0
Cinéma
La Critique de Jean-Louis Requena © AFP - Todd Phillips et Joaquin Phoenix avec le Lion d’or

| baskulture

La Critique de Jean-Louis Requena

Joker - Film américain de Todd Phillips – 122’

Gotham City 1981. Sur un trottoir passant, un homme déguisé en clown (Joaquin Phoenix) brandit une pancarte publicitaire. Soudain, il est agressé par une bande de jeunes gens qui lui arrachent sa pancarte. Il court après eux pour la récupérer. Dans une sombre ruelle, il est acculé et violemment frappé par ces « hooligans ». Meurtri, il revient chez son employeur, une entreprise de publicité de rue, pour annoncer sa mésaventure… On se moque de lui, surtout Randall (Glenn Fleshler), un colosse qui lui propose une arme de poing pour se défendre. Dépité, Arthur Fleck, le clown, rentre chez lui où l’attend sa mère impotente, Penny (Frances Conroy) : elle attend une lettre hypothétique de son ancien employeur, la Wayne Entreprises, dont elle espère un dédommagement après de longues années de labeur dans ce groupe.

Arthur et Penny regardent des programmes affligeants à la télévision, en particulier un talk-show animé par une vedette du petit écran : Murray Franklin (Robert De Niro). En secret, sur un imposant cahier, Arthur écrit des bribes de sketchs : il rêve de passer à la télévision dans le « Live With Murray Franklin » pour les interpréter…

Lors d’un spectacle pour enfants dans un hôpital, fardé en clown, il fait tomber son arme de poing. Dénoncé par Randall, il est licencié sur le champ ! Dans le métro qui le ramène chez lui trois hommes ivres importunent une jeune fille… Arthur, à la vue de la scène, pris d’un fou rire convulsif lié à ses troubles mentaux, devient alors la cible des trois individus qui le cernent, menaçants : mais Arthur sort son revolver…

La vie d’Arthur, clown névrosé, au rire irrépressible, convulsif, bascule : il est recherché par deux inspecteurs de police… Le candidat à la mairie de Gotham City, le richissime Thomas Wayne (Brett Cullen) le cite dans les médias comme individu dangereux à éradiquer… Traqué, Arthur Fleck va devenir le Joker !

Le Joker, personnage récurrent de comics books, est née en 1940. Il s’oppose avec astuce aux interventions de son pire ennemi de Gotham City : Batman, le « good boy », de son vrai nom Bruce Wayne, fils de Thomas Wayne le politicien madré candidat à la mairie. Depuis la création en bande dessinée du méchant Joker (le modèle semble être le comédien Conrad Veidt dans le film muet « l’Homme qui rit » de Paul Leni – 1928, adaptation du roman éponyme de Victor Hugo - 1869) on ne compte plus ses apparitions maléfiques : dessins, films d’animation, moyens et longs métrages (télévision, cinéma). Depuis 1989, sur les grands écrans, quelques acteurs de premier plan l’ont incarné : Jack Nicholson (« Batman » de Tim Burton – 1989), Heath Ledger (« The Dark Knight » de Christopher Nolan – 2008), Jared Leto (« Suicide Squad » de David Ayer – 2016). Interpréter un personnage de fiction totalement maléfique, intelligent, rusé, doté d’un humour macabre doit être jubilatoire pour un acteur.

Todd Phillips (49 ans) et son coscénariste (Scott Silver) ont recentré leur propos sur le Joker qui du coup, devient le moteur de l’histoire : Arthur Fleck de personnage faible, velléitaire, dérape en tueur psychotique, le Joker, au rire dérangeant, glaçant. C’est cette mutation que narre le 10ème film de Todd Phillips, avec un regard étonnamment neuf qui ne se laisse pas intimider par toute la littérature (surtout passable !) et l’immense filmographie (télévisuelle, cinématographique) qu’a suscité ce personnage icônique de l’« American way of Life ».

Todd Phillips nous propose un thriller psychologique avec le Joker, anti super-héros dans la descendance de personnages aussi dérangeants que Travis Bickle (« Taxi Driver » – 1976), Jack La Motta (« Raging Bull » – 1981), ou Rupert Pupkin (« La Valse des Pantins » – 1983) trois œuvres majeures de Martin Scorsese, interprétées par Robert De Niro ! Personnages décalés, esseulés, dans une société violente qui les rejette en tant qu’inadaptés, de « losers ». La mise en image très précise du réalisateur (cadrage, axe, chromatisme, etc.) et de son chef opérateur, Lawrence Sher, accentue le malaise que génère dans des espaces clos (appartements exiguës) ou ouverts (rues, escaliers) la gestique inattendue du Joker : déplacements désarticulés, sautillements, pas de danse, etc…

Joaquin Phoenix est surprenant dans son interprétation de cet homme ténébreux, malheureux, introverti, taiseux, pétri de névroses avec des éclairs de lucidité. Délesté d’une vingtaine de kilos, l’acteur amaigri, hagard, ne joue pas : il est le Joker. C’est proprement renversant et l’égal inversé de Robert de Niro dans « Raging Bull » alourdi, lui, de 20 kilos.

Nanti d’un confortable budget (55 millions de $), produit par l’Univers Cinématographique DC (spécialiste de blockbusters pour adolescents), filiale de la Warner Bros, Todd Phillips avait toutes les chances de nous proposer au final un long métrage formaté selon les critères restrictifs de ce studio hollywoodien soumis à la loi d’un marché lucratif. Fort heureusement, il n’en est rien : son dernier opus détonne tant par le fond (un sombre anti-héros auquel il est difficile de s’identifier) que par la forme (recherche visuelle, peu d’effets spéciaux, une bande son astucieuse, etc.). Le metteur en scène a miraculeusement (?) échappé aux « fourches caudines » des producteurs de blockbusters infantiles.

Soulignons que son film est troué de violences fulgurantes mais non gratuites : les pics de tension inattendus, tempérés par un humour noir décalé, alimentent le sombre parcours du Joker dans une ville inhospitalière, violente, livrée à des politiciens sans scrupule. Joker a obtenu, à la Mostra de Venise 2019, le Lion d’Or du meilleur film.

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription