ce site sera pratiquée la médecine générale alors que les soins dentaires seront administrés dans un premier temps à l'hôpital du Camp de Prat.

Rappelons que l'Ordre de Malte en France va au-devant des plus démunis en couvrant 54 départements dans des actions de maraudes, de SAMU social, de distribution de repas et de petits déjeuners. Il offre des soins, apporte un soutien social, juridique, vient en aide aux victimes avec ses équipes de bénévoles qui participent aux opérations de secours en soutien des services publics. L'Ordre de Malte dispense également des formations pour soigner et accompagner dans quatre domaines : sanitaire (ambulancier), social, médico-social, secourisme et prévention des risques.

En Pays Basque et en Béarn, l'Ordre de Malte mène les mêmes actions qu'au plan national. Une belle équipe de bénévoles très réactifs assure les maraudes en allant au contact des personnes en situation de précarité, participe aux JML (Journées Mondiales pour les Lépreux) et collecte lunettes et autres matériels : « vous pouvez vous engager dans nos actions, auprès des personnes fragilisées par la vie, selon votre temps, vos compétences, vos souhaits et les besoins locaux, nous sommes toujours à la recherche de nouveaux bénévoles pour rejoindre les équipes ».

Parmi les personnes présentes à l’inauguration du nouveau dispensaire, on remarquait Arnaud de Vivies, membre de l'Ordre et ambassadeur en Côte d'Ivoire, le Général de division Guy de Haynin, Josie Aphatie et Laurent Pelleray, respectivement présidents de la Conférence Saint Vincent de Paul à Bayonne et à Biarritz, l'Abbé Ph. Fabas, recteur de la Cathédrale, le Docteur Marc Renoux, responsable médical du centre de soins St-Jean, le Docteur Didier Lescop, pharmacien du Centre de Soins St-Jean ainsi que Jean-Pierre Beigbeder etAlain de Flaujac, délégué de l’Ordre de Malte dans la région.

Malte dans le patrimoine basque

Sans doute en raison du passage de nombreux pèlerins de Saint-Jacques, la célèbre croix de Malte est très présente au Pays Basque. D’abord croix blanche à huit pointes apposée sur la tenue noire des desservants de l'hôpital de Saint-Jean Baptiste à Jérusalem, elle a ensuite était utilisée par l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem sur un fond rouge, comme pavillon de sa flotte. Ces couleurs rouge et blanche conservées sur le drapeau actuel de l’Etat maltais reprennent d’ailleurs celles de la bannière du comte normand Roger Ier de Sicile qui régna sur l’île au XIe siècle. 

Beaucoup de maisons portent le nom d’« Ospitalia » ou arborent cette croix sur leurs linteaux de porte ou de fenêtre, tel celui de la ferme Iturburua à Lantabat qui daterait de1736. On recense également un certain nombre de stèles discoïdales comportant ce motif, depuis celle du XVIe siècle en possession de Pierre d’Arcangues (actuellement au Musée Basque) jusqu’aux exemplaires trouvés à Doazit en Chalosse. 

Les vestiges des commanderies et maisons dépendantes de l’Ordre sont innombrables : à Haranbeltz, quartier d’Ostabat où convergeaient les pélerins venant des trois routes « jacquaires » (Paris, Vezelay et Le Puy), le tympan décoré du XIIe siècle qui surplombe la porte de la chapelle présente un chrisme surmonté d’une croix de Malte. La croix figure sur des meubles régionaux des XVIIe et XVIIIe siècle (par exemple au château d’Urtubie).

Parmi les nombreuses étapes sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, signalons encore la maison-forte « Pellegrinia » près de Saint-Palais qui joua un grand rôle dans l’essor économique de la foire (millénaire) de Garris d’où provient une cheminée à la tête sculptée de moine portant la croix de Malte et le collier de l’Ordre. Dans la montagne navarraise, la chapelle Saint-Sauveur d'Iraty relevait de la commanderie de Malte d'Apat Ospitalea, dépendant elle-même de celle d'Irissarry ; l’actuelle église paroissiale de Tarnos, ancienne commanderie hôpital des Chevaliers de Malte, fortifiée au XIe siècle afin d’accueillir les pèlerins qui suivaient le chemin du littoral, tout comme « l'Espitaou » d’Horsarrieu dans la Chalosse voisine, mentionné dès 1335 et qui subsista jusqu’à la Révolution ; à Arthez-de-Béarn, la Chapelle de Caubin (du XIIe siècle) était une commanderie de l’Ordre de Malte sur le chemin de Compostelle. Mais le monument le plus emblématique et le mieux conservé demeure, certes, « Ospitalea » à Irissarry. Fondée au XIIe siècle par les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, elle fut reconstruite en1607 par son commandeur Martin de Larrea qui en fit à l'époque un des plus beaux bâtiments de Navarre avant qu’elle n’abrite le Centre d'Education au Patrimoine créé en 2002 à l'initiative du Conseil Général.

Renseignements sur les activités du département sur notre page Facebook : délégation 64 - Ordre de Malte France, par mail à :  udiom64@ordredemaltefrance.org où sur le site national : www.ordredemaltefrance.org

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription