0
Musique
Samedi à Arnaga et dimanche à Halsou : le fougueux et talentueux Quatuor Yako © DR - Le fougueux et talentueux Quatuor Yako

| Alexandre de La Cerda

Samedi à Arnaga et dimanche à Halsou : le fougueux et talentueux Quatuor Yako

Le festival « Quatuor en Pays Basque » s’achèvera en beauté avec la grâce, la jeunesse et la fougue du talentueux Quatuor Yako composé de Ludovic Thilly et Pierre Maestra (violons), Vincent Verhoeven (alto) et Alban Lebrun (violoncelle) qui joueront ces samedi et dimanche, respectivement à Arnaga (18h30) et à l’église d’Halsou (17h), dont les écrins conviennent merveilleusement à la musique de chambre. Au programme, les plus beaux quatuors classiques, de Mozart à Debussy et Ravel, sans oublier Lucien Durosoir, virtuose du violon acclamé en Europe avant 1914, compositeur retiré après 1918 à Bélus, en Pays d’Orthe, où un remarquable ensemble sculptural d’Aitor Mendizabal a été inauguré récemment, longtemps demeuré dans l’ombre du seul fait de son refus de publier ses œuvres, et réapparu aujourd’hui à travers l’édition de ses 41 opus composés entre 1919 et 1950 : car cette remarquable manifestation musicale a été créée il y a trois ans et orchestrée par Luc Durosoir, le fils et l’infatigable promoteur de la mémoire de son père Lucien, et son épouse l’érudite universitaire Georgie Durosoir.

Ainsi, ce samedi 26 octobre à 18h30, la belle demeure d’Edmond Rostand à Cambo accueillera les quatre jeunes et talentueux interprètes de « Yako » qui ont inscrit à leur programme le « Divertimento K136 » de Mozart (1772), le Quatuor n°3 de Lucien Durosoir (1934-35) et le Quatuor à cordes en sol mineur de Claude Debussy (1893), considéré comme « la première partition instrumentale d’envergure » du compositeur et dont le perfectionniste et exigeant Paul Dukas écrira peu de temps après sa création par le Quatuor Ysaÿe à la salle Pleyel : « Tout y est clair et nettement dessiné, malgré une grande liberté de forme. [L’essence mélodique] suffit à imprégner le tissu harmonique d’une poésie pénétrante et originale. L’harmonie elle-même, malgré de grandes hardiesses, n’est jamais heurtée ni dure. M. Debussy se complaît particulièrement aux successions d’accords étoffés, aux dissonances sans crudité, plus harmonieuses en leurs complications que les consonances mêmes ». De plus, le travail sur les textures et les modes de jeu crée des sonorités inédites qui font penser aux pizzicatos dans le deuxième mouvement - « l’une des plus belles danses andalouses qu’on ait jamais composées » selon Manuel de Falla -, dont se souviendra Ravel lorsqu’il écrira son propre quatuor quelques années plus tard.

Précisément, c’est bien le Quatuor à cordes en fa majeur de Ravel qui figure au programme du concert que le Quatuor Yako donnera le lendemain dimanche 27 octobre à 17h à l’église Notre-Dame d’Halsou : le compositeur ziburutar écrira cette seconde œuvre de musique de chambre une dizaine d’années après le Quatuor en sol mineur de Claude Debussy dont, d’ailleurs, il s'inspirera, et qui méritera les critiques élogieuses de Debussy, lequel dissuadera Ravel de modifier le finale comme le lui suggéraient ses éditeurs : « Au nom des dieux de la musique, et au mien, ne touchez à rien de ce que vous avez écrit de votre Quatuor ». Au répertoire interprété à Halsou figurent encore le «  Quartettsatz » de Schubert (1820) et le Quatuor à cordes en fa mineur op. 80 de Mendelssohn (1847)

Quant au Quatuor Yako, il est né du désir de quatre anciens étudiants du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon de partager avec le public leur passion musicale commune qui se forment auprès de Yovan Markovitch et Luc-Marie Aguera (Quatuor Ysaye) puis intègrent en 2016 la classe de Christoph Poppen et Hariolf Schlichtig à la Hochschule de Munich avant de bénéficier aujourd’hui des conseils de Mathieu Herzog tout en participant aux master-classes de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, du Festival Quatuors à Bordeaux, du Holland Festival et de bien d’autres, en particulier auprès des quatuors Artemis, Berg, Kronos, Danel, Vogler, Debussy… Remarqué au concours "Musiques d’Ensemble" de la FNAPEC en mars 2016, le Quatuor Yako devient la même année résident ProQuartet et obtient dès 2017 un 3ème prix au Concours International Orlando (Pays-Bas). L'ensemble fait ses débuts à l’Auditorium du Musée du Louvre en 2018, et se produit en 2019 dans de nombreux festivals en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Hongrie, en Suisse, et au Tchad. Invité régulier de France Musique (Chambre Classique, Générations France Musique, Classic Club...), il est également filmé par Arte-Concert à l’occasion du spectacle "Play and Play" avec la compagnie de danse Bill T. Jones/Arnie Zane.

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription