0
Edito
Quand le sage regarde la lune…
Quand le sage regarde la lune…

| Guillaume d’Alançon

Quand le sage regarde la lune…

La Bourse est entrée dans une partie de yoyo. Les analystes qui chaque jour veillent et commentent l’actualité sont unanimes sur une volatilité élevée (les indicateurs de volatilité montrent des niveaux proches de ceux de 2008), signe de l’incertitude qui règne actuellement sur les marchés.

Mais suffit-il de regarder la courbe qui oscille de sommets en abîmes ? 
Le virus parti de Wuhan ne nous impose-t-il pas d’autres questionnements ?

La question du pourquoi passe inévitablement avant celle du comment. Ce serait une grave erreur de considérer la crise que nous vivons avec des lunettes courtermistes. Même le moyen terme n’est pas un allié dans notre effort de compréhension des événements. Mais revenons à la Chine dont la sagesse s’est importée chez nous de diverses manières. Le sens commun a retenu un proverbe lourd de signification : « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt ». On ne connaît pas son auteur mais on comprend facilement quelles peuvent être ses implications.

Cela veut dire que, si nous nous concentrons seulement sur les effets de cette crise liée au coronavirus, mais aussi celle du pétrole, nous en serons victimes une deuxième fois, car nous ne nous serons pas posé les bonnes questions. Parmi elles, celle de la solidarité avec les plus fragiles nous préoccupe plus spécialement. Les magnifiques témoignages de tant de soignants, de professionnels de la santé, de l’alimentation, d’aumôniers d’hôpitaux, sans parler des malades et de leurs familles, éclairent d’une pure lumière les accidents économiques et financiers que nous vivons. Qu’ils en soient ici remerciés une nouvelle fois.

Vu depuis Alter Invest / Multiplus www.aliter-invest.com (voyez notre entrevue avec l'archiduc Christian de Habsbourg-Lorraine dans notre "Lettre" du 8 mai, ndlr.), nous travaillons à vos côtés pour que, tout en œuvrant activement à la consolidation et à la surveillance des investissements, nous ne perdions pas de vue cette lune désignée par le sage chinois. La mondialisation sans limite, l’ultralibéralisme, la course excessive à la consommation, la recherche effrénée qui pousse certains scientifiques à œuvrer contre l’homme, … sont des sujets à aborder de front.

Depuis quelques jours, l’air et l’eau ont gagné en qualité, les relations familiales se resserrent et les enjeux humains sont plus denses. Une moniale bénédictine nous écrivait récemment : « Je trouve assez symptomatique que le Coronavirus se signale par des détresses respiratoires alors que notre terre n’arrive plus à respirer à cause de la pollution que nous lui faisons subir et de notre surconsommation, surproduction… Et si notre terre ne ‘respire’ plus, ce sont les hommes et toutes les créatures qui ne respirent plus ».

Tous, familles, célibataires et personnes âgées, nous devons faire face. Que cette crise soit pour le monde l’occasion de faire un bond en avant, de se poser les bonnes questions. Ainsi, remettant au centre l’écologie intégrale tant attendue, une saine croissance ne manquera pas d’arriver.

Bonne réflexion !

Légende : L'auteur, Guillaume d'Alançon de www.aliter-invest.com avec son fils Anthelme et le prince Dimitri Schakhovskoy, professeur émérite de l'Université de Bretagne et président de l'Union de la Noblesse Russe

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription