0
L'Esprit Basque
Ramuntxo Camblong, acteur méritant de la culture et de l'économie basques
Ramuntxo Camblong, acteur méritant de la culture et de l'économie basques

| Alexandre de La Cerda 466 mots

Ramuntxo Camblong, acteur méritant de la culture et de l'économie basques

zLauréats 2012 Eusko Ikaskuntza.jpg
Ramuntxo Camblong parmi les lauréats d'Eusko Ikaskuntza (2012) ©
zLauréats 2012 Eusko Ikaskuntza.jpg

D’après le philosophe allemand Oswald Spengler, « chaque culture traverse les phases évolutives de l’homme en particulier : chacune a son enfance, sa jeunesse, sa maturité et sa vieillesse ».
En matière de culture basque, on pourrait en dire autant des lauréats récompensés par les prix que décernent chaque année conjointement la Ville de Bayonne et la société universitaire d’Etudes basques Eusko Ikaskuntza. Et parmi les générations représentatives d’acteurs culturels de notre région récompensés en 2012, je me souviens du « Prix d'Honneur Culture Basque » - si mérité - attribué Ramuntxo Camblong, militant – dans le sens le plus noble du terme - à multiples facettes du développement de nos provinces basques, autant culturel que social et économique. 

Il faudrait des livres pour raconter en détail la riche trajectoire de Ramuntxo Camblong dont certains se souviennent encore de la voix chantante dans ses chroniques en euskera sur Radio Côte Basque parallèlement à des articles dans « Jakin », « Zeruko Argia » et « Herria ».

Tout avait commencé en juillet 1960 à Espelette lors d’une réunion d’étudiants basques autour des « aînés » : Michel Burucoa, Ximun Haran, Jokin Inchausti, les frères Onaindia, et surtout Michel Labeguerie qui avait « lancé des paroles de feu » en évoquant les figures de Sabino Arana et du président Jose Antonio Aguirre et en demandant aux étudiants basques de « s’engager à l’exemple de leurs semblables qui, de par le monde, étaient en train de changer le destin de leur peuple ou de leur pays »

Bouleversé, Ramuntxo Camblong retourna à ses études d’ingénieur électronicien à Paris où il recevait « Herria » et « Enbata » : « c’était pour moi une fête », précisait-il. Mais ce « romantisme abertzale » n’en fut pas moins « ancré dans la réalité » : après avoir cofondé Seaska en 1969 avec Claire Noblia et Manex Pagola, son expérience de professeur d'électronique, de mathématiques et physique au lycée technique d’Hasparren puis de PDG de l’entreprise de construction de réseaux électriques Copelec lui permit de créer l'association Partzuer (Participer, en basque) afin de promouvoir dans nos provinces du Nord le modèle coopératif si efficace de Mondragon en Guipuzcoa. 
Un exemple de développement économique solidaire qu’il fit longtemps découvrir à des groupes de notre région. 
Cofondateur de la Société de Capital Risque Herrikoa, il présidera l'Union Régionale des SCOP d'Aquitaine et entrera au Comité économique et social d'Aquitaine avant de présider le Conseil de Développement du Pays Basque de 1994 à 1998, « expériences passionnantes où il fallait tout inventer en travaillant sans filet, mais le schéma d'aménagement élaboré s'était avéré fondateur »...

Auparavant, Ramuntxo Camblong avait dirigé le Centre Culturel du Pays Basque devenu l'Institut culturel basque d’Ustaritz et son élection au conseil municipal d’Anglet lui permettront, au sein de l’association basques d’élus Udabiltza de faire attribuer près de deux millions d’euros de subvention à une trentaine d’associations culturelles, en premier lieu les ikastolas.
Goian bego / R. I. P.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription