0
Manifestation
Le Temps d’aimer à Biarritz : au souffle des Ballets Russes
Le Temps d’aimer à Biarritz : au souffle des Ballets Russes

| baskulture 642 mots

Le Temps d’aimer à Biarritz : au souffle des Ballets Russes

Antonella Poli dans « Chroniques de Danse » a remarqué à propos du Malandain Ballet Biarritz : « Le vent des Ballets Russes soufflera sur l’ouverture de la 31ème édition du Festival Le Temps d’aimer (10-19 Septembre) dirigé par Thierry Malandain ».

En effet, le directeur du Centre Chorégraphique National Malandain Ballet Biarritz proposera dans la soirée du 11 septembre sa nouvelle création, « L’Oiseau de feu », présenté à l’origine pour la première fois à l’Opéra de Paris le 25 Juin 1910 sur la chorégraphie de Fokine et les musiques d’Igor Stravinsky. De son côté, Martin Harriague, artiste associé au CCN Malandain Ballet Biarritz, mettra en scène le « Sacre du Printemps » (Nijinsky, 1913), autre monument de l’histoire de la danse, toujours sur la musique du compositeur russe.

Thierry Malandain s’attaque donc au conte russe en s’inscrivant dans la ligne de Balanchine et de Maurice Béjart, auteurs respectivement en 1945 et en 1970 de deux autres célèbres versions de l’Oiseau de feu. Dans l’avant-propos du ballet, le chorégraphe souligne qu’« on retiendra que les oiseaux symbolisent ce qui relie le ciel et la terre, voire que le phénix se décomposant pour renaître personnifie dans la religion chrétienne l’immortalité de l’âme et la résurrection du Christ » (Revue Malandain Ballet Biarritz, n°90, 2021).
Et la danse devrait encore devenir, comme ce fut le cas pour d’autres ballets, particulièrement Noé ou La Pastorale, un message et une invitation à la quête d’élévation de l’homme vers différents niveaux de spiritualité.

Quant à Martin Harriague, il maintiendra le propos original du ballet, en s’inspirant de la force du rite païen et en valorisant les pulsions de l’homme confronté à la puissance de la nature, deux éléments constituant l’origine de la pièce. Son langage chorégraphique très terrien, énergique, sauvage, qui facilite l’expressivité du geste et de la musique, se prête à incarner de manière parfaite l’esprit de l’œuvre. 

Une nouvelle ambition territoriale

Mais cette nouvelle édition sera également marquée par un plus grand rayonnement dans toute la région. Les villes d’Anglet, Bayonne, Mauléon, et Saint-Pée-sur-Nivelle accueilleront pour la première fois cette année des spectacles du Temps d’Aimer.

En particulier à Saint-Palais où un duo se produira le 17 septembre à 20h au complexe Saint-Louis : il s’agit du ballet « Il nous faudrait un secrétaire » du centre chorégraphique national de Nantes. Sa directrice Ambra Senatore et Marc Lacourt ont eu envie de créer ensemble un duo né de leur imagination commune. Pleins d’esprit facétieux et de fantaisie débordante, ils construisent et déconstruisent à vue le théâtre et la danse. 

Le festival « Le Temps d’aimer » reste ainsi fidèle à son pluralisme des esthétiques tout en faisant la part belle aux ballets et aux grands ensembles. En tout, 29 compagnies, 6 créations, 5 ballets, des spectacles en plein air, des répétitions publiques, des conférences, des expositions, des journées professionnelles qui pendant 10 jours font battre le cœur de la danse avec la promesse toujours renouvelée de cette rencontre précieuse entre la danse et tous les publics : le CCN de La Rochelle, le CCN de Nantes, le CCN Ballet Preljocaj, le Ballet de l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole, le Ballet de l’Opéra national de Bordeaux, le CCN-Opéra du national du Rhin avec la création de son directeur Bruno Bouché, Les ailes du désir, se produiront à Biarritz les 13, 14, 16, 17 et 18 septembre. A signaler les spectacles Fordlandia (le 15 septembre), avec les danseurs Lucia Lacarra et Matthew Golding où danse, projections vidéo, musique et lumière seront en synergie pour créer une œuvre d’art totale et Playlist de Pedro Pawels avec les chorégraphies de Hafiz Dhaou et Aïcha M’Barek, Eléonore Didier, Anthony Egea, Jean Gaudin, Sylvain Groud, Marcos Malavia, Béatrice Massin, Fabio Lopez. Parmi les autres compagnies invitées : Dantzaz (12 septembre), Hervé Robbe et Ensemble Cairn (13 septembre), Affari Esteri (14 septembre), Sine Qua Non Art (18 septembre). 

- Billetterie ou réservation : letempsdaimer.com/ ou à la caisse de la Gare du Midi 
Le programme du festival, du vendredi 10 au dimanche 19 septembre, est sur le site :   www.letempsdaimer.com

Photo de couverture : « L’Oiseau de feu », vitrail des frères Mauméjean dans une villa bayonnaise bâtie par les architectes frères Gomez 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription