0
Cinéma
FIPADOC, le festival de tous les documentaires, du 21 au 26 janvier
FIPADOC, le festival de tous les documentaires, du 21 au 26 janvier
© DR - « Transnistra » au « Focus Suède » du Fipadoc

| Rédaction

FIPADOC, le festival de tous les documentaires, du 21 au 26 janvier

Il représente tous les formats : courts, moyens, longs métrages, unitaires ou séries. Il réunit tous les genres : histoire, découverte, géopolitique, culture. Il accueille les nouvelles écritures : VR et webdocs. Il est conçu pour tous les écrans. Il invite tous les publics : professionnels, grand public, étudiants.
Festival international de documentaires, le FIPADOC réunit chaque année à Biarritz, pendant six jours, grand public et professionnels autour d’une sélection d’œuvres d’exception. Lieu de rencontres et d’émergence de nouveaux projets, le FIPADOC s’engage pour l’innovation, l’éducation à l’image et la jeune création. 
Son programme phare, IMPACT, soutient la création et la diffusion de films qui veulent changer la donne d’enjeux contemporains : environnement, droits humains, justice sociale. En janvier, le FIPADOC ouvre l’année des grands festivals internationaux de documentaires.

Quatre grandes compétitions : internationale, nationale, musicale et impact, portant sur des documentaires inédits en France, récompensent des documentaires captivants, originaux et puissants (dotations de 5 000 €). Le FIPADOC, ce sont aussi des compétitions de courts métrages, de documentaires interactifs et immersifs, de la création francophone et de la jeune création. Sont primés : un premier ou second film par le Prix Mitrani, un film labellisé Campus pour un public scolaire et les meilleurs pitchs des journées professionnelles.
Des récompenses portées par des jurys de premier plan sollicités parmi les réalisateurs, directeurs de festivals, des compositeurs et autres professionnels internationaux ainsi qu’un jury composé de 7 jeunes européens francophones âgés de 17 à 25 ans.

Avec Campus, le FIPADOC affirme son engagement pour l’éducation à l’image et la jeune création, favorisant l’éclosion des talents, nourrissant les citoyens de demain. Le FIPADOC Campus offre la possibilité au public jeune de s’ouvrir au genre documentaire, de débattre autour des œuvres et de rencontrer leurs auteurs. Le FIPADOC Campus encourage les opportunités professionnelles pour les jeunes et poursuit ses programmes d’accompagnement en proposant notamment des séances de pitchs de premiers films et une sélection de films d’écoles. Il a réuni l’année dernière 1 300 scolaires et étudiants, 38 établissements scolaires et formations d’enseignement supérieur et a compté 2 500 entrées en salle !

Si la soirée du 21 janvier lancera le festival (le film présenté sera annoncé le 7 janvier), celle de la chaîne Arte le 24 janvier proposera l’avant-première du film Simone Signoret, figure libre de michèle Dominici, une certaine idée du cinéma, et un destin d’actrice à contre-courant de son époque.
A noter également jeudi 23 janvier à 11h, la séance de présentation des opportunités de collaboration et de financement grâce à des acteurs régionaux dynamiques : ALCA, Eurorégion, Zineuskadi, la Navarre et Media Desk Euskadi. Suivie ce même jour à 14h de la présentation de leur projet de premier documentaire par huit jeunes créateurs diplômés des masters professionnels de Bordeaux-Montaigne (documentaires et archives) et de Poitiers (Créadoc), devant les chaînes locales Kanaldude, tV7 Bordeaux, France 3 NoA et un panel de producteurs de Nouvelle-Aquitaine à la recherche de nouveaux talents. Le meilleur pitch sera doté de 2.000 € en prestations de post-production chez Saya, en partenariat avec l’agence ALCA.

Le focus FIPADOC 2020 sera consacré à la Suède
La production documentaire suédoise compte parmi les plus créatives d’Europe. Le FIPADOC met la Suède à l’honneur avec une sélection de documentaires réalisés ces deux dernières années.
En tout sept films forts sont proposés : 
- Mating de Lina Maria Mannheimer // 2019, 1h30 
Pendant un an, Naomi et Edvin se sont filmés. En résulte un portrait intime et brut de leur vie : ils se rencontrent, tombent amoureux, se séparent. Et pourtant, ils restent en contact et se dessine alors une amitié unique. Un film qui nous permet de passer derrière la façade des réseaux sociaux et découvrir la vie amoureuse à l’heure du monde digital. 
- Push de Fredrik Gertten // 2019, 1h30 
Dans toutes les métropoles, les prix de l’immobilier flambent. Classes moyennes et ouvriers sont poussés vers les banlieues alors que des fonds spéculatifs investissent l’immobilier. Sur les pas de Leilani Farha, rapporteur spécial de l’ONU, ce documentaire explique pourquoi il devient si onéreux de vivre dans nos villes. 
- Reconstructing Utøya de Carl Javér // 2019, 1h38 
Six ans après le massacre d’ Utøya (2011) en Norvège, quatre survivants reconstituent leurs souvenirs dans un studio de cinéma. Accompagnés et soutenus par douze jeunes participants, ils peuvent partager et apprendre à vivre avec cette expérience traumatique. 
- Silvana de Mika Gustafson, Olivia Kastebring, Christina Tsiobanelis // 2018, 1h30 
Une histoire d’amour révolutionnaire et un voyage dans les débuts de la carrière d’une icône féministe contemporaine. Avec ses textes sans compromis, la rappeuse suédoise Silvana Imam a pris d’assaut la Scandinavie. Ce film suit les premières années mouvementées de sa carrière et sa relation avec l’artiste pop suédoise Beatrice Eli. 
- The Deminer de Hogir Hirori // 2018, 1h23 
En 2003, après la chute de Saddam Hussein, le Kurde Fakhir se rend en mission militaire à Mossoul. Voyant des milliers d’innocents victimes de mines, il devient démineur. Armé d’un simple couteau et d’une paire de cisailles, il risque sa vie à tout moment. En 2017, après le départ de Daesh, il reprend ce travail. 
- The Feminister de Viktor Nordenskiöld // 2018, 1h26 
Connue pour son féminisme ardent et son esprit acéré et empathique, Margot Wallström, Ministre suédoise des Affaires étrangères, a été filmée pendant quatre ans. Nous la suivons lors d’âpres négociations avec l’Arabie Saoudite, Israël ou la Corée du Nord, en campagne pour un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, et apprenant à faire face à des menaces de mort. 
- Transnistra de Anna Eborn // 2019, 1h36 
En Transnistrie, un État autoproclamé issu de l’effondrement de l’Empire soviétique, des adolescents de 17 ans, en rupture avec la société, cherchent auprès de leurs pairs amour, amitié et reconnaissance. En toile de fond rôde le « Jeu de la baleine bleue », des défis en ligne prisés par les jeunes et susceptibles d’aboutir au suicide. 
Carmen Castillo, invitée d'honneur : en partenariat avec la Cinémathèque du documentaire, le FIPADOC invite un·réalisateur pour une rétrospective de son œuvre. L’occasion d’une découverte en profondeur de sa filmographie, de rencontres avec le public, master﷓classe, dialogues avec les scolaires. En 2019, Serge Viallet, maître d’œuvre, notamment, de Mystères d’archives, était l’invité du festival. Cette année, place à Carmen Castillo, professeur à Santiago du Chili avant que son engagement pour le Mouvement de la gauche révolutionnaire (dont son mari est le dirigeant) ne l’oblige à partir en France. Une sélection de ses films sera présentée au festival. 
Fipadoc, du 21 au 26 janvier à Biarritz (cinéma Le Royal, Bellevue, théâtre du Casino municipal, Gare du Midi, le Colisée) / tarifs : PASS FeStIVAL : 25 euros / PASS JeuNe ( - 26 ans) : 10 euros / PASS JOuRNée : 10 euros (les pass donnent accès de manière  illimitée à toutes les projections, aux débats et aux rencontres publiques. Le catalogue officiel du Festival est offert avec l’achat du Pass Festival ou Pass Jeune. Billetterie sur les lieux de projection.

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription