0
Patrimoine
Le tilleul n'est plus ! © Amis du Lac – Le chêne du golf n’est plus !

Le tilleul n'est plus !

En ce pluvieux mois de novembre, ignorant le traditionnel « été de la Saint-Martin », le vent a balayé la côte violemment à plusieurs reprises, à Hossegor où la « Lettre des Amis du Lac », toujours très attentive à l’actualité environnementale, nous apprend la chute d’un chêne situé en bordure du golf, et à Bayonne qui a vu tomber plusieurs de ses beaux arbres, en particulier un tilleul dans la rue Séraphin-Haulon (non loin de la salle du Polo Beyris), victime des fortes bourrasques de samedi dernier. Au début du mois, un arbre déraciné s’était abattu sur des voitures en stationnement sur les Allées Boufflers et un tilleul était tombé près de la cathédrale, évoqué par François-Xavier Esponde.

Il avait recueilli le temps de l’histoire passée du « jardin de l’Evesque » auprès de l’ancien évêché d’avant la révolution, devenu au fil du temps bibliothèque municipale de Bayonne. Le tilleul séculaire avait résisté à l’usure du temps. Une rafale de vent violente en ce dimanche 3 novembre a couché le monument qui repose de tout son long sur le parvis de la cathédrale.
Pas de témoin avant, la procession des passants depuis.
Emouvant spectacle pour les gens pris d’affection pour cet arbre ancien qui avaient renouvelé leur sympathie à l’heure où les paysagistes en charge de la restauration de la bibliothèque,  prévoyaient de le couper, de le tailler ou de réduire sa surface.
Il a rendu l’âme, le tilleul ! Ses ramures imposantes ont quitté l’enceinte grillagée du jardin et reposent en attendant de connaître le sort imminent de la tronçonneuse des agents municipaux.

Si le tilleul avait pu parler, il aurait conté la vie de ce quartier, de la vieille ville depuis plusieurs siècles, sillonnée de commerces, d’artisans et de chalands multiples.
Si le tilleul avait pu se raconter, il aurait relaté la permanente assiduité des passants qui par milliers traversent ce parvis, se posent, contemplent et photographient la cathédrale. Si le tilleul avait survécu à la tempête, son destin semblait toutefois déjà compté. Les arboriculteurs avaient sonné l’alerte.
Il manquait de la terre à ses racines, on pressentait sa chute fatale, plus ou moins imminente. La menace de le voir choir sur les bâtiments de la bibliothèque avait été prévue comme possible. Etrange destin de l’arbre du site, un coup de vent violent a décidé de son sort. Compatissez à notre tilleul à tous.
La vie de cet endroit bayonnais à l’origine si ancienne sera désormais privée de ce vigile silencieux voué au patrimoine antique et tant regretté de ses habitants.
Une pensée pour lui !

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription