0
Architecture
Le palais Aldama de Saint- Sébastien s’inscrit dans l’histoire !
Le palais Aldama de Saint- Sébastien s’inscrit dans l’histoire !
© DR

| Anne de La Cerda

Le palais Aldama de Saint- Sébastien s’inscrit dans l’histoire !

En montant vers Aldapeta à Saint-Sébastien, du même côté que le Palais Miramar - construit d’après la villa Françon à Biarritz -, le palais Aldama interpelle le visiteur. Erigé en 1913, dans le style néo-renaissance typiquement espagnol, le palais Aldama de San Sébastien s’inscrira dans l’histoire.

Composé de façades blanches aux terrasses bordées de fresques sculptées servant de toiture, le palais d’Aldama fut construit par l'architecte madrilène José María Mendoza Ussía (1886-1947) pour le marquis d’Aldama. Issu d’une famille d’architectes, José Maria Mendoza Ussia, termina l’école supérieure d’architecture de Madrid. Egalement passionné de photographie, il saisit les villages des Asturies ou des scènes de port à Gijon. Parmi ses réalisations, le Palacio de don Manuel Muruve, le bureau du procureur général au Paseo de la Castellana à Madrid, puis le palais d’Aldama à Saint Sébastien.

A l’intérieur de la demeure, l’utilisation d’azulejos de Ruiz de Luna anime le décor, un musée à Tolède porte le nom de cette dynastie de céramistes. Egalement présents, les vitraux des frères Mauméjean apportent de subtiles nuances lumineuses.

Originaire du Sud-Ouest, cette famille de maîtres-verriers avait fabriqué des vitraux en France et en Espagne. Dans un ouvrage publié aux éditions du Festin en 2015, l’historien d’art palois Benoît Manauté avait retracé l’extraordinaire épopée de cette saga familiale. Né à Bayonne en 1837, Jules-Pierre Mauméjean, le patriarche, avait appris l’art de peindre avec son père et son grand-père, artisans faïenciers.

Sur la Côte Basque, ils ornèrent de nombreux édifices religieux ainsi que les belles villas de la côte d’Hendaye à Saint-Sébastien puis Madrid où ils installèrent un atelier.

En 1925, Francisco Arocena et son épouse qui vivaient également à Cuba rachetèrent la demeure, avec jardins et dépendances attenants. Durant l’absence du couple, la propriété fut louée à l’ambassadeur du Portugal. Dans les années 60, par suite de la nationalisation des biens à Cuba, Francisco Arocena fut obligé de vendre Aldama. Depuis lors, la Diputación et l’Université de Navarre en devinrent les nouveaux acquéreurs. Aujourd’hui, le palais Aldama - surnommé Eva-Enea - appartient pour une partie importante - à l'Université de Navarre qui l’a transformé en un collège supérieur féminin « Jaizkibel ».

Sur proposition de son vice-ministre de la culture Joxean Muñoz, le Gouvernement basque a décidé d’engager la procédure de classement du palais d’Aldama.

Anne de La Cerda

 

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription