0
Musique
Laurent de Sabrac clôture à Ste-Eugénie le festival Biarritz en Chamades dont il est l’initiateur
Laurent de Sabrac clôture à Ste-Eugénie le festival Biarritz en Chamades dont il est l’initiateur

| baskulture 358 mots

Laurent de Sabrac clôture à Ste-Eugénie le festival Biarritz en Chamades dont il est l’initiateur

Pascal Mathieu présente les concerts.jpg
Le docteur Pascal Mathieu présente les concerts ©
Pascal Mathieu présente les concerts.jpg
Le public enthousiaste applaudit debout les musiciens.jpg
Le public enthousiaste applaudit debout les musiciens ©
Le public enthousiaste applaudit debout les musiciens.jpg

Au fil des dimanches, au fil des années, le rendez-vous est devenu incontournable, « the place(s) to be » à Biarritz les dimanches après-midi d’octobre. Le concert du 24, comme les précédents, a réuni près de 200 amoureux de l’orgue, de la Musique plus exactement, tant la prestation de Vincent Warnier à Saint-Charles, autour de JS Bach, a transcendé par sa puissance expressive et émotionnelle le strict cadre de l’instrument à tuyaux.

200 spectateurs par dimanche… cela laisse tout de même quelques dizaines de milliers de résidents de la Côte Basque dans la coupable ignorance de cet exceptionnel rendez-vous musical et spirituel ! Heureusement pour eux, il reste une session de rattrapage, qui tiendra plus, d’ailleurs, d’un bouquet final de feu d’artifice, où un chœur de trompettes se donnera dimanche la réplique, naturelles ou « en chamade » !

L’orgue sera celui de Sainte-Eugénie, à la vaste nef, la plus calibrée pour cet exercice. L’organiste, le maître de céans, Laurent Riboulet de Sabrac, dont les Biarrots savent – ou pas d’ailleurs ? – que ce lauréat de concours nationaux et internationaux, prix d’excellence et de virtuosité, en piano, orgue ou improvisation, fut élève de Susan Landale et Marie-Claire Alain, salué, en son temps, par la critique sur plusieurs enregistrements.

Seul instrument à pouvoir rivaliser avec les puissantes chamades de l’église impériale : la trompette, la vraie, avec son pavillon et ses pistons… et aussi des lèvres musclées, en l’espèce celles de Didier Bousquet, pour lui donner vie ! L’homme n’est plus à présenter chez nous, multiple premier prix de trompette, cornet et musique de chambre, notamment glanés au très élitiste Conservatoire National Supérieur de Paris, aujourd’hui soliste et professeur au Conservatoire Musikene de St-Sébastien, invité de nombreux orchestres français et espagnols.

Le duo, le « trio » même, trompette, chamades et orgues (les « délices » sont en prime !) fera flamboyer la musique de Bach (grande Fantaisie et Fugue) et Vivaldi (concerto en ré), César Franck, Widor (6ème symphonie), Martini et Georges Delerue (sa sublime cantate pour trompette et orgue).

Cet ultime, et immanquable, rendez-vous du festival est donné à l’église Sainte-Eugénie de Biarritz, à 17h ce dimanche 31 octobre. La participation sera libre et les artistes visibles sur grand écran.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription