0
Cinéma
Le cinéma basque bien présent au festival  de cinéma de Saint-Sébastien
Le cinéma basque bien présent au festival  de cinéma de Saint-Sébastien

| ALC

Le cinéma basque bien présent au festival de cinéma de Saint-Sébastien

La 68ème édition du festival  de cinéma de Saint-Sébastien / Donostiako Zinemaldia se déroulera du 18 au 26 septembre.

C’est l'acteur américain Viggo Mortensen qui recevra le Prix Donostia pour l'ensemble de sa carrière, succèdant ainsi à l'actrice espagnole Penélope Cruz. Le film d'ouverture sera « Rifkin's Festival » de Woody Allen et parmi les six premiers films de la compétition, cinq proviennent de la sélection du Festival de Cannes 2020 : il s'agit de « Drunk » de Thomas Vinterberg, « Au crépuscule » de Šarūnas Bartas, « Au commencement » de Dea Kulumbegashvili, « Été 85 » de François Ozon et « True Mothers » de Naomi Kawase3.
Quant à l'affiche du festival, il s'agit d'une photo de profil de l'acteur américain Willem Dafoe (Appleton, Wisconsin, 1955), nominé quatre fois pour l'Oscar et trois pour les Golden Globes, et lauréat du Prix Donostia en 2005 pour sa carrière qui comprend des collaborations avec les cinéastes Michael Cimino, Martin Scorsese, Oliver Stone, John Waters, Paul Schrader, David Lynch, Alan Parker, Abel Ferrara, Lars Von Trier, Wes Anderson, Sam Raimi, Sean Baker et Robert Eggers, entre autres.

Cette année, le Festival « Zinemaldia » présentatera une importante contribution du cinéma basque, en particulier « Akelarre » de Pablo Agüero (Espagne - France – Argentine) qui concourra à la « Concha de oro ».
Interprètes: Álex Brendemühl, Amaia Aberasturi, Garazi Urkola, Irati Saez de Urabain, Jone Laspiur, Lorea Ibarra, Yune Nogueiras, Daniel Fanego, Asier Oruesagasti, Iñigo de la Iglesia, Elena Úriz, Daniel Chamorro, Jeanne Insausti.
Pays Basque, 1609. Les hommes de la région sont partis en mer. Ana participe à une fête de la forêt avec d'autres filles du village. Le juge Rostegui, chargé par le roi de purifier la région, les arrête et les accuse de sorcellerie. Il décide de faire ce qui est nécessaire pour qu'ils confessent ce qu'ils savent de l'akelarre, une cérémonie magique au cours de laquelle le diable initie soi-disant ses serviteurs et ses compagnons. Projet lauréat du prix international Arte Kino du VI Forum de coproduction Europe-Amérique latine en 2017.

Rodrigo Sorogoyen (Madrid, 1981) participera pour la troisième fois à la section officielle après « Que Dieu nous pardonne » (Prix du jury du meilleur scénario, 2016) et « Le Royaume » (2018). A cette occasion, le réalisateur montrera, hors compétition, Riot, une série Movistar + de six chapitres sur un groupe de policiers anti-émeute qui fait face à une accusation de meurtre après avoir exécuté une expulsion compliquée.

La section officielle présentera également la projection spéciale de "Patria", une série de huit épisodes créée par Aitor Gabilondo pour HBO Europe à partir du roman à succès de Fernando Aramburu, qui aborde trois décennies de l'histoire du Pays Basque à travers les yeux de deux familles divisées par la violence.
Interprètes : Elena Irureta, Ane Gabarain, Jose Ramón Soroiz, Mikel Laskurain, Jon Olivares, Susana Abaitua, Loreto Mauleón, Iñigo Aranbarri, Eneko Sagardoy.
Le jour où l'ETA annonce l'abandon des armes, Bittori se rend au cimetière pour annoncer à la tombe de son mari, Txato, tué par des terroristes, qu'il a décidé de retourner dans la ville où ils ont vécu toute leur vie. Pourra-t-elle vivre avec ceux qui l'ont harcelée avant et après l'attentat qui a bouleversé sa vie et celle de sa famille ? Pouvez-vous découvrir qui était l'homme cagoulé qui a tué son mari lorsqu'il se rendait à sa compagnie de transport ? La présence de Bittori altère la fausse tranquillité de la ville, en particulier celle de sa voisine Miren, une amie proche dans le passé, et mère de Joxe Mari, une terroriste emprisonnée. Que s'est-il passé entre ces deux femmes ? Qu'est-ce qui a empoisonné la vie de leurs enfants et de leurs maris, si unis dans le passé? Avec leurs larmes cachées et leurs convictions inébranlables, avec leurs blessures et leur bravoure, l'histoire incandescente de leur vie avant et après le cratère causé par le meurtre du Txato, nous raconte l'impossibilité de l'oubli et la nécessité du pardon. Série de huit épisodes basée sur le roman du même nom de Fernando Aramburu.

De plus, la sélection officielle ouvrira, hors compétition, avec un titre déjà annoncé, Rifkin’s Festival, la nouvelle comédie romantique de Woody Allen, une production américaine, espagnole et italienne.

La section « Nouveaux réalisateurs » qui comprend les premier et deuxième films, accueillera le premier long métrage d'un cinéaste possédant une vaste expérience dans le domaine du court métrage : David Pérez Sañudo (Bilbao, 1987), qui après avoir parcouru des festivals à travers le monde et présenté dans Zinemira-Kimuak « Aprieta pero raramente ahoga » (2017), elle rivalisera avec « Ane », un long-métrage de David Pérez Sañudo tourné en basque, avec pour interprètes : Patricia López Arnáiz, Jone Laspiur, Mikel Losada, Luis Callejo, Nagore Aramburu, Fernando Albizu, Gorka Aguinagalde, David Blanka.
Euskadi, 2009. Lide travaille comme agent de sécurité dans les travaux du train à grande vitesse, un projet qui génère des protestations sociales dans les rues. Quand il rentre à la maison après le travail et passe la nuit à faire la fête, il prépare le petit-déjeuner pour deux, mais sa fille adolescente, Ane, n'est pas là. Le lendemain, il n'apparaît toujours pas. Lide reste calme, sa disparition est sûrement causée par la vive discussion qu'ils ont eue la veille. En cherchant parmi les affaires d'Ane, elle se rendra compte que sa fille est une personne qu'elle ne connaît pas.

Quant à Imanol Rayo (Pampelune, 1984) qui avait remporté le prix Zinemira avec à ses débuts « Bi anai » (2011), il présentera son deuxième long métrage « Hil kanpaiak » / cloches mortelles, une histoire basée sur le roman « 33 ezkil » de Miren Gorrotxategi, avec pour interprètes : Itziar Ituño, Eneko Sagardoy, Yon González, Asier Hernández, Iñigo Aranburu, Dorleta Urretabizkaia, Josean Bengoetxea, Kandido Uranga, Patricia López Arnaiz, Andrés Gertrúdix, Itxaso Arana

Dans la ferme de Garizmendi, des ossements humains apparaissent et les propriétaires, Fermín et Karmen, appellent leur fils Néstor, qui décide de prévenir la police. Mais quand les agents arrivent, les os manquent. Puis les cloches de l'ermitage voisin sonnent. Ce signe de mauvais augure annonce l'arrivée d'événements tragiques et rouvre d'anciennes blessures dans la famille et les proches. 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription