0
Chorale
Cambo : l’irrésistible élan du chœur basque Oldarra
Cambo : l’irrésistible élan du chœur basque Oldarra

| Alexandre de La Cerda 538 mots

Cambo : l’irrésistible élan du chœur basque Oldarra

Les amateurs de chants basques et d’ailleurs ne rateront pas le prochain concert du chœur d’hommes Oldarra vendredi 24 juin à 20h30 à l'église Saint-Laurent de Cambo.

Dans un article précédent, j’avais intitulé la trajectoire du chœur basque de Biarritz « une odyssée artistique qui s’appuie sur une aventure humaine chaleureuse ».
Et de fait, on paraphraserait volontiers le vers célèbre de Bernard d'Etchepare à propos de l’euskara « jalgi hadi plazara » ! (jaillis « sur la place », dans le monde) pour qualifier l’envolée du chœur basque de Biarritz dont le nom même signifie « l’élan », sur une voie royale ouverte par Iñaki Urtizberea. A la tête de l'ensemble biarrot depuis 1972, ce musicien et pédagogue renommé avait obtenu il y a quelques années, avec l’enregistrement de plusieurs CD à la Warner, d’être « disque d'or » de RTL pendant un mois et gagné ainsi une audience inédite pour un chœur basque. 
Lauréat de nombreux prix, de Tours à Bilbao et Tolosa, le Carnegie Hall à New York et l’Olympia à Paris ont été témoins du succès d’Oldarra, jusqu’au Parc des Princes pour la finale du grand Chelem du tournoi des 5 nations de rugby ou le Festival de Musiques contemporaines du Venezuela où le chœur s’était produit dans une composition proche du style atonal et de la structure sérielle du compositeur Schönberg… Sans omettre une nomination aux Victoires de la Musique !

Pour l’anecdote, une tournée triomphale à Libreville et Port-Gentil au Gabon devant plus de mille spectateurs et les premières autorités du pays s’était achevée sur un banquet avec « rôti de veau biarrot et quiche biscaïenne ». D’autres circuits, plus « thématiques », les avaient emmenés sur les chemins de Compostelle (avec un CD à la clef) puis, dans un tour de France des abbayes il y a trois ans. Cependant, de l’avis des choristes ravis de l’accueil enthousiaste reçu partout, rien ne vaut une répétition au batzoki de la rue Duler, autour d’un chevreuil chassé par l’un d’entre eux, dans la chaude ambiance d’une amitié solidaire et active de tous les instants. Car, toutes ces manifestations et tournées autour du monde n’ont jamais ôté de l’horizon du chœur Oldarra son profond enracinement en terre basque ni leur attachement particulier à la ville de Biarritz.

Comme presque toutes les chorales qui fleurirent chez nous après-guerre, Oldarra est redevable aux Olaizola, Garate, Etchave et à tous les musiciens de haut vol qui encadraient le groupe « Eresoinka ». Cet extraordinaire ensemble de chant et de danse créé sous l’égide du gouvernement basque de Jose Antonio Aguirre rassembla en 1936, en pleine guerre, les plus belles voix du pays, témoignage d'espérance ultime en l'avenir d'Euzkadi : parmi les artistes lyriques basques dispersés sur les scènes européennes les plus prestigieuses, Pepita Embil, la mère de Placido Domingo, en fit partie, tout comme Luis Mariano y fit ses débuts (Agorila avait réédité une compilation de leurs meilleurs enregistrements et Placido Domingo a commémoré il y a quelques années à Saint-Sébastien le centenaire de la naissance de sa mère.

Concert du chœur basque Oldarra vendredi 24 juin à 20h30 à l'église Saint-Laurent de Cambo / Billets en vente à l’Office de Tourisme et sur place le soir du concert / Tarifs : 12€ par adulte et gratuit jusqu’à 16 ans.
Et mardi 28 juin, Oldarra chantera à Biarritz !

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription