2
Actualité
Le Palais rouvrira à  Pâques !
Le Palais rouvrira à  Pâques !

| Anne de Miller-La Cerda

Le Palais rouvrira à Pâques !

Il y a plus de dix jours, l’historien Franck Ferrand venu de Paris avait constaté l’énormité du chantier du Palais dont un panneau nouvellement installé à l’initiative de l’équipe municipale actuelle, rappelle l’historique de la "villa Eugénie" datant de 1855.

Réaménagée et décorée en souvenir du couple impérial par le maire de Biarritz Guy Petit qui l'avait rachetée il y a 60 ans, la villa Eugénie fut métamorphosée en l’un des plus luxueux hôtels français. Depuis lors, ce fleuron touristique aura animé la ville jusqu’au récent G7, permettant ainsi à Biarritz de devenir le lieu incontournable de la Jet set internationale.

Cependant, quelques mois avant l'été du G7, le groupe Hyatt avait recueilli la gestion du Palais par contrat de la Socomix - dans laquelle la ville est majoritaire (54%) - alors que la société JC Decaux holding était entrée dans le capital à hauteur 33 %.
Rappelons que l’ancienne municipalité avait été obligée de transférer les murs du Palais qui appartiennent à la ville via la Socomix, moyennant un bail emphytéotique de 75 ans.
Le montant total des travaux s’élevait alors à 64 millions d’euros. A peine élue - comme nous l’avions évoqué dans notre lettre du 2 octobre -, Maider Arosteguy, nouveau maire de Biarritz qui héritait d’une situation désastreuse, cherchait 20 millions d’euros supplémentaires afin d’achever les derniers travaux du Palais :
"Cette somme comprenait le trou dans les caisses de 6 millions, dû au fait que l’hôtel n’avait pas ouvert cet été". A cela, il convient d'ajouter 10 millions (1) suite aux surprises du chantier, par exemple des plafonds qui seraient tombés sur la tête des ouvriers ! Pourquoi n’y avait-il pas eu un suivi régulier et plus précis des travaux les années précédentes ?

A la demande urgente du maire de Biarritz, JCDecaux holding verserait un supplément de 4 millions d’argent frais, et la Ville paierait 2,4 millions. Nouvel actionnaire, la Caisse des Dépôts déboursera 1,3 millions. Ces sommes seraient remboursables ou transformables en capital. (Ndlr.: la ville n'aurait-t-elle pas intérêt à vendre la Cité du surf qui lui coûte si cher et ne lui rapporte rien ?).

Aux dernières nouvelles, un complément de 3,3 millions proviendra du prêt garanti par l'Etat dans le cadre du plan de relance prévu suite au Covid.
Héritière d'une situation financière très difficile, Maïder Arostéguy  essaie de relever le défi.
« Aujourd'hui, notre responsabilité est de rouvrir l'hôtel. Je suis dans la pire période que l'on puisse imaginer d'autant que toute l'hôtellerie de luxe affiche un taux de remplissage de 10% comme me l'a dit le directeur du groupe Europe d'Hyatt. Nous avons l'ardente obligation d'avancer et de mettre le palace en état de recevoir les clients », avait annoncé au début du mois le maire de Biarritz.
Travaux terminés où non, l’hôtel du Palais devra rouvrir à Pâques prochain : un lieu extrêmement bien ventilé face à l’Océan !

(1) En 2028, le devis des travaux de l'église classée orthodoxe ex-russe face au Palais, s'élevait à environ 2 millions d'euros. Il comprenait la réfection des coupoles, le ravalement intérieur et extérieur de l'église, la rénovation des vitraux par les meilleurs ouvriers et artisans locaux du patrimoine. Faute de moyens financiers, l'église étant sous influence du métropolite grec de Paris (patriarcat de Constantinople),  ce qui est absurde aujourd'hui, les travaux n'ont pas encore été effectués. 

Répondre à () :


Captcha
MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 19/10/2020 11:41

Tiens le commentaire que j'ai laissé précédemment a disparu ? Si c'est inutile d'en laisser, pourtant intelligents, je n'en laisserai plus...

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription