1
Patrimoine
Le collège de San Ignacio de Loyola, 250 ans d’héritage basque
Le collège de San Ignacio de Loyola, 250 ans d’héritage basque

| Louis d’Arcangues

Le collège de San Ignacio de Loyola, 250 ans d’héritage basque

zPatrimoine1 2Chapelle Colegio Vizcaínas.jpg
Chapelle Colegio Vizcaínas ©
zPatrimoine1 2Chapelle Colegio Vizcaínas.jpg
zPatrimoine1 3Blason basque Colegio Vizcaínas.jpg
Blason basque Colegio Vizcaínas ©
zPatrimoine1 3Blason basque Colegio Vizcaínas.jpg

Lors d’un stage professionnel au Mexique, j’ai eu l'occasion de découvrir le Collège San Ignacio de Loyola, vestige de la colonisation basque en plein coeur de Mexico City.

C’est en 1732 que Francisco de Etcheveste décide de fonder le premier collège laïque pour femmes du continent Américain. Originaire d’Ursúbil, petit village de Guipúzcoa, ce militaire, philanthrope, marchand et administrateur colonial aux Philippines et en Nouvelle Espagne faisait partie de la Confrérie de Notre Dame d’Aránzazu.

Préoccupés par la condition féminine dans le nouveau monde, Francisco de Etcheveste et ses confrères Manuel de Aldaco et Ambrosio Meave veulent venir en aide aux orphelines et aux veuves en leur permettant un accès gratuit à éducation.

Le 9 septembre 1767, le collège San Ignacio de Loyola Vizcaínas ouvre ses portes en plein cœur de la ville de Mexico. Des cours de catéchisme, de lecture, d’écriture, de mathématiques, de musique et de travaux manuels y sont dispensés. L’établissement accueille dès la première année soixante-dix étudiantes bénéficiant de bourses.

Au fil du temps, l’édifice de style baroque dessiné par l’architecte José Miguel de Rivera Saravia connait de nombreuses modifications. Une église publique y est construite en plus d’une chapelle réservée aux internes. En 1885, une bibliothèque est fondée au sein du collège. Les siècles passent et l’établissement diversifie son enseignement en y ajoutant des disciplines comme le dessin, les langues étrangères mais aussi de l’éducation physique.

La réputation du collège San Ignacio de Loyola Vizcaínas n’est plus à faire. Elle est la seule institution datant de l'ère coloniale ayant fonctionné continuellement au Mexique depuis sa fondation. La mission de l’école est demeurée inchangée depuis sa création. Dans le courant des années 1970, l’établissement s’adapte aux réformes progressistes en devenant mixte.

Des grandes personnalités nationales telles que Josefa Ortiz de Domínguez, figure de l'indépendance mexicaine, mais aussi la très célèbre actrice Sara García, connue comme la « abuelita » du cinéma mexicain, y ont été scolarisées.

De nos jours, l’école est une association privée à but non-lucratif proposant des programmes scolaires allant de la maternelle au lycée, des donations lui permettent de se financer. L’édifice pouvant accueillir plus de 1200 personnes est également loué pour de grands événements tels que des mariages, des concerts et des prestations culturelles. Les lieux sont également mis à disposition afin d’héberger des dignitaires étrangers, le Roi d’Espagne y a séjourné il y a quelques années.

On y trouve par ailleurs un musée avec des collections de peintures et des sculptures de divers artistes, mais aussi des objets et instruments d’époque.

Répondre à () :


Captcha
Martin DUPUY | 17/05/2020 00:46

Très bel article, on reconnaît la plume familiale

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription