0
Histoire
Arnaga / conférence : prenez l’air pendant les Années Folles !

| Alexandre de La Cerda

Arnaga / conférence : prenez l’air pendant les Années Folles !

Bernard Vivier,Président du groupe régional de l'association aéronautique et astronautique de France donnera une conférence le samedi 7 septembre à 17h à l'Orangerie de la villa Arnaga à Cambo. Il évoquera l'essor de l'aviation commerciale dans les Années Folles. Au lendemain de la première guerre mondiale, les progrès accomplis par l'aviation pendant le conflit autorisent les projets aériens les plus ambitieux et l'organisation du transport de passagers. Même si les conditions de vol restent rustiques,les passagers tiennent à se distinguer en empruntant la voie aérienne que proposent de nombreuses compagnies récemment créées. Le fait que la plupart des équipages soient alors issus de l'aviation militaire et aient connu bien des aventures, est un élément rassurant. Avant que les nécessaires nationalisations ne s'imposent, voyager par les airs reste cependant, pendant les Années Folles, une expérience pleine d'imprévus !
Un aperçu historique de l’aviation sut la côte basque
L’idée d’un terrain d’aviation, d'abord à la Chambre d’Amour, avait germé dans la tête des élus locaux dès 1908. L’année où le fondateur de l’Aéro-club de France vient à Biarritz pour y rencontrer le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch de Russie (créateur de l’aviation russe), Alexandre Poliakoff (promoteur des chemins de fer russes) et M. de Cartassac. Un Comité d'Aviation Bayonne Biarritz est constitué avec ces visionnaires qui, dès les débuts de l’aviation, anticipent le transport aérien. Ces pionniers ont lancé sur la côte basque la troisième compagnie d’exploitation aérienne de France.
Au début de 1909, Blériot, pilote pionnier de l'aviation française, vient sur la Côte Basque pour choisir un terrain et à la fin de l'année, le comité d'aviation porte son choix, en attendant mieux, sur un emplacement situé entre la route de Bayonne à Ustaritz et la Nive à Bassussarry. L'Aéroclub de Biarritz y sera inauguré le 29 mars 1910, en présence du roi Edouard VII. Blériot y fit des démonstrations appréciées et sera invité par le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch de Russie pour constituer l’aviation russe.
Dès l’année suivante, l'Aéroclub de Biarritz cherche un terrain plus proche ; celui de la Chambre d'Amour est retenu, d'autant plus que le célèbre aviateur Jules Védrines (il réussira en 1919 le pari fou de poser son avion sur le toit des Galeries Lafayette à Paris), l’avait recommandé pour remplacer celui de Bassussarry. Ainsi, dans la collection de photos de Robert Lamouliatte, on trouve celle d’un Blériot XI qui vient d’atterrir à la Chambre d'Amour en pleine chasse-à-courre. Les meetings aériens constituent un nouveau divertissement pour la clientèle fortunée des casinos : le premier avait eu lieu à Bassussarry en août 1910.
Cette épopée de l’aviation à Anglet croisera la destinée du célèbre pilote Georges Guynemer, l’as de la première guerre mondiale, dont la fibre aéronautique s’affirmera alors qu’il observait, sur les dunes, d’audacieux aviateurs faire décoller leurs drôles de machines depuis la plage de la Chambre d’Amour.
Après la guerre de 14, la Société anonyme des Transports Aéronautiques du Sud-Ouest (STASO), financée par les casinos de Biarritz, y propose des vols : ainsi, à l’été 1919, une centaine de passagers embarquent à la Chambre d’Amour. Des débuts prometteurs mais, faute de financements, la STASO s’éteint. Elle renaît de ses cendres l’année suivante sous le nom de Compagnie Franco-Bilbaïne de Transports Aéronautiques dont l’ambition sera d’établir des liaisons régulières vers Bordeaux et même Londres, dans l’espoir de drainer la riche clientèle anglaise, mais aussi vers Bilbao, Santander et Lisbonne, en y ajoutant des vols touristiques le long de la côte qui seront également assurés en hydravions provenant des surplus militaires. Un exploit, compte tenu de l’état de ces appareils qui  ne décollent pas de la Chambre d’Amour mais de l’hydrobase installée à Blancpignon pendant la guerre !
Désormais, une quinzaine d’appareils volent pour la Compagnie Franco-Bilbaïne : il s’agit d’appareils de type Tellier-Levy 3 dont il reste des photos dans la Collection municipale. Rudimentaires mais bien adaptés au transport de fret et de courrier, ils sont des plus inconfortables. Nul doute que la recherche de sensations fortes l’emporte sur l’attrait touristique pour les passagers. Mais le guide Collins de juin 1922 se veut rassurant et enthousiaste : les pilotes, qui ont fait leurs preuves au cours de la guerre, sont bien maîtres de leurs appareils : « Nous recommandons les promenades aériennes au-dessus du Pays Basque et le voyage Bayonne-Saint-Jean-de-Luz-Saint-Sébastien-Bilbao. En toute sécurité, les passagers jouiront d’un incomparable spectacle véritablement féerique ». Cette Compagnie franco-Bilbaine gérait un service quotidien, dimanche excepté. L’horaire: - 9h30 départ de Bayonne / arrivée 11h à Bilbao - départ de Bilbao 11h30 / arrivée 12h à Santander. En plus de ce vol quotidien, il y avait un service supplémentaire le lundi de Bayonne à Bilbao (9 h / 10h30). Le samedi, un vol supplémentaire quittait Bilbao à 15h30 pour arriver à Bayonne à 17 h !
La Compagnie franco-Bilbaine cessera son activité fin 1921 : lâchée par ses actionnaires, elle mettra la clé sous la porte. L’année suivante,les négociations entamées dès 1919 avec la famille Etchecopar sur l’acquisition des terrains de Parme aboutissent. En 1922, le Conseil Général des Basses-Pyrénées acquiert 29 hectares de terrain autour d’une ferme qui avait appartenu aux ducs de Bourbon-Parme : l’aérodrome de la Chambre d’Amour et l’hydrobase de Blancpignon fermeront. Malgré de timides débuts, Parme ne tarde pas à « prendre son envol ». En avril 1928, Latécoère ouvre une ligne saisonnière Paris-Bordeaux-Parme, plus tard prolongée jusqu’à Madrid. Le rêve de 1908 se réalise...
« Anglet Aéro Atlantic », l’événement (27 et 28 septembre)
Ces journées aéronautiques angloyes proposeront le « 2ème Forum des métiers de l’aéronautique ». Moteur de l’industrie et fleuron militaire, l’aéronautique offre de belles perspectives d’emploi et de carrières. Cette manifestation permettra de rencontrer les acteurs locaux et régionaux de la filière (entreprises, écoles, organismes de formation...) à l’Espace de l’Océan (Chambre d’Amour), de 9 h à 17 h. Entrée libre. Infos : www.aeroadour.fr
Vendredi 27 septembre à 20 h 30, le Théâtre Quintaou accueillera la « Soirée de l’aéronautique » avec projection d’un film sur la Patrouille de France et  une table ronde. Informations sur www.anglet.fr
Et le lendemain samedi 28 septembre à 15 h, on assistera à un Meeting aérien de la Patrouille de France avec ses célèbres Alphajet au-dessus des plages d’Anglet
Anglet accueille de la Patrouille de France (navette gratuite Festibus en service de 12 h à 20 h de Minerva aux Sables d'Or. Infos : www.anglet.fr

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription