0
Poésie de la semaine

| Luce Buchheit

En parallèle du festival le Temps d'Aimer : "Métamorphose"

"Jeune danseur, 
Je volais avec grâce 
Vers des cimes lumineuses 
Fildefériste ailé. 
Et j’étais tour à tour, 
Amant, cygne ou guerrier, 
Ciel bleu, orages, vents et marées. 
Arrive  l’âge mûr, 
Les exploits du corps triomphant 
Deviennent  germes 
D’un travail souterrain 
D’ensemencement. 
Transformation. 
Transmutation. 
Le corps a pris des rides, 
L’imaginaire s’enrichit de variations agiles. 
Après l’apprentissage en plaisir et douleur
De ce langage universel,  La Danse, 
Mes gestes un peu plus lents, 
Un peu moins amples, 
Creusés par l’usure du corps, 
Vont droit à l’essentiel. 
Et,  Puisqu’il y a, moins que jamais de temps à  perdre, 
Ils synthétisent et symbolisent
Les axes essentiels de la vie. 
Ils questionnent le spectateur, 
Et lui offrent des réponses 
Sur la beauté fondamentale 
Et la communication entre vivants.  
Comme dans les philosophies orientales, 
L’âge me confère, à moi, ‘’vieux’’ danseur, 
La plénitude du sage, 
Du guide, 
Sur une ligne de métamorphose."
 
Luce Buchheit

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription