0
Concert
Le concert d'Yves Castagnet lance le Festival d'orgue "Biarritz en Chamades" ce dimanche
Le concert d'Yves Castagnet lance le Festival d'orgue "Biarritz en Chamades" ce dimanche

| baskulture 389 mots

Le concert d'Yves Castagnet lance le Festival d'orgue "Biarritz en Chamades" ce dimanche

L’automne s’installe doucement. Les lueurs de l’été s’estompent insensiblement, pour faire place au charme plus subtil, mais tout aussi flamboyant, de la nature qui, bientôt, va rougeoyer de tout son feuillage.

A Biarritz, un autre flamboiement vient, à la venue de l’automne, garder en éveil un public fidèle, chaque année plus nombreux à guetter son retour : celui du vaste champ – et du large chant – des milliers de tuyaux des quatre grands orgues de la cité.

Les vagues, et leur ressac, épidémiques se succèdent, les maires se renouvellent, les curés se passent le témoin… le festival Biarritz en Chamades, grâce à ceux-là, grâce à ceux-ci, clamons-le très haut, demeure, phare de rassurante pérennité, venant éclairer chaque automne biarrot depuis maintenant huit ans, de ses couleurs tantôt diaphanes, tantôt incandescentes !

Chaque dimanche d’octobre, sonné 17h, une église de la ville gardera ses portes ouvertes à la musique, celle du « roi des instruments ». Cette année, quatre très haut-lieux liturgiques parisiens nous cèdent, le temps d’un concert, leurs prestigieux représentants. A commencer par le premier d’entre eux, Notre Dame de Paris, avec qui Biarritz a signé un pacte de fidélité, puisqu’Yves Castagnet, qui ouvre le festival dimanche en l’église St-Joseph, sera le quatrième organiste de la « Cathédrale de la France » à nous confier un peu de sa notoriété… et la totalité de son talent.

Pas une moindre prouesse que trouver un dimanche disponible dans l’agenda de l’organiste sûrement le plus occupé de France ! Chez lui au grand-orgue, Yves Castagnet est surtout le titulaire de l’orgue de chœur – parfois « délocalisé » - de Notre Dame, depuis 33 ans, poste temps-plein obtenu après plusieurs premiers prix du Conservatoire National de Paris, et le très convoité Grand Prix de Chartres. Soliste, accompagnateur, improvisateur, concertiste international, professeur de chant du chœur de Notre Dame, ses disques ont glané les plus hautes récompenses de la presse musicale.

Un programme à la hauteur de cette « carte de visite », démarrant avec une puissante fantaisie et fugue de JS Bach, poursuivi par quatre grands continuateurs de la mémoire du kantor, les siècles suivants : Mendelssohn et sa 6ème sonate, Franck avec son crépusculaire 3ème choral, Guilmant (1ère sonate), enfin Louis Vierne (Cathédrales, 1ère Symphonie).

Vidéo-projection de l’artiste, participation libre, précautions sanitaires : tous les « fondamentaux «  du festival seront réunis, ce dimanche 3 octobre en l’église St-Joseph de Biarritz, à 17h.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription